Retour tant attendu du MOOC “Il était une fois la littérature jeunesse”

Laure Besnier - 18.02.2018

Edition - MOOC littérature jeunesse - Cours Ligne - FLOT CLOM


Un Massive Open Online Course (MOOC) pour « percevoir la richesse » de la littérature jeunesse, c'est l'idée d'une journaliste, Vincianne D'Anna, et d'un professeur, Daniel Delbrassine. Après une première édition réussie, les inscriptions sont à nouveau ouvertes, et cette session a vocation à être un véritable tremplin vers une université d'été à Liège. 




 

La seconde édition du MOOC « Il était une fois la littérature jeunesse » se déroulera du 2 mars au 16 mai prochain. Pour rappel, il propose des vidéos, des analyses, des quizz, des travaux collaboratifs et des exercices pratiques autour de la littérature jeunesse. Le cours aborde les romans, les albums, les maisons d'édition, les auteurs, les livres numériques, les fanfictions ou encore les objets dérivés.

 

À l'origine, Vincianne d’Anna et Daniel Delbrassine — enseignant à l'Université de Liège — constatent le peu d'enseignements autour de la littérature jeunesse. Par la suite « nous avions envisagé la formule du MOOC sur le ton de la plaisanterie avec Daniel Delbrassine. Mais après quelques mois, nous étions convaincus que c'était finalement une excellente idée », nous explique la journaliste. Une idée qui tombe à pic pour l'Université de Liège qui souhaitait se lancer dans cette aventure. 

« Les avantages du format sont nombreux et encore plus adaptés à notre public cible qui était aussi composé de professionnels déjà en place. Il est évidemment très compliqué pour des professeurs, des instituteurs ou des professionnels du livre de suivre des cours réguliers, dans un lieu déterminé à une heure déterminée. » La formule MOOC, librement accessible de chez soi, est donc la « solution idéale. »

Le MOOC « Il était une fois la littérature jeunesse », d'abord destiné aux étudiants de l'uLiège ainsi que de la HECH — une école partenaire —, grâce aux réseaux sociaux et à la publicité dans la presse, touche finalement 13.500 personnes pour sa première édition. 

« Évidemment, un tel groupe [d'inscrits] entraîne une série de choses difficiles à gérer, mais on a aussi découvert des dynamiques incroyables », assure Vincianne d’Anna. Et on peut le comprendre : quelques bugs informatiques, la difficulté de répondre à toutes les interrogations...

Heureusement, « certains s'étaient organisés pour nous faciliter la tâche. Donc de manière autonome et naturelle, certains sont devenus des sortes d'ambassadeurs qui répondaient aux questions sur les forums, d'autres ont pris l'initiative de créer des listes, des bibliographies spontanées... En règle générale, tout s'est très bien passé, nous avons eu des retours super enthousiastes », continue-t-elle, tout en soulignant l'efficacité et la disponibilité de l'équipe enseignante. 

IMG_1959

(photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 


Poursuivre avec une seconde édition semble donc logique, d'autant plus qu'après la première session, l'équipe reçoit beaucoup de demandes que ce soit de ceux qui n'ont pas pu s'inscrire ou de ceux qui n'ont pas pu suivre l'intégralité des séquences du MOOC. 
 

Quelques changements pour la 2e session


Et, cette année, quelques changements pour limiter les difficultés techniques : « Il y a [...] un seul parcours et non plus deux comme l'an dernier. » De surcroît, l'équipe a confié à FUN — la plateforme nationale française de MOOC — le rôle de créer des attestations — l'année dernière, c'était l'équipe enseignante qui s'en chargeait. « Soit une attestation de suivi, soit un certificat pour lequel les apprenants doivent passer un examen depuis leur ordi avec un contrôle d'identité », indique Vincianne d’Anna. Sinon, le contenu reste globalement le même. 

Le certificat est d'autant plus utile, car « l'an dernier, de nombreuses personnes ont voulu utiliser leur document (attestation de suivi délivrée par l'ULiège) pour les faire valoir auprès de leur employeur. Les réactions ont été très différentes d'un employeur à l'autre, tout simplement parce que lorsque l'on suit un MOOC et qu'il n'y a pas de contrôle d'identité, il est impossible d'être sûr que celui qui était derrière l'écran est effectivement la personne dont le nom apparaît sur l'attestation », explique la journaliste. 

 

Henriette Bichonnier, une histoire "porteuse d’insolence
autant que d’enthousiasme”


Enfin, cette seconde édition sera un tremplin pour une Université d'été qui se déroulera à Liège les deux premières semaines de juillet. « On va y accueillir des spécialistes étrangers ainsi que des auteurs. Ce sera deux semaines en présentiel qui permettront de passer un examen pour obtenir un certificat universitaire valant officiellement 10 ECTS » conclut Vincianne d’Anna. 

 
Teaser de la première session


Il était une fois la littérature jeunesse : le MOOC pour tout apprendre à distance, peut être suivi par tous, à partir de 16 ou 17 ans. Il est nécessaire de savoir se servir d'un ordinateur. Possibilité d'inscription jusqu'au 20 avril 2018. Pour voir le plan du cours et pour s'inscrire.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.