Cette virgule du Brexit qui plonge les Britanniques dans le comma

Nicolas Gary - 31.01.2020

Edito - virgule piece monnaie - Royaume Uni Brexit - collection pièces


Le Brexit est consommé, le parlement britannique s’est décidé à quitter l’Union européenne, sous les applaudissements de Boris Johnson. Et ce 31 janvier, date définitive, les Britanniques partent, sans un regard amer ni un salut. Ligne d’arrivée, mais une fois passée, les ennuis reviennent.


 

Boris Johnson, comparé au petit sorcier Harry Potter, franchissant le célèbre mur qui sépare les apprentis élèves de Poudlard du monde des Moldus, la chose est cocasse, mais fait sourire.
 


Évidemment, JK Rowling qui s’est toujours dressée contre le Brexit n’appréciera que modérément la comparaison. Soit. Elle pourra se rabattre sur la découverte syntaxique du jour, qui met le feu aux philologues et autres grammairiens. 

Depuis le 25 janvier, et en prévision du Grand Départ, le Royaume-Uni s’est doté d’une pièce de 50 pennies, présentée par le chancelier Sajid Javid. Un message fort, tendre, aimant, et internationalement humaniste, reproduit ci-dessous : 
 

Peace, prosperity and friendship with all nations


Tout va bien ? Pas du tout : le romancier Philip Pullman, parmi d’autres détracteurs, en ont les bras qui tombent. Et contrairement au Cyrano de Rostand, leur sang se coagule, à la pensée que cette devise ait pu oublier une virgule. Car selon les règles de la syntaxe britannique, voici ce qui aurait dû être écrit, insiste le Guardian.
 

Peace, prosperity, and friendship with all nations


La nuance ne vous saute pas aux yeux ? Et pourtant : entre prosperity et and, il devrait se trouver la fameuse « virgule d’Oxford », celle qui différencie l’homme de la bête, qui fait des Anglais un peuple noble, fier et lettré. 
 


Un coup à ce que la douce et tendre marquise d'Achille Talon, Virgule de Guillemets, en casse le sien...

Citée par le Guardian, Susie Dent, étymologiste, souligne que Pullman a raison : certes la virgule — comma en anglais — est facultative, mais elle a le don de clarifier les propos à l’écrit. Et il est plus simple de l’utiliser tout le temps, plutôt que de réfléchir aux modalités d’emploi.



 
La « virgule de série » est usuellement introduite avant la conjonction de coordination (méouédoncornicar), comportement qui ne se pratique pas du tout en français. En cas d’énumération, elle est plus que la bienvenue — différenciant alors l’anglais british de l’anglais american. Si Oxford la préconise, Cambridge s’en passerait volontiers.

Il n’empêche que la pièce, commémorative, va aussi écrire l’histoire : le Royaume-Uni avait refusé d’adopter cette pièce à l’époque européenne. Les quelque 3 millions d’exemplaires qui ont été frappés, vendus suivant les modèles entre 10 et 950 £ vont s’arracher, plus encore que prévu. 

Fait en tout cas révélateur : le texte apposé est inspiré du discours de Thomas Jefferson, prononcé durant son accès à la présidence, en 1801. Écrit sans virgule, assurément.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.