Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Ne pas confondre Mesure Technique de Protection et Service après-vente

Nicolas Gary - 17.02.2017

Edito - DRM verrou numérique - Sony DRM ebooks - lecture numérique fichiers


EDITO – « Quelle solution DRM pour améliorer l’interopérabilité et le parcours client ? » Quand on lit un intitulé de conférence de ce genre, on se demande si l’on n’aurait pas dû reprendre un peu de schnaps avec sa choucroute. Voir, vider la bouteille, la petite sœur, et toute la famille.

 

Lock

||read||, CC BY 2.0

 

 

« On n’est plus en 2010 », clamait haut et fort Élisa Boulard de 7 Switch. Manifestement si. Sony, pourtant largement évincé du marché du livre numérique, a décidé de faire un grand retour, avec Marlin. Grand mystère, pour l’instant, que cette solution de protection de fichiers contre le piratage. Mais alors, qu’est-ce qu’un Marlin.

 

 

 

Surtout, ne pas se méprendre : marlin n’est pas la contraction de margoulin, surnom affectueux dont mon père avait pris l’habitude de gratifier différentes catégories socioprofessionnelles : avocats, notaires, banquiers, assureurs, et j’en passe et j’en oublie.

 

De même, on ne rapprocherait qu’à tort le marlin de l’oiseau auquel Robert Desnos dédia tout un poème (dans le recueil Chantefables et chantefleurs) : le martin-pêcheur. Facétieux que vous êtes...

 

 

 

Non point du tout. Cependant, on y vient : le marlin, ou plutôt, les marlins, composent une famille de poissons de l’ordre des perciformes, laquelle, d’après Wikipedia, compte cinq genres et onze espèces. « Ces poissons sont caractérisés par leur rostre effilé, fruit de la fusion entre les os prémaxillaire et nasal. Ils ont cependant des dents. Les nageoires pelviennes sont très fines, et la dorsale très longue, parfois haute et en forme de voile. »

 

Attention : l’espadon ne fait pas partie de cette famille, bien qu’il possède également un rostre. Ne mélangeons pas les Istiophoridae et les Xiphiae, je vous prie.

 

Donc, de ce que l’on peut en deviner, Marlin disposera d’un rostre, il pourra atteindre jusqu’à 4 mètres et peser 900 kg – chose qui risque de ne pas simplifier le téléchargement de livres numériques. Parce qu’aucune connexion au monde n’est encore conçue pour encaisser 900 kg de débit.

Istiophorus platypterus, de la famille des Marlins, 

 

 

C’est un peu comme de demander à un adolescent, tout tremblant d’excitation après la projection de Fifty Shades of Grey, de faire passer par le chas d’une aiguille, un câble RJ45 en moins de 3 secondes.

 

Comme tous les poissons, Marlin aura donc des branchies, et sa relation avec le monde du livre est d’ores et déjà établie : dans le Vieil homme et la mer d’Hemingway, c’est un marlin qui est pêché, et non un espadon. Certaines erreurs de traductions ont la peau dure. 

 

Et si Desnos et Hemingway ont tous deux été publiés chez Gallimard, ce n'est que le fruit du hasard. Et pas vraiment le raisin de la colère. 

 

Reste alors à comprendre pourquoi Dieu a créé le Marlin, et n’avait, dans son infinie sagesse, jusqu’à lors pas pensé au DRM Marlin. Certes, Dieu s’était bien amusé en voyant débarquer la DRM LCP. Selon nos informations, il biche déjà, impatient de voir ce que Sony a en réserve.

 

 

 

Pour qu’une solution de protection soit adoptée, elle doit d’abord convaincre les détenteurs de fichiers : les éditeurs. Or, de ce que nous avons pu apprendre, pour l’heure, Marlin peut bien faire le malin, il n’a pas convaincu les grosses écuries.

 

Au détour d’une poire, suivie d’une pomme, d’une prune et de deux autres fruits et légumes – essentiels, rappelons-le – je garde le souvenir poignant de ce fou rire qu’un éditeur a piqué, à l’évocation de Marlin.

 

Les exemples de maisons qui ont décidé de passer au watermarking – mais nous y reviendrons – ou au zéro DRM sont suffisamment nombreux pour nous apprendre quelque chose. Nous ne sommes plus en 2010, certes, mais le switch des 7 années n’a manifestement pas encore touché toutes les branches concernées.

 

 

NB : Le rédacteur confus prie son aimable lectorat de bien vouloir l'excuser de n'avoir pas su placer Leroy Marlin ni Marlin l'enchanteur dans son billet d'humeur. Aucun bricolage et nulle magie ne convaincront jamais les lecteurs d'accepter un verrou numérique.