Rhume de cerveau, ou comment les socialistes ont chopé la Clèves

Nicolas Gary - 02.12.2016

Edito - taux réduit TVA ebook - Nicolas Sarkozy Clèves - eurodéputés socialistes TVA


EDITO – Évidemment qu’il y a lieu de se réjouir que la Commission européenne ouvre les yeux, et révise ses positions sur la TVA. Bien sûr : un livre est un livre, qu’il soit papier ou numérique. Et tant mieux si la presse en ligne bénéficie enfin d’un taux ultra réduit. Gloire à dieux aux plus hauts essieux... Essieux, oui, parce que, partis sur les chapeaux de roue, les eurodéputés socialistes ont finalement fini leur course par un tête à queue.

 

 

 

Les eurodéputés socialistes et radicaux n’ont pas manqué, dans un communiqué, de se féliciter – vilaine manie des communiqués de presse – de ce que la Commission européenne ait présenté des mesures autour de l’harmonisation du taux de TVA

 

Enfin, l’e et le p book disposeront d’un traitement fiscal équivalent, enfin un livre est un livre, enfin, enfin, enfin... « Cette demande faite de longue date trouve enfin une réponse favorable, car l’important, quel que soit le support, est la diffusion du savoir, de la culture, de l’imagination et de la pensée au plus grand nombre », soulignent les eurodéputés socialistes et radicaux. 

 

Et pour ajouter à l’exaltation la raillerie, ces derniers n’oublient de « remercier Pierre Moscovici », le Commissaire européen à l’économie, « d’avoir pensé à Nicolas Sarkozy ». En effet, le candidat déçu de la primaire Les Républicains « va pouvoir profiter de son temps libre pour se délecter de la “Princesse de Clèves” sur un livre électronique… »

 

Ah, oui, la fameuse histoire, touchante si elle n’était pas grotesque. Personne n’a oublié cette princesse qu'avait malmenée le président Sarkozy. C’était en 2008, et certains en rient encore. D’autant plus qu’en 2006, le candidat Sarkozy avait déjà eu le bon goût de s’attaquer au livre de Madame de Lafayette. 

 

Rions, rions donc de bon cœur, en se tenant les côtes, à chaudes larmes, à s’en brûler les zygomatiques. Ou pas.

 

Histoire de rire de tout, avec tout le monde, rappelons aux eurodéputés socialistes que, non seulement, les éditions numériques payantes de la Princesse de Clèves appliquent une TVA réduite depuis le passage en force de la France, contre la directive européenne. Les propositions de la Commission ne changeront rien à l’actuel prix de vente – le taux réduit est déjà mis en place, adopté depuis juillet 2014. Et ce, miracle, pour tous les livres numériques commercialisés en France.

 

Bon sens 1 - Eurodéputés socialistes 0

 

Puis, saluons l’aimable esprit républicain qui anime les eurodéputés : décédée en 1693, Madame de La Fayette a depuis longtemps versé son œuvre dans le domaine public. Autrement dit, La princesse de Clèves est gratuitement et légalement disponible pour tous – y compris pour Nicolas Sarkozy, qui avait tant souffert sur ce texte. Plutôt que de fournir un lien de téléchargement pour encourager chacun à renouer avec ce roman, le sarcasme des eurodéputés tombe comme un couperet... vilainement émoussé.

 

Bon sens 2 - Eurodéputés socialistes 0

 

Et parce que le ridicule ne tue pas, les eurodéputés poursuivent : « Il est des acharnements qui paient et dont on peut s’enorgueillir» Juste, très juste : il est aussi des acharnements qui tombent à l’eau comme une plaisanterie déplacée, du moins mal replacée. Et soudain, on n’a plus envie d’en rire.

 

 

Bon sens 3 - Eurodéputés socialistes 0

 

Et 1... et 2... et 3 zéro !