Kibookin, le réseau social de littérature jeunesse made in Montreuil

Fred Ricou - 28.11.2017

Evènement - réseau social - littérature jeunesse - salon montreuil


Annoncé lors de la conférence de presse du Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Saint-Denis, début octobre dernier, Kibookin se veut le pont numérique de toute la profession du livre jeunesse. Kibookin ne veut absolument pas tenter de concurrencer les autres réseaux sociaux, mais plutôt de jouer la carte de la thématique.


À moins de 24 h de la 33e édition du Salon du Livre jeunesse, le plus célèbre de France, celui où quasiment toute la profession se donne rendez-vous, le Centre de Promotion du Livre de Jeunesse de Seine Saint-Denis a démarré ce matin l’une des ses grandes nouveautés : Kibookin, son premier réseau social.

 

Kibookin, c’est un réseau social qui a été créé dans le but de relier tous les professionnels de la littérature jeunesse (auteurs, illustrateurs, éditeurs, bibliothécaires, libraires, mais également animateurs de centre de loisirs et sociaux…) ainsi que tous les grands passionnés de celle-ci.

 

Le C.P.L.J, quand le salon se termine, ne passe pas forcément toute son année à préparer le suivant. Tout au long des 360 jours qui séparent la fin d’une édition à une suivante, les équipes de Sylvie Vassalo s’engagent pour la lecture et parmi les nombreux projets « Des livres à soi ».
 

Travailler les échanges entre professionnels


Projet de formation des parents à la littérature jeunesse dans les quartiers prioritaires où ceux qui ne savent pas lire le français vont avec une méthode découvrir les livres jeunesse, Des livres à soi, prend un essor national de plus en plus important, il était compliqué pour la structure Montreuilloise de le mener parfaitement partout. Il manquait donc une structure où les différents acteurs de ce projet puissent communiquer entre eux. C’est là que Kibookin est né avec cette question « Et si l’on créait un vrai réseau social autour des acteurs de la littérature de jeunesse ? ».

 

Kibookin se veut un véritable lieu d’échange et d’entraide. Mais également un lieu de rencontre fortuite qui permet de communiquer avec des personnes ayant la littérature jeunesse comme point commun. Mais attention, ce n’est pas le Meetic de la Littérature Jeunesse ! Clément Ravon, le développeur du réseau l’affirme : « Je vois plus ça comme un grand espace de travail que comme une grande cour de récréation. »

Et d'ajouter : « Kibookin est complémentaire et non subsidiaire à n’importe quels réseaux social. Le but n’est pas d’imiter Facebook. Ce n’est pas la même structure. C’est une sorte de continuité avec le salon. Là où les gens peuvent se rencontrer une fois l’an, ici cela peut l’être en continu. »

 

Ouvert à tous, pour le plus grand profit de chacun
 

Toutes les sociétés, associations, festivals, salons et autres personnes (plus de 13 ans, comme les autres réseaux sociaux) en lien avec la littérature jeunesse, souhaitant se créer un compte, le peuvent. C’est véritablement un site qui répond aux attentes de plusieurs professionnels pour ainsi « parler avec d’autres acteurs de la chaîne du livre », mais aussi pour « un besoin d’entraide dans la médiation de la littérature jeunesse ».

 

Le site est simple : la page « Profil », « Le Fil » qui comprend « Toutes les publications » et « Publications de mes contacts » ainsi que « Membres » qui reprend toutes les personnes présentes sur le réseau. Pour le moment, le site est très ouvert pour permettre ainsi que les personnes qui ne se connaissent pas forcément puissent suivre, quand même, les actualités postées des uns et des autres.

 

Pour les professionnels qui en auront besoin, dans quelques semaines s’ouvriront d’autres pages « ressources » pour les différentes formations que le C.P.L.J propose (une sorte de mini Google drive avec, par exemple, différentes bibliographies pour animer des ateliers).

Kibookin peut servir aussi à établir un lien sur la durée avec le Centre pour communiquer sur ce qui fonctionne plus ou moins bien, les bonnes pratiques des uns et des autres, les difficultés dans les ateliers, s’inspirer les uns, les autres, etc. Toujours pour le moment, il n’y aura pas de groupe personnel, mais uniquement des groupes créés par le CPLJ pour les « actions de médiation ».
 

 

Qu’en est-il de la modération ?


Contrairement à Facebook où les algorithmes font la loi, toute l’équipe du CPLJ est sur le Kibookin et fait ainsi une veille permanente avec la possibilité de supprimer a posteriori des publications,  mais aussi des comptes à tout manquement à la loi. Une adresse mail sera également à disposition des utilisateurs pour signaler quelque chose qui ne va pas. Pour le moment tout le monde se connaît et la veille se fait aussi par les utilisateurs. 

 

L’hébergement de Kibookin se fait par un hébergeur tiers. Contrairement à Facebook, une photo postée appartient à la personne qui la postée et non au site. Le site n’est en rien responsable de ce qui est publié. D’ailleurs, en s’inscrivant, une charte (qu’il faut lire…) à signer par le membre reconnaît l’utilisation du site et la façon de bien s’en servir. Ici aussi, contrairemement à Facebook, on est loi du tout publiable : « Si un utilisateur se retrouve spammé par des groupes néo-fascistes on fera les choses pour que l’on doive montrer patte blanche à l’inscription. »

 

Par rapport à Facebook, en dehors de la taille de la chose, il sera impossible de transférer des vidéos sur son profil, des images oui, des vidéos, non ! En revanches des liens « embed » peuvent être la solution. On peut épingler une publication, mais pas « liker », pour là lire plus tard.



Eh oui, ActuaLitté est déjà sur Kibookin !


 

On n’est pas obligé de mettre des photos de vacances, des selfies, des duckfaces ou encore du foodporn… Pour l’instant, il n’y a pas de limite d’ami « mais l’on sera heureux si l’on doit fixer des limites ! » nous répond-on amusé.

 

Pour financer Kibookin, le C.P.L.J a utilisé ses propres ressources ainsi que des ressources allouées lors du projet « Des Livres à soi » par la Fondation « La France s’engage », mais également un financement de la région Ile de France. Un regroupement de financement en somme.

 

Kibookin est joli projet qui va permettre effectivement que plusieurs métiers autour du livre jeunesse se rencontre. Il est prévu que nous fassions un bilan des six premiers mois, fin juin 2018. On souhaite à Kibookin autant de succès que ses grands frères et le million d’abonnés pour son premier anniversaire.

 


Lecteurs, communauté et réseaux sociaux : promouvoir le livre


Toutes les informations sur le salon du livre de Montreuil 2017



Les histoires sans fin