medias

Psychédélique, pop et féministe : la littérature jeunesse en mai 68

Florent D. - 20.04.2018

Evènement - enfants mai 68 - littérature jeunesse 1968


Ce 3 mai sera inaugurée une exposition ancrée dans l’actualité des commémorations autour de mai 68. Mais avec un prisme bien différent : Le 68 des enfants, l’album jeunesse fait sa révolution. Cette réalisation met en scène le fonds patrimonial Heure Joyeuse, et se déroulera à la médiathèque Françoise Sagan. 



Illustration : Nicole Claveloux pour Alala : les télémorphoses de Guy Monreal (1970)

 

 

Mai 68 fut un tournant, un peu partout dans le monde : Europe, États-Unis, tous les pays ont vécu ce nouveau vent de liberté, qui s’est exprimé dans tous les arts. La littérature jeunesse n’y a pas échappé, bien heureusement. La médiathèque propose ainsi de retrouver quelques morceaux exceptionnels – et parfois oubliés, du vent de liberté qui a soufflé sur l’édition.

 

« Une des grandes figures, François Ruy-Vidal, sera particulièrement mise à l’honneur, suite au don de ses archives au fonds patrimonial Heure Joyeuse », explique-t-on.

 

« Ses collaborations au sein de plusieurs maisons en font un acteur incontournable de la période. Les dessins originaux, correspondance, dossiers de fabrication rassemblés révèlent l’émergence d’une génération de jeunes talents de l’illustration et du graphisme, comme Nicole Claveloux, Étienne Delessert, Henri Galeron, Claude Lapointe ou encore Agnès Rosenstiehl. »

 

Il n'existe pas de couleurs pour les enfants / Mais il y a les couleurs. / Il n’y a pas de graphisme pour enfants, / Mais il y a le graphisme / Qui est un langage international d’images / Ou de juxtaposition d’images / Il n’y a pas de littérature pour enfants, / Il y a la Littérature. F. Ruy-Vidal, 1973


Mais l’édition jeunesse à partir de mai 68, ce sont des expérimentations, qui ne se préoccupent plus des conventions sociales ou de la bien-pensance. « Des albums pop et psychédéliques côtoient des livres d’art abstrait ; alors que le mouvement féministe publie des fables anti-sexistes pour petites filles, d’autres courants contestataires produisent des fables écologiques, des manuels de révolte politique pour écoliers, ou bien des journaux radicaux écrits par des élèves eux-mêmes. »

 

Des visites commentées de l’exposition sont prévues samedis 5 et 26 mai, 9 et 23 juin, 7 juillet 2018 de 10 h 30 à 12 h, sur inscription uniquement. Plus d’informations.

 

<

>


« L’exposition s’appuie sur le travail de chercheurs en littérature jeunesse dans le cadre d’un programme européen et s’accompagne d’une sélection d’albums de l’époque à feuilleter sur place. Clin d’œil entre hier et aujourd’hui, les étudiants des Arts décoratifs de Strasbourg s’en sont inspirés pour créer des dessins spécialement pour cette exposition. »

Quelques axes forts de la collection s’attachent aux spécificités de l’objet livre : les livres à systèmes, les livres en tissu par exemples. D’autres relèvent davantage de thématiques ou de techniques tels que les abécédaires et les imagiers, les livres illustrés par la photographie, les livres de coloriage, les livres soviétiques, un intérêt marqué pour les réalisations et travaux d’enfants inspirés des méthodes actives...


Le 17 mai sera proposée une journée d’étude organisée par le Fonds patrimonial Heure joyeuse / médiathèque Françoise Sagan et le Centre national de la littérature pour la jeunesse / BnF, avec la collaboration de Sophie Heywood, coordinatrice du projet de recherche international « The children’s’68 ». À l’occasion des 50 ans de mai 1968, cette journée d’étude prolonge le colloque « 68 and Boundaries of the Chilhood » (Tours, octobre 2017) et accompagne l’exposition « Le 68 des enfants : l’album jeunesse fait sa révolution ».

Universitaires, créateurs et professionnels du livre reviendront sur les années 1965-1975. Ils montreront la façon dont la culture enfantine, et tout particulièrement l’album pour enfants, ont connu un changement radical et durable grâce à l’apport d’éditeurs et d’illustrateurs d’avant-garde. Ils s’interrogeront sur l’héritage de cette période dans les albums d’aujourd’hui.

Renseignements et inscriptions Marion Caliyannis, 01.53.79.57.06, marion.caliyannis@bnf.fr




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.