medias

"Les Histoires Sans Fin" au Salon du Livre de Paris

Fanny Robin - 17.03.2013

Evènement - Barcelone - Paris - Fred Ricou


 

Les Histoires Sans Fin au Salon du Livre de Paris du 22 au 25 mars sera à la fois présent dans les allées, mais aussi sur différents stands.

 

Cette année, Barcelone est invitée et notre Directeur de la rédaction jeunesse Fred Ricou animera différentes rencontres à tendances espagnoles.

 

Le vendredi de 10h30 à 11h30, c'est avec Maïté Carranza que commence la balade ibérique. Sa saga Le Clan de La Louve (Ed. PKJ) est devenu rapidement un incontournable de la littérature adolescente en Espagne.

 

« À quatorze ans, Anaïd en paraît dix tout au plus. Timide, méprisée par ses camarades de classe, elle ne ressemble en rien à sa mère, la très fantasque Séléné.
Mais un matin celle-ci disparaît... et c'est la révélation : Séléné est une sorcière du clan des Omar, dévouées au bien de l'humanité. Elle a été enlevée par le clan des Odish, de redoutables créatures en quête d'immortalité.

 
Anaïd se retrouve précipitée au coeur d'une lutte féroce entre clans ennemis. Alors qu'elle s'initie à ses nouveaux pouvoirs, elle va se découvrir un don incroyable...
Serait-elle l'Élue annoncée par la prophétie ? »

 

11h30-12h30, toujours sur le stand de Barcelone le vendredi, Fred Ricou s'entretiendra avec Eduardo Mendoza. Auteur de romans pour adulte, mais que les grands ados devraient adorer. Ils parleront de son dernier livre au éditions du Seuil : La Grande Embrouille.

 

« Le détective anonyme du Mystère de la crypte ensorcelée, du Labyrinthe aux olives et de L'Artiste des dames reprend du service dans une Barcelone frappée par la crise. Le Beau Romulo, son ancien compagnon de l'asile psychiatrique, a disparu. Sans en euro en poche, le détective n'hésite pas à réunir une équipe d'enquêteurs composée d'une statue vivante des Ramblas, d'un mendiant africain albinos, d'un livreur de pizzas, d'une fillette spécialiste du crochetage de serrures, d'une Russe accordéoniste de rue et d'une famille chinoise qui régente un bazar à côté du célèbre salon de coiffure transformé en quartier général. Très vite l'enquête bifurque vers un projet d'attentat qu'il leur faudra déjouer à tout prix. »

 

 

Le samedi, journée importante. Pas moins de trois rendez-vous attendent Fred :

À 10h30, une rencontre sur le stand de Barcelone avec l'auteur Gabriel Janer Mania. Son dernier roman aux éditions Bayard Jeunesse, J'ai joué avec les loups est extrêmement surprenant et s'inspire de faits réels. Un grand moment en perspective.

 

« À sept  ans, Marcos est vendu par son père à un vieux berger qui ne tarde pas à disparaître. Livré à lui-même, seul dans la montagne,  il se nourrit  d'herbes et de racines et vit en communion avec les animaux qui l'entourent. Une mystérieuse  couleuvre l'accompagne partout , lui indique même les plantes qui peuvent soigner, le protège dans ses errances au cœur de la nature sauvage de la Sierra Morena. »

 

 

L'un des moments clefs du Salon du Livre de Paris est la venue de l'auteur chilien, Luis Sepùlveda. Fred vous donne rendez-vous pour le rencontrer sur la Petite scène. Ils discuteront de son dernier livre jeunesse : Histoire du chat et de la souris qui devinrent amis (Ed. Métailié).

 

« Max est l'humain de Mix et Mix est le chat de Max. Ils grandissent ensemble, ils sont amis pour de vrai. Lorsque Max part faire ses études, il emmène son chat bien-aimé. Max est souvent absent et Mix, devenu vieux et aveugle, passe de longues journées solitaires.
Un jour un bruit suspect lui révèle la présence d'une souris mexicaine très sympathique, qu'il baptise Mex. La souris bavarde et trouillarde, raconte le monde à Mix, qui l'emmène en balade et lui donne un coup de main quand il faut atteindre la dernière étagère du placard. »

 

 

 

Dans la lignée de la première Masterclasse que Fred a animée au Labo des Histoires en compagnie d'Anne Robillard, c'est au tour d'Eli Anderson de répondre à toutes les questions sur Oscar Pill, son travail en tant qu'auteur et ex-médecin et ses projets.

 

Cette première heure sera suivie d'un atelier d'écriture en compagnie de l'auteur, à partir d'une phrase incipit imposée « Je n'avais pas la moindre idée de l'endroit où j'avais atterri » ce sera à vous d'imaginer la suite et de vous glisser dans la peau d'un personnage débarqué dans un nouveau monde. Pour être certain d'avoir une place, n'hésitez pas à vous inscrire en cliquant ici !

 

 

 

 

 

Dimanche… quartier libre ! Mais il est possible que vous voyiez Fred sur la grande scène du K.O des mots aux alentours de 15h30.

 

 

Lundi, retour en Espagne. Pour terminer ce salon, deux auteurs de littérature « adulte » :

 

Marc Pastor, pour un roman étrangement dérangeant tiré d'un fait divers dans l'Espagne de 1917 : La Mauvaise Femme

 

« 1917, le quartier misérable d'El Raval à Barcelone bruit des rumeurs les plus folles. Un monstre enlève et assassine des enfants, et la police est impuissante ou s'en moque car il s'agit de fils et de filles de prostituées qui souvent n'osent même pas déclarer ces disparitions. C'est alors que l'inspecteur Moisès Corvo, buveur, noceur et mal vu de sa hiérarchie, décide de ne pas laisser impunis ces «meurtres sans importance». Ses investigations le conduiront tour à tour dans des bistrots, des taudis, des baraques de saltimbanques et chez un médecin autrichien qui déterre des cadavres pour trouver le souffle vital, mais aussi à la Villa du Maure - une luxueuse maison close - et au casino de l'Arrabassada, où les notables de la ville semblent se livrer à de bien étranges pratiques. »

 

 

Un autre auteur pour un autre roman qui se passe à nouveau à Barcelone. Encore une enquête, mais cette fois-ci dans la période de la guerre civile. C'est au tour de Sébastià Alzamora de nous entrainer dans les méandres de Memento Mori, un thriller gothique…

 

Barcelone, été 1936. Le Front populaire au pouvoir déchaîne la plus grande persécution religieuse qu'ait connue l'Espagne. Des éléments anarchistes incontrôlés se proposent d'« exfiltrer » discrètement des confréries religieuses, contre rançon.
Dans la cuisine de la pension où ils se sont réfugiés en attendant de pouvoir quitter le pays, des frères maristes trouvent le corps sans vie d'un des leurs ; dans la ruelle avoisinante gît celui d'un enfant. Ils ont été vidés de leur sang, dans un modus operandi qui ressemble fort à celui des vampires.

 

On vous attends !

 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.