Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Oscar le Médicus ? Oscar Pill pour les plus jeunes...

Fred Ricou - 14.11.2014

Edition - oscar pill - medicus - eli anderson


Il  y a un peu plus d'un mois, Eli Anderson, l'auteur de la série en cinq tomes Oscar Pill (Éd. Albin Michel) parue entre 2009 et 2012 à relancé la machine de son personnage phare pour en faire une série pour les plus jeunes. Alors que la série d'origine se lit à partir de 11-12 ans, Eli Anderson à complètement retravaillé ses personnages et les intrigues pour qu'elle soit lisible dés l'âge de 7-8 ans. Une série « premières lectures » qui peut dorénavant fasciner autant les adolescents que leurs petits frères et sœurs.

 

 

Comme nous sommes de grands curieux, nous avons voulu en savoir un peu plus et nous avons posé à l'auteur, quelques questions :

 

Comment est née l'idée de reprendre Oscar Pill et de l'adapter pour les plus jeunes ? Est-ce que l'on pourrait appeler ça une autoadaptation ?
C'est presque l'inverse : mon projet initial, c'était de créer un monde fantastique, magique, ludique pour les plus jeunes, afin qu'ils découvrent très tôt un corps magique et drôle, avant que leur expérience et la culture du « corps flippant » ne s'emparent d'eux. Se sentir bien dans son corps, ça s'apprend le plus tôt possible, pour ne pas se traîner casseroles, de complexes et terreurs toute sa vie !
Mais voilà, je venais du roman, j'avais une passion pour les épopées, et j'ai commencé avec Oscar Pill, la saga pour ados et adultes ; ensuite seulement je me suis senti prêt à travailler sur la nouvelle série, Oscar le Médicus.

 

Comment est-ce que vous y êtes vous pris pour retravailler votre texte ?
Je suis reparti de zéro, ou plutôt du principe de « base » : Oscar est un garçon de 9 ans qui trouve un pendentif magique. Grâce à ce pendentif, le voici doté d'un pouvoir génial : il peut voyager dans le corps, un corps complètement revisité, marrant, plein d'aventures. Chaque tome se déroule dans un autre lieu du corps (et il y en a, des lieux à découvrir !), et peut se lire indépendamment. Mais ce seront quand même des miniséries de trois ou quatre tomes, avec une énigme résolue à la fin de chaque minisérie.

 

Qu'est-ce qui a été le plus facile ? Le plus compliqué ?
J'avoue que tout m'a semblé tellement naturel, lors de l'écriture, que je n'ai pas ressenti de « complication ». Peut-être le garçon de neuf ans qui sommeille en moi est-il drôlement vivace, encore ?
J'ai eu l'impression rare et précieuse, pour un auteur, d'être arrivé « là » où je voulais être : un bonheur d'écriture au service d'un message qui me tient à cœur.
Ça ne m'empêche pas d'être exigeant, de construire un plan détaillé pour chaque tome (eh non, on ne se refait pas !), et de garder à l'esprit la triple exigence qui s'impose quand on s'adresse à un enfant de 8 à 10 ans : un style direct, un vocabulaire précis… et ne jamais le prendre pour moins intelligent qu'il ne l'est !

 

Est-ce que l'on va suivre, avec ce format, la même aventure que les lecteurs plus âgés ont pu découvrir ?
Non, puisque dans cette nouvelle série, Oscar ne grandit pas, la structure (en cinq univers) du monde intérieur est différente, riche, mais simplifiée, et les enjeux sont différents, adaptés à l'âge de mes jeunes lectrices et lecteurs.

 

À l'inverse, il devrait bientôt y avoir la parution d'une nouvelle série Young Adult, toujours chez Albin Michel, pouvez-vous nous en dire plus ?

Oui, au printemps 2015, ma nouvelle héroïne, Mila Hunt, devrait se lancer dans un thriller fantastique, mais ancré dans notre monde et notre époque. Ça changera des vampires et des dystopies… On en reparle au printemps prochain ?

 

Avec plaisir !

 



Les histoires sans fin