Anti-PMA : quand La Manif pour tous racole chez les auteurs

Nicolas Gary - 19.06.2020

Edito - manif tous PMA - famille enfants parents - récupération auteurs


EDITO – « On n’a pas le con d’être aussi droit », avait clamé Gainsbourg, renchérissant sur la définition d’Audiard : les cons seraient aisément reconnaissables à ce qu’ils osent tout. Partie en guerre contre la loi Taubira en son temps, et le projet de loi sur la bioéthique, La Manif pour tous ne recule devant aucune méthode. Quitte à racoler aux quatre vents. 

Manif pour tous (26)
 

La revendication est simple : « Nous demandons le report de ce projet de loi bioéthique tant que nous ne pouvons pas nous exprimer démocratiquement dans la rue », indique la présidente de La Manif, Ludo. Et de fait, les rassemblements sont encore interdits, du fait de la crise sanitaire, privant les Français d’un de leurs droits favoris : la manifestation. 
 

PMA à l'Assemblée


La Manif pour tous est un collectif qui s’est monté sur l’opposition au mariage homosexuel, tout d’abord, puis à l’homoparentalité — et les solutions de procréation assistée. Un peu oublié, il n’en regroupe pas moins des milieux conservateurs, voire ultra conservateurs, proches du catholicisme. 

Ses appels à manifester avaient d’ailleurs été soutenus par la droite dure et l’extrême droit en son temps – on se souvient, entre autres, que le député-maire de Versailles, François de Mazières avait figuré en tête de défilé.

Avec le retour du projet de loi bioéthique à l’Assemblée, la Manif reprend du service et de la communication, en raclant les fonds de tiroirs. Décidés à perturber la seconde lecture à la Chambre, tous les moyens sont bons, y compris les plus paradoxaux. Et c’est ainsi que les auteurs ont vu surgir ce tweet, en fin de journée, ce 18 juin. Un appel remarqué…
 


Amusant d’imaginer une seule seconde qu’un pareil message pourrait susciter autre chose qu’une volée de bois vert — personne n’est dupe, c’était bien l’intention. Et même à la rédaction de ce billet, avec le temps consacré non seulement au groupuscule idéologiquement loin de l’humanisme, c’est une fameuse publicité qui leur revient. Et ne pas en parler reviendrait à minimiser l’enjeu… en somme, voici une sorte d’article où qui perd perd. L'exercice connaît ses limites.
 

“Homophobie crasse”


Les réactions n’ont pas trainé : massivement furieux de voir leurs revendications récupérées de la sorte, les auteurs n’ont pas vraiment apprécié. Kaitlynne Plinhe, auteure de fantasy, dégaine : « Se raccrocher à des discussions sur la précarisation de la culture pour alimenter votre lutte contre le projet de loi bioéthique, n’est-ce pas démontrer par l’absurde votre manque d’arguments et de discussions constructives sur le sujet ? »

Et les commentaires, réponses et coups de gueule se sont enchaînés : « Honteuse et minable tentative de récupération. Les auteurs se battent depuis toujours pour la liberté et l’égalité, et n’ont rien à voir avec vos aigreurs mesquines. Vade retro, et fissa », lance Olivier Mannoni, traducteur et responsable de l’école de traduction littéraire du CNL. 
 
On évoque « l’homophobie crasse », quand Terreur graphique n’y va pas par quatre chemins : « Je préfère crever la gueule ouverte plutôt qu’être soutenu par des fachos rétrogrades, homophobes et racistes. »

Que l’on se rassure, La Manif pour tous n’a pas ciblé que les auteurs ni la filière livre pour attirer l’attention sur son dernier sondage. En effet, tout part d’une tentative de lobbying, chiffres à l’appui, où l’on apprend que pour moins de 1 % des Français, la PMA est un des sujets prioritaires de la République. Et par là même, 7 sur 10 ne seraient pas favorables au retour en urgence du projet de loi bioéthique. 

Histoire de ratisser large, bien large, La Manif s’est appuyée sur le même procédé avec le milieu de l’hôtellerie, à Paris ou encore du tourisme en France : toujours en pointant que « la priorité d’Emmanuel Macron [est la] PMA sans Père ». On s’amusera de la majuscule employée pour le terme « père », qui renvoie plutôt à des connotations bibliques et religieuses. 

