Le Gook, ou la “rencontre fortuite” d'un geek avec un book

Nicolas Gary - 05.04.2019

Edito - geek book - Lautréamont rencontre fortuite - blague geek littérature


ÉDITO / TRANCHE DE VIE – Il est tard, dans la journée, au point qu’elle s’appellerait plutôt nuit. Les chats sont gris, certainement, les journalistes éreintés : une vague ambiance de tabac froid et de fumée âcre, entrecoupée des ding, ding de la messagerie email. « Les parfums, les couleurs et les sons se répondent », lâche quelqu’un. 
 

Fou rire. La fatigue. Blague de Geek. Oui. Mais de geek littéraire… les pires de tous.

Polis et perché
Polis et Perché, de gauche à droite, les chats de la rédaction - ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

Le Geek — prononcer [ɡik] — désigne au départ un passionné, et selon Wikipedia, plutôt orienté vers les « cultures de l’imaginaire ». Par extension, il désigne une personne cérébrale, et par la suite, un amateur de gadgets informatiques, ou une orientation technophile. Dans tous les cas, un univers avec ses propres références, pas nécessairement accessibles au plus grand nombre non initié.

Exemplarisons, à défaut d'être exemplaires, c’est encore le mieux : « Le Geek sait compter jusqu’à 403, après c’est introuvable. » Apocompri ? Simple : sur internet, quand une page de site web n’existe pas, ou n’est plus accessible, s’afficha alors une erreur 404, page introuvable. CQFD.

C’est déclinable : « Le Geek sait compter jusqu’à 402, après c’est interdit. » Pourquoi ? Parce qu’une erreur type 403 désigne un accès refusé à une page web. Etc., ad libitum. Voire ad nauseam. Blague de geek, en somme.
 

Pierre, papier, ciseaux


Retour à nos chiffons : comme tous les matins, notre éminent facteur, qui plie sous le poids des services de presse, s’approche de la fenêtre — les bureaux donnent sur la rue. Silencieux, il attend que cesse le bruit des touches fracassées sur les claviers. Et soudain, quelqu’une remarque sa présence, visage souriant, les yeux rivés sur la rédaction en pleine ébullition.

Et cette quelqu’une de lâcher : « L’œil était dans la tombe et regardait Caïn. » Facile : Victor Hugo. La Conscience. Hilarité. Car ce n’est pas tant d’avoir des lettres ni même de courir le bon mot. Une question de référentiel, avant tout — littéraire, évidemment. 

Quelque chose traînait dans l’air..

2016-02-06_09-51-13_ILCE-6000_DSC03401
Miguel Discart, CC BY SA 2.0 -
Prom’nons-nous, dans les bois, pendant qu’Cthulhulhu y’est pas…
Si Cthulhulhu y'était, il nous man-ge-rait
 



Quelques semaines plus tôt, déjà, cherchant un papier sous une pile, on voit tous les bouquins s’effondrer, embarquant avec eux la tasse de café. Et l’intéressée de cracher, pérorante : « Tout m'afflige et me nuit, et conspire à me nuire. » Joli. Phèdre. Racine. 
 

Je est un autre, en amont


Et puis, il y eut le poisson d'avril du Centre national du livre : 

Soudain l’idée germa : c’était beau « comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d’une machine à coudre et d’un parapluie ».

M*rde, un autre… Bonjour M. de Lautréamont. Venait de naître un concept : le croisement de la blague geek avec le monde littéraire : geek… et book. Le Gook. Terme hideux, grotesque, sublime. Tiens, revoilà-t-y pas la sous-prefette Hugo ?

Ah, certes oui : les citations primesautières embellissent la vie du Gook. Elles nécessitent d’entretenir une connivence toute littéraire, dont le champ des possibles n’excède pas la bienséance. Ce qui aboutit à : « Dès fois j’tai d’ces fulgurances… », avec un accent d’Arletty, sur le pont du canal de l’Ourcq. 
 
L’étape suivante consiste à déployer des trésors de désuétude, multipliant les « gésir », les « choir » ou autre « vilipender ». Ce qui donne à peu près « Je gis, je chus, je vilipendai à sa vue ». Coucou m’sieur Racine. Alors, oui, l'alexandrin est boiteux, mais le Gook n’en a cure. Alors que Siné, si (et puis démerdez-vous !).

Voilà la blague de bon gook — oui, le Gook savoure aussi le calembour — celle qui amène parler d’Amélie Nothomb en évoquant Stupeur, mais troublement…  (attesté par le CNRTL, on déconne pas avec la géo…)

Excellent week-end, on vous aime. Et comme dirait Virginie Grimaldi, qu'on aime : « Coeur avec les mains ! »


Commentaires
L'aptitude à gésir de celle qui est trop gaie (sa tête, son geste,son air...) n'est plus à démontrer. Pour choir aussi, elle s'y entend. Longtemps elle a chu de bonne heure. Quant à vilipender, elle reste un rien effarouchée, c'est une inhibée de la vilipendaison. Elle prie Dieu que tous nous veuille absoudre. Ça l'épuise.
Libraire j'adore la langue des mots. je me suis régalé avec votre article, comme dans un mélange alchimique saupoudré de Luchini et de Jean d'O.



Bravo et merci pour cette fraîcheur littéraire...
Ca rasserene de lire des choses comme,dit-elle. C'est "bien enleve" comme qui dirait
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.