Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Pépix, la nouvelle collection, comme soufflée de Sarbacane...

Fred Ricou - 21.02.2014

Edition - collection - exprim' - sarbacane


Dans quelques jours débarque en librairie une nouvelle collection de roman pour les 8-12 ans.
Assez loin d'une collection classique sur les grands thèmes de la société ou encore directement liée aux littératures de l'imaginaire, Pépix se veut pétillante, pleine d'aventure, d'humour et d'irrévérence.

Entièrement créée par Tibo Bérard, l'éditeur de la désormais célèbre collection Exprim' aux éditions Sarbacane, Pépix se veut une sorte de contrepoint à la littérature anglo-saxonne pour un créneau plus jeune.

Toujours dans l'optique de faire connaître de nouveaux auteurs, de travailler une véritable écriture avec eux, Exprim' c'était déjà presque 100% d'auteurs français et Pépix va prendre le même chemin…

Nous avons donc contacté l'éditeur pour qu'il nous parle de la création de cette collection et de ses choix éditoriaux…

 

 

Est-ce qu'il y avait un manque chez Sarbacane pour avoir envie de créer cette collection ?

Nous pensions depuis un moment à développer cette tranche d'âge dans notre catalogue. Mais Pépix n'est pas, et j'y tiens, un caprice d'éditeur qui veut créer sa petite collection pour se faire plaisir. On a vraiment le sentiment de répondre à un manque en librairie. On a réfléchi à tout ça comme des artisans, en se posant des questions concrètes. Nous avons identifié un secteur, moi j'ai lu plein de livres parus dans ce créneau ces dernières années, pour voir où l'on était ; et puis j'ai demandé à certains libraires leur sentiment sur ce secteur, des librairies de tailles différentes ; ils ont eu la gentillesse de me répondre longuement. J'ai conjugué leurs retours et après tout ça, j'ai mis en marche mes idées.

 

J'ai remarqué une première chose : les Anglo-Saxons sont très forts pour cette tranche d'âge, on le sait, ils s'inscrivent dans l'héritage de Roald Dahl. En revanche, une réponse française à la hauteur des Anglo-saxons, cela manquait ! L'approche française est souvent très psychologisante et très « à thème » et à « sujet ». C'était déjà le constat que nous avions fait sur le roman ado avec EXPRIM', d'une certaine manière… et c'est là que je me suis dit : « Pourquoi ne pas faire appel à des Français, mais pour créer des romans de fantaisie ?… Attention, pas « fantasy », hein !!! Des auteurs qui raconteront vraiment des histoires et qui associeront humour et aventure, mais… à la française ! Je me suis dit que si les Français s'y mettaient, il n'était pas impossible qu'ils sachent développer un humour un peu plus piquant, un peu plus sophistiqué et moins "potache", qui ricocherait par exemple avec l'esprit des films des studios Pixar (NDLR : Toy Story, Monstre et cie, Ratatouille, Là-haut…).

 

Avec Exprim', vous luttez depuis sept ans contre les catégories d'âge alors qu'ici, vous êtes clairement identifié pour les 8 – 12…

C'est différent : avec Pépix, nous arrivons sur un secteur qui existe déjà, le roman d'enfance – alors qu'avec Exprim', nous voulions renouveler, voire réinventer, le secteur [NDLR : grands ados/ jeunes adultes], en bousculer les frontières, tout en imposant une collection ! Pour lancer Pépix, concrètement, j'ai écrit à plusieurs auteurs un très long mail dans lequel j'ai développé les idées que j'avais autour de ces romans. J'ai défini ma collection par opposition à cette habitude qu'on a, en France, de se limiter à de petites « fables » gentillettes, des paraboles censées expliquer aux enfants le racisme, la solidarité ou même l'aide aux vieillards… J'ai écrit aux auteurs : "Est-ce que l'on ne pourrait pas renouer avec l'héritage des grandes aventures, de Tom Sawyer aux Goonies, une littérature de jubilation, de plaisir, d'espièglerie ? Est-ce que l'on ne pourrait pas oser la pleine et folle aventure, le rebondissement à chaque chapitre ?" Partant de là, il fallait s'appuyer sur des personnages très hauts en couleur et très forts, des petits héros pleins de malice, ancrés dans des univers très jaillissants.

 

La réponse des auteurs a été massive et unanime : "C'est génial de nous proposer ça !!!" Nous avons développé le projet : Pépix, ce serait des livres abondamment illustrés, avec plein d'astuces et de trouvailles graphiques, et des bonus – une "griffe" de la collection, sachant que cela devait bien être aux auteurs de réfléchir à ces bonus, et de les intégrer à l'histoire… Au final, j'ai reçu un flot de manuscrits absolument excellents, très étonnants et diversifiés. En fait, les textes des auteurs ont très largement dépassé mes espérances. Quelle claque ! Quelle énergie ! Quelle richesse d'univers ! Il faut savoir qu'à l'heure actuelle, j'ai déjà plein de romans en route – achevés ou en cours. De vraies réussites. Pour le plaisir, je vais citer la réponse d'un auteur : « Je me suis éclaté. Souvent, on me demande de répondre à une contrainte ou de traiter un sujet.  Là, j'ai juste pris un petit héros, je lui ai trouvé une voix, un vrai ton et je suis parti à l'aventure… » Le ton est LA clef de Pépix.

 

Humour, d'accord. Aventure, d'accord. Mais irrévérence, comment cela va-t-il se traduire ?

L'irrévérence, c'est la touche « piquante » de la collection ; disons, notre « French Touch ». C'est d'abord et avant tout une question de ton, je le répète : c'est ce qui fait toute la saveur d'un roman d'enfance. Pour goûter cette saveur-là, il suffit de lire nos deux premiers titres, « L'ogre au pull vert moutarde » de Marion Brunet (auteure déjà présente chez Exprim' avec le titre Frangine), illustré par Till Charlier, et Sacrée Souris de Raphaële Moussafir, illustré par Caroline Ayrault (son tout premier roman illustré !). Il suffit de voir comment les deux gamins de L'ogre au pull vert moutarde, deux mômes de foyer, rivalisent d'ingéniosité pour entortiller cet ogre qui veut les croquer tout cru – et pour cause, ils ont l'habitude que des adultes essaient de leur en faire voir ! Ces deux petits héros-là sont bourrés de ruse et d'audace, ils savent résister au monde adulte et à ses règles rigides, pour le plus grand plaisir du lecteur. Même chose pour Léonore, l'héroïne-narratrice de Sacrée Souris, tour à tour effrontée, attendrissante, colérique, malicieuse… toujours hilarante. Les petites "leçons de désobéissance" qu'elle prodigue au lecteur – tout en contant l'incroyable histoire du château du peuple souris et des terribles rats – sont un régal d'insolence pétillante et subversive.

Voilà : le 5 mars, on arrive en librairie avec deux auteurs connus et appréciés des libraires jeunesse, et surtout deux romans extrêmement forts et originaux ! Et puis, ouvrir le bal avec notre « Ratatouille » et notre « Shrek » version Pépix, ça nous plaît bien !

 



Les histoires sans fin