Fallait-il une majuscule, pour un sujet considéré comme majeur ? La réponse des auteurs, assez attendue, est passée par un tout autre majeur, hautement arboré. Alors, récollets plutôt que racoler ?
 



photo : Jean-François Gornet CC BY SA 2.0


Commentaires
1Þ la population (sondage de la semaine dernière) cherche à faire de la loi de bioéthique une priorité alors que notre pays a bien d'autres défis à aborder.

Le lobby est furieux, certes. Est-ce une raison pour le relayer sur ce site.
La loi sur la bioéthique n'est absolument pas une priorité après deux mois de confinement! La priorité : sauvegarder les emplois, en créer, venir en aide aux plus fragiles, sauver notre économie, soutenir les jeunes en difficulté, redonner à nos aînés dignité et bien-être.

Il y aussi urgence à nous souvenir que nous sommes en démocratie, et que la libre expression est encore garantie par la République.
Les deux commentaires précédents ne peuvent provenir que de la manif pour tous. Comme d'habitude ils passent largement à côté du sujet. Au nom de quoi ces intolérants notoires s'immiscent-ils dans un secteur dont ils ignorent tout (leurs actions et leur discours en témoignent) : la culture.

De plus à ne parler que du "Père" dont la PMA priverait les enfants qui en sont issus, ils semblent oublier que les familles monoparentales forment une part très importante des familles de ce pays et qu'il s'agit de façon écrasante de femmes élevant seules les enfants d'un père qui s'est barré en courant et n'assume plus ses devoirs vis à vis de l'enfant issu pourtant d'une procréation naturelle.

Laissons ces fanatiques à leurs lubies et demandons leur une fois encore de garder leurs convictions à leur place : dans le cadre privé.
Non et non je ne suis pas de la Manif pour tous!

Vous ne me connaissez pas, mais vous osez me ranger sous la bannière de cette association!

De quel droit suis je suspectée, stigmatisée, étrillée par vous qui n'avez aucune compétence pour me juger.

J'ai des idées personnelles comme chacun d'entre nous, et j'ai la faiblesse de penser que nous sommes encore en démocratie, et que la liberté d'expression n'est pas un vain mot. Il faut croire en lisant votre commentaire que je me trompe.

Je suis quand même traitée de fanatique, merci pour votre jugement!

Je ne suis pas de la Manif pour tous, et je réitère que la loi sur la bioéthique n'est pas prioritaire, devant l'état inquiétant et dangereux de notre pays, après le confinement. Des millions d'emplois sont menacés et ce ne serait pas prioritaire.?
Dans le « chapeau » de cet éditorial, je relève la phrase suivante : « Partie en guerre contre la loi Taubira en son temps, et le projet de loi sur la bioéthique, La Manif pour tous ne recule devant aucune méthode. ». Ce n’est pas l’avis de M. Gary sur la Manif pour tous qui m’intéresse ici mais l’affirmation implicite que, combattue en son temps par un mouvement qu’il critique fortement, la « Loi Taubira » appartient au camp du Bien et constitue une référence morale incontestable.



On ne peut laisser passer cette affirmation ou insinuation alors que cette « Loi Taubira » est de facto un texte raciste, négationniste et falsificateur puisqu’affirmant que la seule traite fut celle pratiquée par les Européens. La « philosophie » sous-jacente de ce texte est l’officialisation dans les textes de cette haine de soi autoflagellante qu’une minorité d’excités mais omniprésents dans les médias veulent nous enfoncer dans le crâne à coup de hurlements ignares et intolérants.



Les lois mémorielles sont une monstruosité car ce n’est pas aux majorités politiques de dicter ce que l’Histoire doit être : ainsi, par exemple, le génocide subi par les Arméniens en 1915 est un fait historique documenté et analysé qui a fait l’objet de maints ouvrages historiques sérieux depuis des décennies. Le vote d’une loi bien-pensante par l’Assemblée Nationale ou le négationnisme constant des gouvernements turcs successifs ne peuvent rien y changer.



