Grève des femmes en Suisse : Lysistrata fait des émules, 2500 ans plus tard

Nicolas Gary - 14.06.2019

Edito - grève femmes - Lysistrata tragédie - Suisse femmes


ÉDITO – L’Antiquité gréco-romaine rebute peut-être les générations X, Y ou Z, mais les Anciens n’ont pas dit leur dernier mot. Pour preuve, cet étonnant télescopage entre une actualité sociale brûlante en Suisse et l’une des plus merveilleuses pièces du théâtre comique d’Aristophane. Ah, le bonheur des Grandes Dionysies !

beat 50
Mysi, CC BY ND 2.0


Personne ne devrait oublier l’histoire admirable et absurde de Lysistrata : cette femme grecque qui partit en guerre pacifiquement contre La Guerre, et parvint, dans la pièce d’Aristophane à mettre les hommes au pas. Lysistrata, ou littéralement, celle qui délie l'armée. Le tout avec force vulgarités, calembours audacieux et néologismes servant l'humour, avant toute chose. 
 

Phallus pas m'quitter, tu vois, il est beau le ré-sultat


À l'époque, Athéniens et Spartiates se livraient régulièrement bataille — les fameuses Guerres du Péloponnèse — et voici qu'ils s’entendent dire par leurs épouses qu’elles déclarent la grève du sexe. Préavis à durée bien déterminée : point de galipettes ni de sport de chambre tant que leurs brillants et vaillants mâles guerriers continueront de s’entretuer dans la joie et l’allégresse.

Et de mourir, pas même ad maiorem gloriam dei comme on dira quelques siècles plus tard. 

En 411, quand cette pièce fut jouée, l’histoire nous enseigne que la carrière d’Aristophane avait déjà pris un coup de plomb dans l’aile. Lui avait placé son art sous le signe d’un rire déchaîné qui n’épargnerait rien ni personne, ignorait encore — probablement parce que Desproges n’avait pas eu l’occasion de l’alerter : on peut rire de tout, mais pas avec tout le monde… 
 

Chantage au sexe, ou je vais t'apprendre à siffler


L’idée qu’une femme, qui logiquement trouvait sa place au gynécée plus que sur l’agora, et certainement pas dans les affaires publiques, la guerre étant trop sérieuse pour être confiée à des femmes protectrices de la vie, fasse pression sur des hommes pour qu’ils abandonnent les armes était spectaculaire. Hier, et aujourd’hui encore. 

Le chantage au sexe, levier des plus puissants qui soit, ne manque pas de nous faire sourire, certes. Mais attention tout de même. Surtout que dans ce combat, Lysistrata parvient à convaincre ses semblables tant à Athènes qu’à Sparte : mieux vaut l’amour que la guerre. Et si vis pacem, basta bellum ! – pas tout à fait en grec dans le texte.
 
Fuck you
Nikki Celis, CC BY ND 2.0

 
Il n’est pas raisonnable d’extrapoler trop autour de cette fable antimilitaire — une vertu en soi déjà louable ! Pourtant, imaginer qu’Aristophane fut un féministe avant l’heure n’a rien de fou : le théâtre était le lieu par essence de la catharsis, mais difficile de nier l’engagement de l’auteur comique à l’égard des femmes.

Il faut aussi se souvenir qu’il débuta sa carrière avant même d'avoir 18 ans, en s’en prenant au plus puissant personnage de l’époque, Périclès… Et plus encore à Cléon, le fameux démagogue, sorte de Donald Trump athénien, devenu l’un de ses sujets de moqueries favoris.
 

Une grève pour l'égalité salariale


Or, ce n’est pas la Saint Aristophane que l’on célèbrera ce 14 juin, mais la Grève féministe, lancée à l’occasion des Assises féministes romandes du 2 juin 2018, et soutenue par l’Union syndicale suisse ainsi que Travail.Suisse. « En effet, malgré un article constitutionnel (voté en 1981) et une loi sur l’égalité (entrée en vigueur en 1996) les inégalités de traitement et les discriminations perdurent, y compris dans le domaine culturel », relève l’association Autrices et Auteurs de Suisse.

Entre 2014 et 2016, les écarts salariaux dits « inexpliqués » grimpent, passant de 585 francs à 657 francs par mois en moyenne. « Les deux tiers du travail domestique, des tâches éducatives et de soins incombent toujours aux femmes. Le travail à temps partiel se conjugue majoritairement au féminin, avec une incidence aggravante sur les retraites. Les stéréotypes véhiculés par la publicité et les médias exercent encore une influence déterminante sur les esprits », rajoute l’Office fédéral de la statistique de Suisse.

Or, malgré un article constitutionnel (voté en 1981) et une loi sur l’égalité (entrée en vigueur en 1996) les inégalités de traitement et les discriminations perdurent, y compris dans le domaine culturel.
 
Puisque les guerres d’aujourd’hui sont avant tout des guerres économiques, et l’on range rarement son portefeuille ailleurs que dans la poche arrière de son pantalon quand on est un homme, Lysistrata encouragerait volontiers les femmes de Suisse à taper sous la ceinture. Et pour faire entendre, elles, leurs revendications autant que l’Athénienne le fit en son temps, il existe des grèves radicales qui font entendre raison plus rapidement que d’autres…

Cela dit, qu’on ne rigole pas trop en France : les chiffres et statistiques sur le sujet ne sont guère plus reluisants.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.