Le consommateur, la concurrence et les autres règles du jeu

Nicolas Gary - 24.07.2015

Edito - Amazon industrie - édition livres - concurrence plaintes


Amazon s’est taillé une telle réputation que l’on a pris pour habitude de l’attaquer, quelle qu’en soit la raison. L'Amazon Bashing est devenu un sport du quotidien, dans l’industrie du livre, qui est d’ailleurs la plus encline à pester. Partout dans le monde, les volées de plomb criblent la firme de Jeff Bezos, qui tente habilement de passer entre les balles. La dernière plainte, portée par des libraires et auteurs américains dénonce un cas de monopole abusif. Sauf que...

 

Swimming in Varna

wherisemil CC BY NC ND 2.0

 

 

Tout est parti de trois courriers communiqués au ministère de la Justice américain, émanant de deux organisations d’auteurs et du syndicat des libraires. « Compte tenu des parts de marché d’Amazon, aucun éditeur – quelle que soit sa taille – ne peut se permettre de ne pas faire des affaires avec eux, quel qu’en soit le coût. Et personne ne le sait mieux qu’Amazon, qui a impitoyablement coupé les ventes des éditeurs petits et grands, quand ils n’ont pas cédé aux négociations de la firme. »

 

En substance, il fallait donc comprendre que la situation monopolistique d’Amazon virait au cauchemar pour les professionnels du livre américains – à une nuance près : ni les éditeurs ni les bibliothécaires ne s’étaient joints à la grande séance de lynchage.

 

Les plaintes pour violation des lois antitrust, l’Amérique n’en compte plus : Microsoft, IBM, Google, et bien d’autres entreprises de l’internet et de l’informatique y ont eu droit. Pourtant, il se trouve dans les récriminations des auteurs et libraires l’un des nœuds gordiens du paradoxe américain. Acteur ultra vorace avec la concurrence, et même sauvage, Amazon est un opérateur avec lequel il serait impossible de rivaliser quand on est libraire indépendant aux États-Unis. Sans prix unique du livre, pas de régulation, et une guerre des prix farouche.

 

L’Authors Guild et ses comparses tentent alors de faire valoir que la concurrence d’Amazon est malsaine, nuisible à l’industrie du livre. Or, face aux phénomènes de concentration qui régissent l’économie mondiale – et l’édition n’y échappe pas – les craintes de voir menacée la liberté d’expression fusent. Sauf qu’accuser Amazon d’être un futur candidat à l’oppression semble un brin naïf.

 

De deux choses : soit Amazon a besoin de tout vendre, soit il privilégiera quelques livres – accroissant le phénomène de best-sellerisation partout constaté. Mais en l’état, Amazon ne serait qu’un catalyseur, certainement pas le vecteur responsable d’une quelconque censure. 

 

Les vertus et les défauts de la société se discutent, certes, mais les lois sur la concurrence n’ont pas pour vocation, aux USA, à protéger les préférences culturelles de certains, pas plus que les habitudes professionnelles des libraires et/ou des écrivains. L’antitrust, c’est le consommateur, avant toute chose. Et même, en priorité. 

 

Le client, devenu mètre étalon du commerce web

 

Fortune prend le cas de l’aéronautique, où plusieurs fusions malavisées ont été validées par le régulateur américain. Bilan ? Catastrophique selon le journal : tarifs d’avion plus élevés, moins de choix dans les vols, fin des repas durant les vols, et bien d’autres. Un comportement classique du monopole, que les compagnies aériennes ont déployé progressivement, et où les consommateurs ont souffert durement.

 

Il n’est pas question de nier le comportement prédateur d’Amazon, mais de rappeler combien le modèle américain repose sur le sacro-saint consommateur. D’ailleurs, ce comportement se mondialise, avec des réseaux sociaux, des expériences utilisateurs et autres sociétés américaines qui envahissent le net. 

 

En qualité de revendeur, la firme veut des clients, toujours plus, et, nécessairement, à les satisfaire du mieux possible, ce qui commence par des prix de vente attractifs. Et une multitude de services qui la distinguent progressivement des autres revendeurs, jusqu’à en faire l’acteur que l’on choisit tout simplement parce que c’est plus simple, efficace, rapide, etc.

 

Protéger d’un côté le livre et de l’autre afficher une politique libérale, voilà qui semble paradoxal, et fait certainement passer la France pour le fer de lance du socialisme, avec sa Loi Lang. 

 

Il faudra que l’Amérique se penche sur la question : est-il possible de combattre les géants que l’on produit, tout en encourageant leur développement ? Corollaire : l’attitude prédatrice d’Amazon envers ses concurrents, qui n’a de fait jamais nui aux consommateurs, pourrait-elle vraiment faire l’objet d’un procès pour monopole ? « La vérité est que le contrôle d’Amazon et sa domination agressive du monde de l’édition est un problème bien plus vaste que les différents avec Hachette », peut-on lire.   

 

Les Cassandre, ou les plus prudents, rappellent à raison que si les canaux de vente se raréfient, alors l’offre d’un éditeur est plus difficile à vendre, et à proposer aux clients. En somme, c’est demain que l’on redoute, parce qu’aujourd’hui semble nous échapper. Pour l’heure, les chaînes de librairies existent, les indépendants continuent de lutter et les vendeurs en ligne n’ont pas disparu. Que va-t-on bien pouvoir reprocher à Amazon ?


Pour approfondir

Editeur : Casterman
Genre : bandes dessinees...
Total pages : 56
Traducteur :
ISBN : 9782203031784

Le Tueur - tome 9 - Concurrence déloyale

de Matz, Luc Jacamon

Après ses aventures au Venezuela, le Tueur a fait retraite au Mexique, où il retrouve son vieux complice Mariano, l’homme des cartels colombiens. Mais le contact n’est pas rompu avec les Cubains, via la séduisante Katia. Ceux-ci, toujours désireux d’exploiter leurs ressources pétrolières récemment découvertes, mais soucieux de préserver leur indépendance politique, vont utiliser le Tueur pour peser sur les décisions des Etats-Unis et de leurs alliés dans le grand jeu géopolitique mondial dont le pétrole est l’enjeu. Un triple assassinat est commandité au Texas. Mais ce n’est que la partie apparente de la confrontation silencieuse qui vient de s’engager. Dans la coulisse, d’autres configurations se mettent en place, aussi dangereuses que surprenantes. Et elles concernent le Tueur de très, très près…

J'achète ce livre grand format à 11.50 €

J'achète ce livre numérique à 8.99 €