Edito : embed with Madonna

Nicolas Gary - 15.01.2016

Edito - Madonna chanteuse - export livres - code HTML


Sorti en 1991, le film-documentaire racontant les coulisses de la grande tournée de Madonna fut un véritable succès. Madonna : Truth or Dare (Madonna: Action ou Vérité) fut le sous-titre d'In Bed with Madonna. C’est que, littéralement, on passait de la vie scénique à la vie privée de la chanteuse. De Tokyo à Nice, jusqu’à travers les États-Unis, la tournée de 1990, Blond Ambition Tour, portait bien son nom. De In Bed à Embed, il n’y a pourtant qu’un pas. 

 

Sans titre

Otto Nassar, CC BY SA 2.0

 

 

Est-ce à l’innovation que l’on reconnaît le talent ? Non. C’est à la capacité d’autres de copier l’innovation préexistante, et de se l’approprier. Une fois encore Amazon vient de surfer sur une jolie vague, avec son widget Kindle Instant Preview, destiné à être exporté. Joli, non ? Oui : depuis des années, Youtube propose ce modèle, le fameux code embed, qui permet d’intégrer une vidéo sans recourir à un monstrueux serveur pour l’héberger. 

 

Embed, c’est le nom que l’on donne aux journalistes embarqués avec des militaires pour des reportages sur des zones chaudes. Embarqués, les journaleux. 

 

Le monde du livre a tardé à s’offrir un pareil outil : il a fallu que Google Books lance l’idée, qu’elle soit peaufinée par Scribd ou Youscribe, son pendant français. L’apparition d’un code HTML, sur le principe banal du widget, a fini par se généraliser : Amazon y a recours, le libraire Sequencity a poussé l’art bien plus loin encore... Bref, c’est l’avenir.

 

Autant dans In Bed With Madonna, le lecteur était plongé dans l’univers de la chanteuse, autant avec l’Embed, c’est le site qui accueille le code HTML qui voit son intimité totalement parcourue, explorée, des combles à la cave. Grâce à cette insertion, le producteur du widget dispose de nouvelles informations, de trafic, de clic, plus précises certainement. De quoi observer et collecter de la Data à foison. 

 

 

 

 

 

D’ailleurs, pourquoi Amazon aurait rejoint les rangs, sinon pour emmagasiner des informations ? Accessoirement, son outil permet aussi de faciliter les ventes, avec de l’achat one-click. Avec la facilité de dissémination d’une vidéo Youtube, Amazon peut essaimer son Kindle à travers tout le web, et accroître plus encore la portée de son emprise. Je ne voudrais pas vous effrayer, mais l’époque du pied pour bloquer la porte est finie. Aujourd’hui, on empêche la ménagère de fermer son huis avec un char d’assaut, sans même qu’elle s’en rende compte – ni abîmer le tapis avec les chenilles. 

 

La lecture d’un extrait, intégré via le code HTML devait se généraliser, et bien que la solution existât depuis quelques années déjà, c’est Amazon qui va rafler la mise. Comme on le sait : « The winner takes it all » et par conséquent « The loser standing small ». Le vainqueur rafle tout, et le perdant s’écrase dans un coin. 

 

Surtout que les différentes maisons d’édition qui en France ont tenté le pari de cette technologie n’ont pas mesuré l’importance de proposer des outils ergonomiques. Si Youtube s’offre le luxe de simplifier la vie de l’internaute au maximum, il devait pourtant y avoir une raison. Pour s’assurer de collecter le plus de données sur un utilisateur, il faut lui donner un outil, clef en main, dont il s’emparera comme s’il s’en était toujours servi. Tant que les maisons opteront pour des solutions de feuilletage embed qui se payent le luxe d’imiter le bruit de la page tournée (Calaméo et consorts), clairement Amazon – et tous les autres – pourront se bidonner.

 

 

 

Dailymotion s’est-il distingué en intégrant un « clap » lorsque l’on lance une vidéo ? Si au moins on pouvait arracher les pages numériques, avec Calaméo...

 

Avec Kindle Instant Preview, Amazon met une pierre de plus à sa pyramide. Quelques modifications et il sera parfait, prêt à devenir l’outil suprême de lecture d’extraits de livres, prêts à envahir la toile. Et sans que jamais l’on ne s’en rende compte, il engrangera de quoi cibler et nourrir l’algorithme de recommandation, un peu plus encore. Voire : les auteurs en profiteront comme d’une solution marketing pour leurs livres. 

 

Pas vraiment une découverte, peut-être l’occasion d’un émoi... « Hey, Like a virgin/Touched for the very first time »