Enfants migrants incarcérés : la littérature jeunesse contre la loi Asile-Immigration

Nicolas Gary - 29.03.2018

Edition - prison enfants migrants - littérature jeunesse immigration - Asile immigration enfants


250 acteurs du livre jeunesse envoient une lettre aux députés au sujet des enfants migrants enfermés dans des centres de rétention administrative, contre la loi Asile et Immigration. Soutenue par l’association Encrages, qui œuvre à la promotion du livre jeunesse et de la lecture, l’initiative est « de crier cette tribune » aux oreilles des députés.




 

Le 16 avril prochain, les parlementaires débattront de la loi Asile et Immigration. En attendant, les acteurs de la littérature jeunesse se mobilisent, largement, avec le soutien de la Cimade. Leur lettre, à reproduire et diffuser largement auprès des parlementaires, est reproduite ci-dessous. Elle est également à télécharger depuis cette adresse.

 

Au pays des droits de l'Homme, l'enfance en barbelés


Profession : auteurs·trices, illustrateurs·trices, éditeurs·trices, acteurs·trices à tous les niveaux de la littérature jeunesse.
Humeur : colère, indignation.
Raison : les conditions d’accueil des exilés, de ces femmes, de ces hommes, de ces enfants qui se réfugient en France.
Antécédents : publication et diffusion du livre “Eux c’est nous”, ventes solidaires d’illustrations originales au profit d’associations qui soutiennent les exilé·e·s, rencontres, partages, échanges partout avec les réfugiés.
 


Nous, professionnels de la littérature jeunesse, n’acceptons pas que l’on enferme des enfants, qu’on les contraigne à vivre dans des conditions de précarité insupportables.
 

Organiser des manifestations culturelles dédiées aux enfants, oui. Ignorer leurs conditions de vie, bafouer leurs droits fondamentaux, c’est non. Non et non.

 

Un migrant sur trois est un enfant.
 

Premières victimes des conflits, des changements climatiques et de nos guerres économiques, ils sont frappés de plein fouet.
 

Pour eux qui n’ont pas eu la chance de naître du bon côté d’une frontière, commence dès les premiers jours de leur vie, l’expérience du déracinement et de l’exil auxquels s’ajoutent, à leur arrivée sur notre territoire, le rejet et les violences administratives d’un État qui préfère fermer les yeux.
 

Nous vivons dans un pays où l’on en arrive à enfermer des hommes, des femmes qui n’ont rien fait d’autre que chercher à survivre, se protéger, un État qui enferme des enfants, des nourrissons.
 

Le 22 février dernier, le Défenseur des droits a écrit au Premier ministre pour l’alerter sur cette situation inacceptable : la France enferme des enfants en centre de rétention administrative au mépris de la Convention internationale des droits de l’Enfant.
 

La France a déjà été condamnée à cinq reprises par la Cour européenne des droits de l’Homme pour l’enfermement des enfants.

 

305 enfants étrangers ont été enfermés en métropole en 2017.


Mais ça continue…

Pays : F
rance, en Europe
Époque : début du XXIe siècle
Lieu : centre de rétention administrative (CRA) du Mesnil-Amelot, près de Roissy.


Le 28 février 2018, la Cimade signale une dizaine d’enfants enfermés au centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot.


C’est un lieu de privation de liberté pour des gens qui n’ont commis aucun délit. Il est situé non loin des pistes de l’aéroport, des avions atterrissent et s’envolent à proximité sans arrêt dans un bruit qui ne fait qu’augmenter un stress qu’on peut facilement imaginer.
 

Des hommes, des femmes, des mineur·e·s isolé·e·s, de jeunes enfants, des nourrissons, des femmes enceintes, des personnes malades y sont enfermés dans des conditions très précaires et dans l’angoisse quotidienne d’être renvoyés dans un pays où ils ont été maltraités et dans lequel, bien souvent, leur liberté et leur vie sont menacées.

Les conditions de survie dans le CRA du Mesnil-Amelot sont indignes. Plusieurs tentatives de suicide ont été signalées par les personnes enfermées.
 

Le 21 février 2018, le gouvernement a présenté un projet de loi qui envisage de porter de 45 à 90 jours, voire 135 jours dans certains cas, la durée maximale de l’enfermement en centre de rétention.

 

135 jours…


La Cimade demande :


— l’inscription dans la loi de l’interdiction de l’enfermement des mineurs dans les centres et locaux de rétention,

— en France comme en Europe, la réforme de l’ensemble de la politique d’immigration, afin de rompre avec une politique d’éloignement forcée et de garantir les droits et libertés fondamentales.

— La fermeture des centres et locaux de rétention et plus largement la suppression de toutes les formes d’enfermement spécifiques aux personnes étrangères.
 



 

Nous écrivons, nous illustrons, nous réalisons, nous portons des livres imaginés pour les tout-petits, pour les enfants, les adolescents.


Nous nous sentons d’autant plus concernés par ce qu’ils vivent dans ces CRA et plus généralement dans leur exil et cet accueil indigne qui leur est fait.


Nous demandons le respect de la Convention des droits de l’Enfant.


Nous demandons une protection inconditionnelle de tous les mineurs isolés étrangers sur notre territoire.


Nous appuyons les demandes de la Cimade et insistons sur l’arrêt de tout enfermement des enfants réfugiés et sur leur nécessaire protection.


Ne l’oublions pas : ces enfants, ces adolescents, sont les femmes et les hommes qui feront la société dans laquelle nous vivrons demain…


Parce qu'une politique de l’accueil et de l’asile est possible, accueillons-les comme tout humain se doit d’accueillir un autre humain.


Il est possible de signer la pétition initiée par la Cimade à cette adresse.
 




Commentaires

rolleyes exclaim question cool hmm esperont que ces enfants soi traiter dans le respect qu'il mérites
je soutiens l'action humanitaire de la CIMADE...

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.