Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

En Route ! Bon film, mauvaise adaptation

Fred Ricou - 15.04.2015

Edition - adaptation - roman - amitié


Les Boovs arrivent sur Terre. Ils ne descendent pas « forcément » en paix. Ils ne nous veulent pas de mal non plus. Ils veulent juste nous déloger de nos habitations pour nous installer tous au même endroit et ainsi habiter chez nous. C'est simple.

 

 

Parmi les Boovs, OH n'est pas le plus intelligent. Il est mignon, un peu benêt, mais sa communauté ne le supporte pas et c'est justement pour cela qu'il s'appelle OH. Quand il entre quelque part, il n'entend qu'un grand « Ohhhhhh » désespéré.

 

Il ne se rend d'ailleurs pas compte que personne ne l'aime, tellement lui aime tout le monde. D'ailleurs cela ne fait que quelques jours qu'il est dans son nouvel appartement qu'il décide de fêter son anniversaire. Pour se faire OH va envoyer une invitation à quelques amis et c'est là que la situation commence à mal tourner. L'invitation n'est pas envoyée à « quelques » amis, mais à tout l'Univers ! Et qui dit dans « tout l'Univers »  dit même les GORGS, les ennemis naturels des BOOVS.

 

Énorme bêtise de OH, il décide donc de s'enfuir et va rencontrer dans sa fuite, Tif, une adolescente cachée dans son appartement qui veut tout faire pour rejoindre sa mère capturée par les extra-terrestres.

 

Méfiants au début, les deux êtres vont s'habituer l'un à l'autre et finir par s'entraider.

 

 

Un nouveau film des studios Dreamworks est toujours un événement. Avec En Route ! ils descendent le curseur de l'âge et font un film à l'attention des enfants de 4-5 ans, très mignon, et qui va toute de même à 200 km/h ! C'est un peu fatiguant au début, surtout avec les lunettes 3D.

Alors comme à chaque fois avec Dreamworks, c'est toujours sublimement réalisé, c'est beau, c'est même parfois drôle aussi pour les plus grands. Et même si ce n'est pas un grand film comme l'on put être Shrek, Kung Fu Panda, Madagascar ou encore Dragons, cela reste très agréable à regarder en famille.

 
Maintenant si nous vous en parlons, c'est parce que c'est une adaptation d'un livre The True Meaning of Smekday de Adam Rex et que les éditions Michel Lafon ont eu la bonne idée d'acheter les droits. C'est donc avec un immense plaisir que nous l'avons lu.

 

Et là, nous sommes tombés de haut en voyant le film juste après. Michel Lafon a collé un petit sticker sur la couverture « Le livre qui a inspiré le film » et l'on peut dire que oui l'inspiration c'est un peu une sorte de grand fourre-tout qui va faire la différence entre une adaptation fidèle au livre, à la matière principale, et l'adaptation de l'idée de base « une ado rencontre un adorable extra-terrestre et chacun va aider l'autre » parce que même si le réalisateur confiait qu'il avait lu ce livre à ses enfants, le soir avant qu'ils s'endorment « Je leur ai d'abord lu deux chapitres, puis je les ai bordés, et j'avoue que j'ai fini le bouquin sans les attendre vers 2h du matin ! » on peut peut-être se dire qu'il aurait dû peut-être le lire moins vite et retenir plus de choses.

 

Il est facilement compréhensible que pour des raisons scénaristiques, un film ne soit pas la fidélité absolue d'un livre, mais à ce point c'en est presque hallucinant. Toute la base de l'histoire est présente dans le film. Si ce n'est que dans le livre, l'histoire est racontée par Tif alors que dans le film, c'est le point de vue d'Ho qui est mis en avant.

On ne fera pas un comparatif approfondi, ça ne servirait à rien et ça desservirait et le livre et le film. On va juste dire qu'il est dommage quand un réalisateur s'empare d'un roman de ne pas essayer au moins de garder les grands moments du livre et pas uniquement un ou deux. Le roman est destiné pour les lecteurs à partir 11-12 ans, le film pour 4-5...
Pour être positif, il faut se dire l'un est le complètement de l'autre. Il faut voir le film et lire le film, les plus jeunes préféreront le film certainement plus abordable, les autres trouveront dans le livre tout ce qui manque au film et surtout s'amuseront beaucoup plus !

 

Le roman d'Adam Rex est très drôle, la petite phrase d'accroche ajoutée par l'éditeur « Ce premier roman réussi va captiver les fans de Terry Pratchett et de Douglas Adams » n'est pas là uniquement pour faire joli, c'est véritablement un excellent roman.



Les histoires sans fin