Un autre Noël ordinaire chez mon libraire

Nicolas Gary - 07.12.2018

Edito - librairie vente Noël - édition économie ventes - livres lecteurs fêtes


EDITO — L’horloge marquera 23 h 58, ce 31 décembre, et dans toute la France, on entendra un immense soupir de soulagement collégialement poussé. Il viendra de toutes les librairies, qui cette année encore, boucleront leur année in extremis. Positivement, s'entend. Avaient-elles, comme la cigale de la fable, chanté toute l’année ? Pourtant, il semble bien que non…


Librairie Mollat Bordeaux
ActuaLitté, CC BY SA 2.0


2018 aura été marquée par deux tendances : le développement massif du livre audio, et les revendications portées par les auteurs, sur les réformes fiscales et sociales qui les menacent. Mais dans le silence des cartons — et quel que soit le distributeur, c’est jamais bien bavard, un carton — on n’a pas entendu les libraires.

Les éditeurs, comprendre le SNE, si fait : ils sont montés au créneau, vent debout contre la directive sur le droit d’auteur. Pourfendeurs de GAFA sans avoir de véritable stratégie pour ce faire, ils ont parlé d’une voix exerçant le légitime lobbying auprès de l’Europe et de ses parlementaires. 

Oubliant gentiment, au passage de chaque communiqué de presse, de rappeler qu’ils se démènent aussi pour que survive l’aberration ReLIRE — le projet de numérisation de masse, sans l’accord ni des ayants droit ni des auteurs. Car se cache dans la directive une possible légitimisation de la loi française sur les œuvres indisponibles. 

Et qu’autant la réforme européenne du droit d’auteur, no pasaran, autant une législation réduisant les auteurs à un poullième négligeable, voilà un combat qui vaut d’être mené.

Ajouté à cela, le mouvement des Gilets jaunes qui impacte la livraison, en province, et voici comment l’année 2018, pas fantastiquement bien partie, risque de piquer du nez...

Alors, les libraires ? Ils ont survécu tant bien que mal à la rentrée littéraire – certains, audacieux, affirmant qu’il n’y avait pas eu de rentrée cette année. Rien de bon ni d’enthousiasmant ? Si, mais pas assez. C’est ainsi qu’ils ont passé les premières semaines de l’hiver, croisant les doigts pour qu’à la Saint-Sylvestre, les comptes passent dans le vert.
 
Libraire, mon semblable, mon frère… Ils auront vécu l’humiliation du Renaudot et de son livre autopublié chez Amazon, sans jamais que les éditeurs ne se prononcent — après tout, quand on en vient à chercher dans l’autopublication, qu’est-ce que cela peut dire de l’édition ? 

Les libraires italiens l’ont posé voilà quelques jours : sans Noël et les fêtes, l’année sera terrible. Mais il en sera de même en France, après douze mois terribles, conclus sur une campagne de gilets jaunes reflétant une colère populaire qui rappelle déjà les Cahiers de Doléances de 1789.

Sacrée année 2018, qui compte encore quelques semaines pour nous réserver de nouvelles surprises. Et pourquoi pas, en librairie, l’émergence soudaine de livres alors passés à la trappe, et qui, par l’effort de passionnés, trouveraient finalement leur voie vers les lecteurs. Pourquoi pas…


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.