La « panthéonisation » implicite de la « Loi Taubira » par M. Gary est au mieux une sottise, au pire une contribution à la falsification de l’Histoire.



Donnons plutôt la parole à un historien, un vrai (car maints imposteurs osent usurper ce titre) :



« D'autre part, si on fait de l'histoire, il faut faire de l'histoire jusqu'au bout. C'est-à-dire qu'on ne parle pas de « la » traite dans l'Atlantique ou dans l'océan Indien, mais de l'ensemble des traites négrières qui ont précédé celle-ci. Je pense notamment aux traites internes à l'Afrique et à la traite arabo-musulmane qui ont donc précédé la traite transatlantique, c'est-à-dire la traite européenne, et qui se sont prolongées au-delà de l'abolition de la traite atlantique.



Et c'est tout le problème de cette date et de la loi de Mme Taubira. Parce que dans l'article 1er de la loi qui a été adoptée définitivement en 2001, que dit-on ? On parle de la traite négrière transatlantique ainsi que de la traite dans l'océan Indien, et de l'esclavage perpétré à partir du XVe siècle aux Amériques et aux Caraïbes et dans l'océan Indien. Pratiquée par qui ? Uniquement par l'Europe.



Il y a donc une mise en cause extrêmement restrictive de ce qu'a été la traite. Et je crois, avec l'historien Pétré-Grenouilleau qu'il vaut mieux parler des traites. Je regrette donc que la loi ne mette en accusation que la traite européenne qui a été abolie en 1848 et que la France a combattue dans ses colonies au fur et à mesure de l'avancée de son empire colonial.



La deuxième chose regrettable dans cette loi [loi Taubira « tendant à la reconnaissance de la traite et de l'esclavage en tant que crime contre l'humanité » (no 2001-434), votée le 10 mai 2001], et j'espère que l'on ne va pas commémorer cet aspect-là, c'est évidemment l'anachronisme de la notion juridique de "crime contre l'humanité" puisque cette notion, juridique je le répète, est née au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Par conséquent, on reconstitue un passé pour servir les questions politiques du présent. »



(Daniel LEFEUVRE, 1951-2013 ; il fut professeur d'histoire économique et sociale à l'université Paris VIII, spécialiste de l'Algérie coloniale, il a notamment publié un essai remarquablement documenté et argumenté au titre choc : Pour en finir avec la repentance coloniale.)
Très joli pas de côté ! Parler de colonialisme à propos d'un article sur la Manif pour tous, il fallait le faire.



Par ailleurs, si on ne s'attelle, en temps de crise, qu'à redresser l'économie, alors on ne fera plus que ça et les questions sociétales comme la PMA, l'égalité homme/femme, et autres ne seront traitées que quand tout le reste fonctionnera au mieux ce qui dans mon expérience ne s'est pas produit depuis 1973.

A vouloir traiter les dossiers les uns après les autres alors on repousse toujours au lendemain ce qui ne rapporte pas directement de l'argent.

Avec ce genre de raisonnement on n'aurait toujours pas le droit à l'IVG, la peine de mort n'aurait pas été abolie, le Pacs et le mariage pour tous ne seraient que des idées et non une réalité.
@Frédéric Métaillé



Vous avez raison d'écrire que le sujet de mon message diffère de celui de l'article et j'en étais bien conscient.



Seulement, la mention de la « Loi Taubira » par M. Gary est tout autant hors sujet et contribue à une « sédimentation intellectuelle » tendant à conférer un statut de « référence morale » à un texte qui est, je le redis, raciste, négationniste et falsificateur. Et il est hors de question de subir cette propagande malsaine : les tombereaux d'âneries haineuses éructées par les indigénistes et autres thuriféraires de la repentance autoflagellante de tout poil prospèrent notamment grâce au silence apeuré du public et à la servile complaisance des médias.



Voilà pourquoi, alors que j'ai horreur en général des « sautillements » et autres « zappages » dans les discussions, j'assume le présent « hors sujet » vue l'importance de la question. Nous sommes soumis à un effarant déferlement de propos d'actes et de propos dans lesquels l'ignorance le dispute à la haine : il faut résister ouvertement à cette intoxication.



Bien à vous,
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.