Le Labyrinthe : Courez le voir !

Fred Ricou - 15.10.2014

Edition - labyrinthe - cinéma - adaptation


Thomas se réveille dans un monte-charge qui file à toute vitesse. Comment est-il arrivé jusque là ? Il ne le sait pas, mais pour le moment, tellement déboussolé, il ne se pose pas la question.

Le monte-charge s'arrête, la porte s'ouvre, une cinquantaine de grands ados sont là, tous des garçons. La venue de Thomas ne les surprend pas, pour eux, il n'est que « le nouveau »…

 

Thomas vient d'arriver au « bloc », un immense territoire encerclé par de gigantesques murs. À heure régulière, un passage s'ouvre dans le mur. Derrière se trouve le « Labyrinthe », mais où mène-t-il ? A t'il seulement une sortie ? Et les trois grandes questions : Pourquoi sont-ils tous ici, qui les y a menés ? Et pourquoi ne se souviennent-ils pas de leur passé ?

 

Dans le Labyrinthe, on entend les « griffeurs » d'horribles monstres assoiffés de sang…

 

Deux jours plus tard, le monte-charge revient. À son bord, une fille inconsciente qui, pendant un laps de temps, se réveille et reconnaît… Thomas !

 

 

Le Labyrinthe est adapté du premier tome de la trilogie L'épreuve du romancier américain James Dashner (Éd. PKJ). Comme pour toutes les adaptations, les fans du livre vont forcément trouver énormément de dissonances entre les écrits et le rendu à l'écran.

 

Allez, imaginons que les deux n'ont rien à voir…

 

Le Labyrinthe, dans les nombreuses adaptations de romans yound adult que nous avons depuis quelques années se hisse aisément dans le trio de tête (Je vous laisse mettre les deux autres, je n'aimerais pas que l'on se quitte fâché).

 

Imaginez une sorte d'histoire entre Sa Majesté des mouches et la série Lost, matinée de différents éléments de films angoissants. Vous avez un fantastique cocktail S.F dans lequel on ne peut que forcément entrer.

 

 

Les jeunes acteurs sont excellents, ne surjouent jamais et l'on est totalement en empathie avec eux. On se pose des questions avec eux, on tremble avec eux et l'on a hâte qu'ils se retrouvent en dehors du labyrinthe pour respirer un peu…

 

Le résultat n'est pas un très bon film pour les ados, c'est un très bon film également pour les adultes qui accompagneront avec joie leurs ados et qui ne s'ennuieront pas un quart de seconde devant ce divertissement extrêmement prenant. C'est beaucoup plus mature et moins gnangnan que certains autres qui pourraient les rebuter...

 

Alors oui, c'est une dystopie de plus, mais elle fait partie des meilleures. C'est un gros succès au box-office américain et comme Le Labyrinthe n'est que le premier tome d'une trilogie, on peut rapidement se dire qu'elle va certainement frôler le succès d'un Hunger Games



Les histoires sans fin