“Certains élus découvrent totalement les bibliothèques et leur rôle”

Antoine Oury - 03.12.2018

Interview - bibliotheques advocacy - bibliotheques budgets - bibliotheque elus


Budgets en berne, désengagement de l'État ou encore de nouvelles pratiques culturelles ont pu, ces dernières années, fragiliser la place des bibliothèques. Conséquence, les professionnels doivent désormais s'appliquer à défendre le rôle des établissements auprès des élus et autres autorités. Aurélie Dréan, dans son mémoire de fin d'études à l'Enssib, a étudié la question.


Bibliothèque de l'Institut du monde arabe
(photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 
 
ActuaLitté : Votre mémoire s'intitule « Convaincre les décideurs de la valeur des bibliothèques », que recouvre le terme « décideurs » ?

Aurélie Dréan : J'utilise ce terme, « décideurs », car il ne s'agit pas simplement des élus. Mon propos porte sur les bibliothèques municipales, où les élus sont concernés, mais aussi sur les bibliothèques universitaires, où les conseils d'administration des universités sont alors les décideurs. Pour faire simple, on pourrait dire que le décideur est une personne qui a entre les mains des choix qui auront un impact sur l'avenir de la bibliothèque.
 
Quels liens entretiennent ces décideurs avec la bibliothèque ?

Aurélie Dréan : Cela va dépendre des cas : dans certaines municipilaités, des élus vont vraiment être en lien, dans d'autres pas du tout. Cela dépend de l'appétence des élus, de la vision de chacun et du fonctionnement de l'administration. On observe des cas où les élus découvrent totalement les bibliothèques et leur rôle après leur élection, qui pensaient que cela ne servait qu'à prêter des livres.

La taille ou la hiérarchie des collectivités aura un impact sur la relation : dans les grandes villes, il est évidemment plus difficile de s'adresser au maire, la plupart du temps, et l'interlocuteur de la bibliothèque sera alors l'adjoint à la culture, par exemple.
 
À qui revient la tâche de convaincre les décideurs de la valeur des bibliothèques ?

Aurélie Dréan : Bien entendu, le fait que la direction de l'établissement y soit sensible facilite les choses, mais on trouve ensuite plusieurs configurations : je pense pour ma part qu'il est nécessaire d'avoir une sorte de porte-parole auprès des élus, mais il est aussi important que les décideurs connaissent l'équipe dans sa globalité.

Si la présence d'une personne identifiée est très utile, le travail n'est pas l'affaire d'une seule personne. Convaincre de la valeur des bibliothèques est une démarche qui doit s'inscrire dans les activités quotidiennes : je suis moi-même très sensible aux actions hors les murs, dans la rue ou dans d'autres institutions. Les bibliothèques doivent sortir des murs pour se montrer, être présentes aux inaugurations et autres moments forts de la collectivité.
 
Ce travail est à plein temps, s'effectue tous les jours, mais de manière diffuse : il est important que toute l'équipe prenne sa part, que ce soit auprès des élus ou des publics.
 

Outre les décideurs locaux, n'est-il pas nécessaire de convaincre aussi le gouvernement lui-même ?


Aurélie Dréan : Des démarches d'advocacy [défense du rôle des bibliothèques, NdR] à plus grandes échelles, nationales ou même européennes, sont menées par des associations comme CycloBiblio, qui traverse un certain nombre de localités, sur 500 km, en 6 jours. Des bibliothécaires, à vélo, sensibilisent sur leur chemin les citoyens et les élus : l'impact est alors national.

Je pense que les professionnels, individuellement, doivent commencer par le niveau local, mais que des structures comme l'IABD (Interassociation Archives Bibliothèques Documentation), l'ABF (Association des Bibliothécaires de France) ou encore, au niveau européen, EBLIDA (Bureau européen des associations de bibliothèques, de l'information et de la documentation) doivent assumer cette tâche auprès des gouvernements.
 
Les professionnels qui développent ces discours auprès des décideurs locaux s'entendent souvent dire que le désengagement de l'État limite les possibilités budgétaires : comment réagir ?

Aurélie Dréan : Il est évident que la bibliothèque n'est pas forcément une priorité pour les municipalités, surtout quand le budget de l'État diminue. Toutefois, il faut se souvenir que ce qui n'ira pas à la bibliothèque ira ailleurs, et vice-versa : autrement dit, l'élu a toujours le choix du budget et de la manière dont l'utiliser.

Il faut alors montrer aux élus qu'ils ont aussi un rôle et des décisions à prendre, de manière très diplomatique. C'est pourquoi je recommande aussi aux bibliothécaires de s'inscrire dans la politique de la ville, et de montrer l'importance des actions pour cette dernière.
   
Les « décideurs » qu'il s'agit de convaincre, dans une démocratie, ne sont-ils pas les citoyens eux-mêmes ?

Aurélie Dréan : Bien entendu, les citoyens élisent les décideurs, et c'est pour cela qu'il faut les sensibiliser : évoquer le rôle des bibliothèques auprès de ses amis, de sa famille, peut déjà changer le regard porté sur les établissements en faisant découvrir des services parfois méconnus.

Les actions hors les murs sont aussi très utiles pour se faire connaitre auprès des citoyens. Aux États-Unis, une campagne de sensibilisation, I love librairies, a été menée auprès des citoyens et des habitants pour évoquer des exemples d'actions réalisées par les bibliothèques qui bénéficient à leurs concitoyens et, donc, à eux-mêmes, potentiellement.

Si une action a plu, l'élu pourra l'entendre de la bouche de quelqu'un d'autre qu'un bibliothécaire, ce qui a toujours plus de poids. D'une manière générale, il est important d'agir vers les citoyens avant d'agir vers les décideurs.


Le mémoire d'Aurélie Dréan, « Convaincre les décideurs de la valeur des bibliothèques », dirigé par Jean-Philippe Accart, peut être lu à cette adresse.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.