medias

Sattouf, Ponti, Lacombe... Hommages à Ungerer : “Tomi est universel”

Victor De Sepausy - 12.02.2019

Edition - Tomi Ungerer hommages - dessinateurs illustrateurs Ungerer - mort Tomi Ungerer


La mort imbécile, comme il se doit, continue de laisser vivre des tyrans de par le vaste monde, et rappelle à elle Tomi Ungerer. Preuve évidente que la mort s’emm*rde et qu’elle avait besoin de l’auteur pour lui rendre les journées moins longues. On la comprend. 


Tomi Ungerer @ Gaetan Bally / L'école des loisirs

 
Le Directeur général de L’école des loisirs, Louis Delas, a diffusé un message en hommage à l’auteur que la maison a accompagné depuis toujours. 

« J’ai grandi avec les albums de Tomi Ungerer. Arthur Hubschmid et Jean Delas “testaient” sur moi ses livres avant de les publier. Bien des années plus tard, lorsque j’ai rejoint l’école des loisirs, j’ai eu la chance de travailler avec lui. Cela m’a permis de découvrir le professionnel après avoir connu l’homme et l’artiste aux multiples talents. 

Les Trois Brigands et Jean de la Lune, que je connais par cœur pour les avoir lus des centaines de fois, constituent, avec Max et les Maximonstres, de Maurice Sendak, la colonne vertébrale de notre fonds. Côtoyer personnellement et professionnellement une aussi belle âme et un si grand créateur a été une chance immense. Sa disparition suscite une émotion considérable auprès de toutes les équipes de sa maison d’édition. Nombre de ses albums mettent en scène des orphelins, c’est nous qui le sommes aujourd’hui. »
 
Et sur les réseaux, auteur.e.s, illustrateurs.trices, s'en sont donné à coeur joie, pour rendre hommage au disparu.

Un petit coup de crayon de l’illustratrice Sandrine Estrade Boulet.
 


L’hommage de Benjamin Lacombe, inspiré des dessins de M. Ungerer
 


L’auteur et illustrateur Jean Claverie s’est également prêté au jeu.

 


Quand le Musée Tomi Ungerer ressort une encre de Chine et photocollage sur papier blanc.
 


L’illustratrice Soledad Bravi en fait pleurer les Trois Brigands.
 



Béatrice Allemana se lance dans une série de portraits, foutraques et délicieux.
 


Et même Riad Sattouf, devenu la star des librairies, qui se déclare « amoureusement traumatisé ».
 


Dessin d’Estelle Billon-Spagnol, sans plus de commentaires.
 


Et de l’illustratrice Emmanuelle Robin.
 


Pierre Kroll, caricaturiste et dessinateur belge, avec un peu de mordant.
 


Ou encore l’inénarrable Claude Ponti, avec un poème des plus drôles, malgré l’occasion.
 


Le dessin très émouvant de Fabienne Legrand méritait aussi sa place ici.
 



La Fête du livre jeunesse de Villeurbanne en a réuni bien d’autres, à découvrir sur leur page Facebook.
 


On retrouvera également l’hommage d’Arthur Hubschmid et Jean Delas, cofondateurs de L’école des loisirs. « Tomi est universel. Il nous laisse des livres pour enfants aimés dans le monde entier. Ces livres racontent l'humanité avec humour et tendresse. »
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Arthur Hubschmid et Jean Delas, co-fondateurs de l’école des loisirs et éditeurs de Tomi Ungerer, ont souhaité lui rendre hommage. « Tomi est universel. Il nous laisse des livres pour enfants aimés dans le monde entier. Ces livres racontent l'humanité avec humour et tendresse. En particulier les deux chefs-d’œuvre que sont Les trois brigands et Le géant de Zéralda. Il est le créateur de puissantes affiches dévoilant nos folies. Et d'innombrables dessins qui ont semé au vent son charme désarmant. Merci Tomi ! Pour toujours, ton éditeur Arthur Hubschmid » « Tomi est mort ! Personne ne va le croire, surtout pas les enfants, parce que Tomi avait leur âge, parce que toute sa longue vie – il allait avoir 88 ans ! – Tomi était encore un enfant, il le disait lui-même, tout le temps, et Tomi ne mentait pas, il ne mentait jamais ! Les gens disaient que Tomi était méchant et qu’avec ses livres il aimait faire peur aux enfants. Les gens n’avaient pas compris que Tomi, s’il ne mentait jamais, aimait par-dessus tout se déguiser pour amuser les enfants. Les ogres, les brigands, les crapauds, les pieuvres, les méchants soldats, les chauves-souris, les serpents, les sorcières et sorciers, toutes et tous, c’était Tomi, qui se déguisait, lui-même. Seuls les enfants le reconnaissaient. Enfin Tomi était bon ! Il n’a cessé de se battre contre la violence et la haine, la misère et, évidemment, la GUERRE ! En 1940, il avait 9 ans, et l’Alsace venait d’être annexée par les nazis. Il m’a dit un jour : « Tu comprends, je ne savais jamais si j’avais le droit de parler français, ou bien alsacien ou bien allemand. Alors, pour me faire comprendre, je dessinais !... » Jean Delas TomiUngerer@cFoto-Gaetan-Bally #tomiungerer #jeandelas #arthurHubschmid

Une publication partagée par l'école des loisirs (@ecoledesloisirs) le




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.