La littérature jeunesse mise à mal, ça continue !

Fred Ricou - 04.03.2014

Edition - homosexualité - théatre - Interdiction


Les attaques contre la littérature jeunesse continuent de se multiplier. Hier encore, lundi, c'est un candidat sur une liste UMP aux élections municipales de Paris dans le 12e arrondissement, Franck Margain, qui annonce sur son site internet « Je suis opposé à toute politique d'acquisition de livres jeunesse traitant d'homoparentalité, ou s'inspirant de la théorie du genre, dans les bibliothèques municipales de Paris, l'argent public doit avoir un objectif plus respectueux des très jeunes ».

Et Frank Margain, de rajouter, parce que bon, on ne va quand même pas demander de vider les bibliothèques en cette période d'élections municipales  « Par contre, là où des livres ont été déjà acquis, je considère que c'est la responsabilité des parents de veiller sur ce que lisent leurs jeunes enfants. Ce sont eux les éducateurs de leurs enfants. »

Sans transition, le même jour, l'éditeur Thierry Magnier était l'invité de L'émission pour tous sur France 2 et s'est retrouvé confronté à la question « Un spectacle pour enfants dans lequel une princesse est amoureuse d'une fée vous choque-t-il ? ».

 

 

Ledit spectacle est l'adaptation de l'album jeunesse La Princesse qui n'aimait pas les Princes (Actes Sud Junior) de Alice Brière-Haquet. Ce spectacle qui se joue en ce moment au Pocket Théâtre de Nogent-sur-Marne est en pleine polémique suite à une interdiction du maire pour que le centre de loisirs du Perreux-sur-Marne  ne soit pas présent pour motif que « la thématique bloquait ».

 

La maison d'édition présente l'album ainsi « Les princes de la terre entière défilèrent un à un pour demander la main de la princesse. Mais "non, merci bien", aucun d'entre eux ne lui disait rien ! Le miracle se produisit enfin lorsqu'une jolie fée apparut... »

 

Pendant l'émission Thierry Magnier n'a pas réellement pu se défendre devant les différents commentaires qui ont répondu OUI à la question posée, mais, il est quand même rassurant de voir que sur environ 120 personnes présentes dans le public, plus d'une centaine ont répondu NON…

 
Affaire (malheureusement) à suivre…

 

Teaser de la pièce de théâtre :

 

 



Les histoires sans fin