À Nantes, des cabines téléphoniques mettent les passants à l'écoute de la littérature

Clara Vincent - 07.11.2019

Interview - Initiative librairies indépendantes - Librairies Coiffard Nantes - livres audio


 « Coiffard j’écoute ? » Depuis maintenant 5 mois, deux cabines téléphoniques à la mode british ont fait leur apparition dans les rues de Nantes. Sauf qu’elles ne sont pas rouges, pas plus qu’elles ne servent à téléphoner. Non, leur usage est tout autre et les Nantais le doivent à l’esprit ingénieux des libraires de la Librairie Coiffard. 
 

 
Repeintes en noir à l’effigie de la Librairie, qui en a fait sa couleur maîtresse, les cabines se veulent une ouverture sur la littérature. Et de faire le pari, par combiné interposé, de (re)mettre le plus grand nombre à son écoute. 

Le dispositif est assez intuitif : se laisser prendre par sa curiosité jusqu’à aller se glisser à l’intérieur de la cabine. Ci-gît un annuaire. Sur celui-ci, une sélection de 25 textes, avec lesquels il est possible d’entrer en relation directe. Pour se faire, il suffit de taper sur le combiné le numéro correspondant à chacun des titres proposés. Et ces chiffres ne sont autres que la date de naissance de l’auteur lui-même. 

Cette initiative s’inscrit dans le cadre des 100 ans de la Librairie Coiffard, et résulte d’une réflexion, menée depuis un certain temps, par ceux qui la dirigent aujourd’hui pour célébrer l’évènement. Un siècle d’histoire qui a donné lieu, auprès des librairies, à cette ritournelle : « 100 ans, 100 évènements », pour reprendre les mots de l’une d’entre eux, Stéphanie Hanet. En effet, aussi originale soit-elle, l'idée des cabines n'est qu'une manifestation parmi cent autres qu'a organisées la librairie tout au long de l'année 2019.

« Porter la littérature hors les murs »

« L’idée de ce dispositif était avant tout motivée par notre volonté de porter la littérature hors les murs de la librairie », poursuit Stéphanie Hanet. « Car entrer dans une librairie ne va pas forcément de soi pour tout le monde, et peut même parfois susciter quelque réticence ». Il s’agissait donc, par l’entremise de ces cabines, de briser toute forme de barrière invisible. 

L’implantation des cabines, d’environ une tonne chacune, à été rendue possible grâce à la participation de deux entreprises : l’agence Apapa Rosenthal, spécialisée dans le design graphique, et la société de maintenance industrielle E2mi44. Toute deux ont en effet contribué tant à leur importation depuis la Belgique, qu'à leur remise sur pieds dans les rues de Nantes. 

Et de transfigurer ces édicules mastoc en véritables mascottes. « Depuis leur inauguration le 6 juillet dernier, les cabines n’ont eu de cesse d’attiser la curiosité des touristes comme des Nantais », se réjouit Stéphanie Hanet. Outre la célébration des 100 ans de la librairie, cette date correspondait à un autre événement local : celui de Voyage à Nantes, dont la 4e édition s’est tenue du 4 juillet au 30 août derniers. L’occasion donc pour la librairie de profiter du cadre de cette manifestation et d’y inscrire son initiative pour participer à sa manière à la valorisation de la culture. 

Une initiative qui a porté ses fruits

Entreprise réussie. Car bien plus que d’avoir fait l’objet de selfies, elle est en effet parvenue à donner la bonne idée à certains ayant fait l’expérience des textes susurrés à l’oreille, de se rendre en librairie pour en ressortir livres à la main. 

« L’impact a été assez rapidement visible, à en considérer la vente des ouvrages dont les cabines proposaient l’écoute d’extraits », nous indique en effet Stéphanie Hanet. Quant à l’impact des ventes en termes de formats, la libraire n’a pas relevé quelconque discrimination entre livres audio ou papier. 

La mise à disposition audio de ces 25 œuvres a été rendue possible par un partenariat établi avec les éditeurs Audiolib et Gallimard, qui propose une collection dédiée aux livres audio « Écoutez lire ». « Le choix des auteurs repose avant tout sur nos propres prédilections en tant que librairies », précise toutefois Stéphanie Hanet. « Lors de notre discussion avec les éditeurs, la sélection des extraits s’est faite sur la base de notre catalogue édité au mois de juin, intitulé 100 ans, 100 romans. Celui-ci rassemble tant des classiques que de la littérature contemporaine, ainsi que des auteurs hommes ou femmes. Nous avons tenu à ce que la sélection fasse preuve d’une diversité. » 

Malgré la réussite de son initiative, la librairie n’a pas pu obtenir l’autorisation de l’installation pérenne de ces deux cabines dans l’espace public. Mais celles-ci ne sont toutefois pas vouées à disparaître du paysage nantais pour autant. « Nous trouvions dommage que l’aventure s’arrête là », reconnaît Stéphanie Hanet.  

Aussi les deux cabines ont-elles trouvé de généreux repreneurs, qui sont loin de manquer d’hospitalité. Il s’agit en effet des deux centres hospitaliers affiliés au CHU de Nantes. Ainsi, la première cabine, qui avait été déposée sur le toit-terrasse de l’école d’architecture, vient d’être déplacée la semaine dernière dans le parc du CHU de Nantes. Quant à la seconde, qui demeure encore non loin de la librairie Coiffard, rue de la Fosse, elle prendra place dans l’enceinte du hall de l’Hopital Nord-Laennec. 

<

>




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.