medias

Un universitaire accuse les auteurs jeunesse d'abrutir les enfants

Nicolas Gary - 22.02.2018

Edition - auteurs jeunesse idiot - enfants lecteurs idiots - auteurs élèves stupide


Les auteurs jeunesse participent-ils volontairement à rendre les enfants idiots ? Oui, clame un universitaire britannique, particulièrement remonté – et données sociologiques sous le bras. Une enquête diffusée ce jour indiquerait en effet une régression dans les goûts littéraires des adolescents. Et plus encore, dans leurs compétences de lecture...

 

Zoé #1
zaps06, CC BY 2.0
 

 

Des auteurs de premiers plans comme Jeff Kinney, l’auteur des multiples Journal d’un dégonflé (au Seuil, traduit par Natalie Zimmermann), ou encore David Walliams et bien d’autres – JK Rowling est heureusement épargnée ! – sont mis au ban des accusés. Passant en revue les habitudes de lecture d’un million d’enfants au Royaume-Uni, Keith Topping, de l’université de Dundee, estime qu’il y a urgence.

 

Selon ses conclusions, les jeunes élèves se passionnent pour des livres qui ne les tireraient pas vers le haut. Le chercheur spécialisé dans l’éducation et la recherche sociale a en effet établi une liste des livres favoris des enfants. David Walliams occupe la première place, JK Rowling accapare sept entrées, tandis que Jeff Kinney se place en 5e position et Jacqueline Wilson en 10e. Et ce, pour les élèves d’école primaire.

 

Dans le secondaire, on retrouve JK Rowling en première position puis dans trois autres places, et d’autres comme Zoe Sugg, Nicola Yoon, Axel Bell, Rick Riordan (à deux reprises) et Ransom Riggs. 
 

Les auteurs “ado-adulte” écrivent-ils de véritables romans ?

 

A contrario, les enseignants tentent plutôt de faire lire Roald Dahl (en première place pour le primaire) ou David Walliams (pour le secondaire — les tableaux et étude en fin d'article). Et le problème reste bien de ne pas retrouver des ouvrages que l’universitaire considère comme plus stimulants et éducatifs, dans les listes de lectures scolaires, et les listes d’ouvrages préférés des élèves. 

 

Des enfants qui s'épanouiraient dans le moyen
 

Mais alors quoi : cet enseignant aurait donc découvert que les élèves n’aiment pas forcément ce qu’on leur fait lire en classe, et auraient des envies divergentes ? Non point. Enfin, pas que. 

 

L’universitaire accuse tout bonnement les auteurs de niveler par le bas, écrivant des livres qui jouent toujours avec le même registre de langue. De ce fait, ils s’installent dans un certain confort intellectuel – et créent une zone de confort d’où les lecteurs ne s’extraient pas. Pour Kinney et Walliams, explique-t-il, « ils ont tous deux de grandes bases de fans et ils pourraient faire bouger un peu les fans, mais ne le font pas. »

 

Ainsi, les auteurs se contenteraient de « prendre des droits d’auteurs substantiels, tirés de livres avec toujours le même niveau de difficulté. Si vous regardez JK Rowling, son premier livre était relativement facile à lire, et les autres sont devenus plus difficiles : c’est un exemple intéressant d’auteur qui a fait des efforts pour rendre ses livres plus complexes. Je défie Kinney et Walliams de faire de même. »
 

Retour tant attendu du MOOC
“Il était une fois la littérature jeunesse”

 


Non seulement les adolescents ne lisent donc pas assez, mais surtout, ils liraient des livres qui les maintiennent dans une sorte de médiocrité dorée – une stagnation qui finira par les tirer vers le bas, assure l’universitaire dans What Kids are Reading, commandée par l’organisation britannique Renaissance.

La conséquence, poursuit l’universitaire, c’est qu’en primaire, les élèves arrivent parfois à lire des ouvrages qui seraient conseillés à des lecteurs plus âgés, mais que cette tendance s’arrête aux portes du collège, peu ou prou. Avec « un effet néfaste sur le choix des livres » lus par les adolescents : en primaire, ils disposeraient d’un panel plus large et en grandissant, détachés progressivement de la surveillance des adultes, ils finiraient donc par n’en faire qu’à leur tête.

 

Étrange... « La difficulté est que les adolescents accordent moins d’attention aux adultes, aussi devons-nous trouver un moyen d’amener les enfants à recommander des livres avec un niveau de difficulté plus importants, les uns les autres. » 


 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.