Tel épris littéraire qui croyait prendre

Nicolas Gary - 05.10.2018

Edito - prix littéraires rentrée - prix littéraires auteurs - confidentiel embargo aneries


Les moineaux ont désormais cessé de gazouiller joyeusement dans la fraîcheur nimbée de l’aurore matinale aux doigts de rose. À présent, plus de quartier, on sort l’artillerie lourde : communiqués de presse, relances auprès des médias et influenceurs, déjeuners multipliés... Les secondes listes de prix sont tombées. 


Loaded for a vacation
Auteur revenu chargé de prix littéraires - Hans Hansson, CC BY ND 2.0


 

Durant quelques jours, les rescapés vont jouir d’un mitraillage en règle. C’est le jeu de la rentrée littéraire : une roulette russe doublée façon Dix petits nègres ou Agatha Christie revisitée à Saint-Germain-OK-Corral des Près. Les jurés lisent, feuillètent au pire, survolent parfois, et tranchent : la première sanction, qui a tout du couperet de guillotine, c’est la Liste Première. Et les rédactions se ruent pour partager la Très Bonne Nouvelle.

 

Entre une dizaine et une vingtaine de romans retenus, suivant les jurys, français, étranger, parfois ajoutant des essais pour la globalité. D’autres, plus spécifiques, vont cibler les mauvais genres : polar, ou pire, quasi indicibles, poésie et théâtre. 

 

Horreur et stupéfaction : qui lit encore des polars de nos jours ? 

 

Évidemment, tous les regards avaient déjà convergé vers le Titan, prix plus convoité que l’Anneau de pouvoir qui les gouverne tous. Il siège, olympien, dans le cœur des éditeurs encore en lice, son Académie Auguste — les AA, comme on dit — a réduit les nominés, et tous les autres ont suivi, le procédé est connu.

 

De liste en sélection, avant l’euphorie de l’ultime révélation, la liesse qui contamine jusqu’à l’imprimeur, par causalité autant que capillarité. « Ça redynamise les équipes aussi, même si le prix est modeste, parce que cela récompense un travail », lançait un éditeur aux deux livres fraîchement couronnés d’un prix maison.

 

Parce qu’on a aussi, dans la lignée des Académies, des Jurys, et autres se sont créé ces prix internes, récompensant le meilleur de la production de l’année, sur une thématique, ou un format, un style, etc. Des prix certes orientés vers la valorisation du propre fonds de la maison en question, avec quelque chose de très artificiel — mais tout ce qui tend à faire parler des livres est plutôt bon à prendre.

 

Affaire Renaudot : un auteur autoédité
chez Amazon qui dérange

 

Il y a donc les prix, et par conséquent, les lauréats. Donc un résultat, qui n’est pas toujours soumis à des débats sans fin jusqu’au matin même de la remise de la récompense. Dans ces cas de figure, les âmes bien nées et les agences de communication qui font leur travail fournissent l’information en amont, avec un embargo. Ici ou là, peuvent se négocier des exclusivités, mais à moins d’un enjeu majeur, cette approche est plutôt maladroite.

Pour exister significativement — c’est-à-dire jeter un éclairage fort sur le, ou les, livre.s retenu.s — un prix littéraire doit communiquer, massivement, et au jour de sa remise, parvenir à ce que les médias s’en emparent. Et parlent de l’ouvrage. 
 

La France est championne des prix littéraires, devant le Japon d’ailleurs, avec ses quelque 2000 prix littéraires décernés. Seuls 200 auraient réellement une portée nationale — il faudrait analyser ce que les prix d’éditeurs peuvent avoir de résonnance et d’écho, justement, pour modifier cette donnée. 

 

Tout aussi propres au pays que peut l’être la rentrée littéraire, les prix animent l’édition toute l’année.

Parfois malgré eux.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.