“Plume pas mon auteur” : une grande manifestation de solidarité prévue à Montreuil

Cécile Mazin - 20.11.2017

Edition - auteurs salon montreuil - hausse csg auteurs artistes - montreuil manifestation salon


Une fois n’est pas coutume, le Salon du livre jeunesse de Montreuil donnera l’occasion aux auteurs – et à l’ensemble des organisations les représentant – de poser une action forte. La période est propice, avec la hausse de la CSG en ligne de mire, et d’autres combats que mènent les auteurs dans leurs négociations avec les éditeurs. Montreuil sera social, pour le bien de tous.


Plume pas mon auteur !” Antoine Chereau pour ActuaLitté

 

 

Objectif, faire du bruit, que ce soit à l’occasion de l’inauguration du Salon du Livre et de la Presse Jeunesse, mais également profiter d’une prise de parole publique, le 2 décembre prochain à 13 h. « C’est une manière de manifester et de créer une solidarité entre tous les auteurs, sans distinction d’appartenance à telle ou telle organisation représentative », précise-t-on à ActuaLitté.

 

D’autant plus que, dans le cadre de la hausse de la CSG, chacun attend désormais le retour du projet de loi pour le Financement de la sécurité sociale 2018 à l’Assemblée nationale. En effet, au Sénat a été adopté un amendement visant à rétablir l’équilibre pour les artistes et auteurs, particulièrement pénalisés. À l’initiative de la sénatrice Catherine Morin-Desailly, ce dernier tente d’inverser les risques encourus par ces professions.

 

Le Sénat vote une compensation
de la hausse de la CSG pour les auteurs

 

« Le fait est que la ministre de la Culture a pris position, et, même si l’Assemblée nationale aura le dernier mot, on espère fortement que l’impulsion soit suivie. Et qu'elle aussi nous soutienne. » Pour ce faire, les auteurs comptent « exister médiatiquement et attirer l’attention du plus grand nombre. La situation avance, mais rien n’est encore gagné ». 

 

La SGDL, le SNAC BD, l’ATLF et la Charte des auteurs et des illustrateurs pour la jeunesse manifesteront donc contre la situation précaire des auteurs et illustrateurs jeunesse, et plus globalement des artistes auteurs au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil. Tous ceux qui ont à cœur de défendre les créateurs sont invités à rejoindre le mouvement, derrière un slogan : « Plume pas mon auteur », amorcé par La voix des blogueurs.


<

>


 

« Signe distinctif : les plumes ! Nous vous proposons de vous distinguer comme nous à votre convenance avec des accessoires aptes à exprimer votre statut d’artistes-auteurs déplumés ou votre soutien aux déplumés : boas, coiffes d’Indiens, ailes... liste non exhaustive. Nous vous recommandons d’apporter des plumes, signe de ralliement. Vous seront fournis des Stickers « Plume pas mon auteur ! » sur le stand de La Charte. »

Si vous souhaitez proposer un visuel, contactez les organisations idoines. Deux dates de rendez-vous sont lancées : lors de l'inauguration du mercredi 29/11, RDV à 19 h sur le stand de la Charte (J2, niveau 0) : Rassemblement des auteurs déplumés pour le défilé.
 


 

Le samedi 02/12, RDV à 13 h sur le stand de la Charte (J2, niveau 0) : Rassemblement des auteurs déplumés pour un défilé jusqu’à la Scène Décocage, 1er étage. Prise de parole publique de la présidente de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse sur la situation sociale précaire des auteurs et illustrateurs jeunesse, avec la SGDL, le SNAC BD, l’ATLF, la Voix des blogueurs.

 

Pendant tout le salon, les auteurs en dédicace seront invités à coller les stickers avec une plume afin d’alerter les lecteurs.

 

Le collectif La voix des blogueurs, lancé par Tom Levêque, a apporté son soutien plein et entier aux auteurs, notamment avec deux visuels que les organisations s’approprieront et déclineront à l’envi. (voir aussi l'article de La voix des livres)

 


 

Ce rassemblement ne manquera pas de rappeler celui lancé en 2014, avec une autre accroche, tout aussi percutante, « Les auteurs, bientôt tous à poil ». Cette fois, la Charte avait œuvré relativement seule, organisant un véritable défilé dans le salon de Montreuil. « Si le livre était une pomme, les auteurs gagneraient... les pépins », assuraient-ils. 

 

La veille de ce défilé, Fleur Pellerin, alors ministre de la Culture, avait assuré : « Je tenais à m’adresser à eux aujourd’hui : les bons résultats économiques de la filière ne doivent pas faire oublier leurs inquiétudes et j’y suis très sensible. » La sensibilité, toujours une corde technique...
 


Toutes les informations sur le salon du livre de Montreuil 2017



Les histoires sans fin