Mon bel oranger, une émouvante adaptation

Fred Ricou - 21.08.2013

Edition - enfance - violence - relation


En attendant d'en savoir un peu plus sur l'adaptation d'Artemis Fowl au cinéma et au possible arrêt de la franchise Percy Jackson, aujourd'hui sort un film beaucoup plus confidentiel que les deux susnommés, un film également adapté d'un succès de littérature jeunesse : Mon bel oranger.

 

 

Paru en 1968, le livre de José Mauro de Vasconcelos est l'un des livres les plus vendus du Brésil. Il a été publié dans 19 pays et traduit dans 12 langues. La continuité de sa popularité depuis 45 ans réside certainement à la fois dans la force du récit qui ne vieillit pas, mais aussi parce que le texte est inscrit dans les programmes scolaires du CM2 à la 5e. Depuis sa première parution en France, c'est au total 3 millions d'exemplaires qui ont été écoulés.

 

Reprenant, en partie, la jeunesse de l'auteur, Mon bel oranger est le récit pauvre Zézé, 5 ans (presque 8 ans dans le film), rejeté par la plupart des gens qui le frappent. Pour s'en sortir, il invente à longueur de journée différentes histoires. Il va inconsciemment humaniser un oranger qui va devenir son meilleur confident.

 

 

Ce n'est certainement pas le film le plus drôle de la rentrée, mais c'est sans contexte l'un des plus sincères. Marcos Bernstein, le réalisateur, est également le scénariste du film Central do Brasil, c'est son second long métrage.


N'hésitez pas, donc, à vous rendre en salle (il fait encore très chaud, profitez-en…) pour découvrir cette belle adaptation et pourquoi ne pas, également, lire ou relire le texte original ?  

 



Les histoires sans fin