Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Fleur Pellerin est "aux cotés" des auteurs et illustrateurs de littérature jeunesse

Fred Ricou - 26.11.2014

Edition - ministre - fleur pellerin - fête


Le Salon du livre et de la Presse Jeunesse de Seine Saint-Denis vient d'ouvrir ses portes ce matin que déjà des centaines de jeunes lecteurs, des élèves emmenés par leurs professeurs pour la plupart, affluent dans les allées.


Ça parle fort, ça court, ça échange sur tel ou tel titre, mais ça cherche aussi des marque-pages, des affiches, des badges et autres babioles gratuites…

 

Les éditeurs sont prêts à tenir jusqu'au lundi soir, ils sont chauds, mais pas fatigués, du moins pas encore…

 

Comme chaque année, le ou la ministre de la Culture vient se balader dans les allées, et faire un discours devant un parterre de professionnel. Cette année, c'est Fleur Pellerin qui inaugure son premier SLPJ en tant que ministre de la Culture, elle est venue « un peu en voisine » comme elle le dit elle même, elle habite à « 100 ou 200 mètres » du salon.

 

photo Michel Briand (CC BY-SA 2.0)

 

La ministre assure qu'elle y vient chaque année, argument confirmé par la Sylvie Vassalo, la directrice SLPJ.

 

Fleur Pellerin a fait un discours qui se voulait rassurant pour les éditeurs, les auteurs et les illustrateurs jeunesse en leur affirmant son « engagement très fort à leurs côtés » et leur a assuré qu'« aucun projet de réforme ne sera entrepris avant qu'une véritable concertation ait lieu avec l'ensemble des parties prenantes ». La ministre a ensuite profité de cette occasion pour dire combien elle avait « été profondément choquée par les attaques inacceptables qui se sont succédé cette année contre certains titres de littérature jeunesse » en faisant référence à la polémique « Tous à poil ! »

 

Un peu plus tard dans le discours, Fleur Pellerin est revenue sur la Grande fête nationale de la littérature jeunesse qui se tiendra du 15 au 31 juillet 2015 et dont nous avions déjà parlé avec le président du C.N.L, Vincent Monadé. C'est une initiative qui est travaillée « en accord avec le Centre de Promotion de la Littérature Jeunesse,  le Centre National du Livre, les associations de bibliothécaire et les professionnels de la chaîne du livre ». Elle aura pour but d'insister sur le caractère de « plaisir de la lecture »,  mais également « de lutter contre le décrochage qu'ont certains adolescents. »  La date a été choisie en plein été « période la plus propice pour toucher les jeunes et leur famille qui ont du temps libre » parce qu'il faut « sortir les livres des lieux qui lui sont consacrés et aller avec [eux] à la rencontre du public », et de finir « La fête de la littérature jeunesse permettra donc d'amener les livres sur les lieux de vacances et je souhaite nouer des liens avec les campings, les centres de loisirs et les clubs de vacances où les livres sont aujourd'hui trop peu présents.»

 

À propos de lieu où les livres jeunesse sont trop peu présents, nous avons également profité de la venue de Fleur Pellerin qui est également ministre de la Communication pour lui poser la question de la sous-représentation de la littérature jeunesse dans les médias traditionnels, radio et télé, et voici donc sa réponse :

 



Les histoires sans fin