Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Hervé Suhubiette adapte un texte de Bernard Friot

Fred Ricou - 27.08.2013

Edition - théatre - adaptation - Bernard Friot


Annoncé sur son compte Facebook il y a quelques jours, Bernard Friot se voit proposer, à nouveau, une adaptation de l'un de ses textes pour créer un spectacle sur scène. L'album devrait paraître courant 2014.

 

C'est  Hervé Suhubiette qui se met aux manettes de cette jolie machine artistique. L'artiste a obtenu Le Grand Prix de l'Académie Charles Cros pour son dernier spectacle Tremblement de tête en 2010.

 

Nous avons contacté les deux créateurs pour nous raconter un peu l'origine de ce spectacle Pas vu, pas pris dont la première aura lieu le samedi 5 octobre, à 18h à Fontenay-Sous-Bois.

 

Comment est venue à Hervé l'idée de créer des chansons à partir des textes de Bernard ?

Hervé Suhubiette : Cela fait des années que je suis le travail de Bernard Friot en tant que lecteur. Dans le cadre d'une commande de conte musical faite il y a un an par l'Orchestre Pau Pays de Béarn, j'ai choisi d'adapter Gâteaux et chapeau (2008 - Editions Milan jeunesse). Dans le même temps, drôle de coïncidence, Michèle Moreau des éditions Didier Jeunesse m'a proposé de mettre en musique pour un livre CD des textes de Bernard Friot.  J'ai pour habitude d'écrire mes textes, mais j'aime de temps en temps me "frotter" à ceux des autres, car ça amène toujours une dynamique différente notamment dans la création musicale. J'ai accepté avec enthousiasme. En travaillant sur ces "comptines, berceuses, devinettes et ritournelles" pour tous petits, j'ai pris un plaisir immense. J'y ai retrouvé ce que je mets souvent moi même dans mes chansons : le jeu, l'espièglerie, l'impertinence, l'humour, mais aussi la douceur et la légèreté. Une fois l'écriture terminée, j'ai aussitôt eu l'envie de les porter à la scène.

Bernard Friot : Hervé m'a contacté, m'a envoyé des maquettes, on s'est rencontré, et la collaboration a commencé.  À l'origine il s'agit d'un projet de livre CD (qui sera illustré par Shirley Freundenreich) puis, en complément, Hervé a eu l'idée du spectacle.

 

 

 

Avez-vous travaillé ensemble pour ce spectacle ?
H.S :
Pour le spectacle, nous n'avons pas travaillé ensemble. J'ai choisi une équipe de musicien (qui joue aussi dans le livre CD) et un metteur en scène dont j'aime le travail. L'univers et les partis-pris scéniques vont prolonger les textes et les musiques, les mettre en vie avec un degré de lecture supplémentaire. Bernard ne sait d'ailleurs encore rien de ce qui se passe sur scène. On espère le surprendre ... agréablement !

 

 

Est-ce que Hervé retravaille les textes pour coller au mieux à sa musique et de son côté est-ce que Bernard donne son avis sur la musique et la mise en scène ?

H.S : J'ai envoyé - un peu anxieux -  quelques maquettes de chansons à Bernard, alors que nous ne nous connaissions pas encore. Dans sa réponse, il semblait trouver que nos univers se rencontraient bien. J'ai donc continué rassuré et  en toute confiance. J'ai pris en compte les textes tels qu'ils étaient écrits en essayant d'y faire coller ma musique.

B.F : Hervé m'a demandé quelques modifications de textes pour des questions de rythme essentiellement, et cela me semble très normal. C'est très stimulant de travailler ainsi en collaboration…

H.S : … Jamais rien n'est changé sans son accord. En plein travail de mise en scène, il nous vient parfois une idée de textes, phrases, petits poèmes courts, qui pourraient introduire une chanson ou faire des liaisons. J'ai sollicité Bernard pour cette matière supplémentaire et  de manière très réactive, il nous a fait des propositions. Textes, musiques, mise en scène pour le spectacle et illustrations pour le CD, chacun en fin de compte amène son univers, des univers multiples qui à l'arrivée ne devraient en faire qu'un.

 
C'est un spectacle à partir de 3 ans, comment avez-vous travaillez, sur le texte ?
B.F : Les comptines sont un genre très particulier; j'ai essayé de travailler à partir de formes très diverses (ritournelles, comptines au sens restreint du terme, devinettes, etc.) et d'innover en restant fidèle à la tradition. N'oublions que les comptines (filastrocche en italien, nursery rythmes en anglais, etc.) sont la source de la culture poétique.

 

Merci.

 

« Pas vu, pas pris » à 18h.

Festival de Marne - Les refrains des gamins
Le 5 octobre 2013 à l'espace Gérard Philipe

26, rue Gérard Philipe

6€

 

Extrait du dernier spectacle de Hervé Suhubiette, Tremblement de tête

 

 


tremblements de tete par coupletsveston



Les histoires sans fin