medias

D'abord des enfants, le numérique avant tout

Clément Solym - 13.03.2012

Interview - Lenia Major - jeunesse - littérature


La maison D'abord des enfants fait ses premiers pas, avec dans sa besace une collection de titres exclusivement numériques. Le but : toucher un grand nombre de jeunes lecteurs, par le biais de différents supports. Nous avons rencontré la directrice de D'abord des enfants, Lenia Major.

  

Comment est née la maison ?

 

Les éditions D'abord des Enfants sont nées, il y a presque 4 ans, avec l'album Zacchary l'ourson précoce. Il s'est installé tout doucement, mais il a maintenant trouvé sa place et son public.

 

Avec l'arrivée du numérique, la donne change. Le monde de l'édition va évoluer à vitesse grand V dans les prochaines années. C'est déjà le cas de l'autre côté de l'Atlantique où les auteurs prennent leur destin en main, s'affranchissant de plus en plus de l'édition classique. J'ai souhaité pouvoir développer une branche totalement composée d'e-books pour les jeunes lecteurs, en collaboration avec des illustrateurs professionnels, qui ont la gentillesse de me faire confiance.

 

Quelle est l'ambition de la maison ?

 

Nous souhaitons proposer des livres de qualité, variés, inédits, en format numérique, adaptés à toutes les liseuses d'e-book ainsi qu'aux tablettes ou pc. C'est pourquoi nos livres sont vendus en un pack contenant les formats e-pub, mobipocket et pdf. Les jeunes lecteurs et leurs parents pourront emporter partout leurs histoires préférées.



 

Le choix du nom de notre maison d'édition n'est pas anodin : tous les enfants sont différents. Ils ont un petit quelque chose en plus, ou en moins : géants, tout minis, rapidos, tranquillous, sérieux, rigolos, précoces, dyslexiques… Mais avant tout, ce sont D'abord des Enfants !  Et c'est à eux tous que nous espérons raconter nos histoires.

 

A quelles tranches d'âge vous adressez-vous ?

 

Nous commençons avec les petits, dès deux ans environ, avec un album comme Si j'étais… . D'autres albums  sont ou seront bientôt disponibles pour les 3/6 ans. Puis des romans, illustrés ou non, attendent les 6/9 ans.

 

Votre catalogue sera-t-il exclusivement numérique? Pourquoi ?

 

Il sera composé de plus d'e-books que de livres papier. Seuls des albums visant des sujets précis comme la précocité, la peur du médecin ou la dyslexie seront disponibles en version papier, mais uniquement via la boutique. Les livres ne passeront pas par le circuit traditionnel.

 

Notre démarche d'auteurs et illustrateurs professionnels est de nous adresser directement à nos lecteurs. De l'idée à l'envoi par la poste ou au téléchargement, il n'y a qu'eux et nous.

 

Qu'escomptez-vous en vous affranchissant de tout intermédiaire entre vous et le lecteur ?

 

Pour créer une maison d'édition numérique, il faut certes un peu de technique, mais surtout des auteurs et des illustrateurs. Toute la logistique, sa rigidité et sa lourdeur disparaissent. Nous avons donc sous la main, ou dans la cervelle, ce qu'il faut pour réaliser de beaux e-books. Et nous pouvons être lus dans le monde entier par tous les lecteurs francophones, francophiles, ou expatriés.



 

Nos livres, papier ou numériques, seront disponibles 24h/24 dans la boutique des éditions D'abord des Enfants, mais également sur des plateformes de téléchargement comme amazon, Xin Xii… pour toucher le maximum de lecteurs.

 

Nous pouvons ainsi produire de vrais livres à des prix plus que raisonnables. Il faut également avouer que c'est un moyen pour nous de toucher une rémunération en rapport avec le travail fourni.

 

Quelles sont les qualités des ebooks de votre maison ?

 

Notre priorité et notre particularité sera d'être très accessible aux apprentis lecteurs ou aux lecteurs qui ont des difficultés à lire.

 

La mise en page, notamment, de tous les petits romans ou albums proposés, sera adaptée, de part sa police et sa clarté, aux enfants dyslexiques.

 

Je veux que les enfants soient pris par l'histoire que nous leur racontons, mais également faire tout ce qu'il est techniquement possible de réaliser pour qu'ils ne considèrent pas la lecture comme une corvée. Ils préfèrent les tablettes au papier ? Pourquoi pas, du moment qu'ils lisent, peu importe le support.

 

 

Le secteur du livre pour enfant connaît-il, selon vous, une révolution grâce aux supports numériques ?

 

Les enfants changent, leurs modes de lectures également. A nous de nous y adapter. Les auteurs de livres, jeunesse ou adulte, n'ont qu'une envie : être lus.

 

L'offre va donc augmenter, car elle ne sera plus régie par des choix éditoriaux et la contingence du circuit du livre. Plus d'impression obligatoire, plus de dépôt en librairie, plus besoin de se déplacer pour choisir un livre. C'est un mode de fonctionnement totalement différent qui se met en place. Tous les auteurs, petits ou grands, célèbres ou inconnus, pourront proposer le téléchargement de leurs histoires.

 

Quelle sera la part du marché pour les grands éditeurs ,ou pour les petites structures ? Comment sera assurée la promotion ? Le bouche à oreille, les blogs, les réseaux sociaux seront-ils plus importants que la publicité ? Tout est à faire, et je trouve que le défi à relever est particulièrement stimulant !

 

Que pensez-vous d'initiatives pédagogiques telles que l'apprentissage de la lecture et de l'écriture sur iPad (de plus en plus répandu aux Etats-Unis) ?


Toutes les méthodes pour apprendre à lire sont bonnes, si elles sont efficaces. Il est encore meilleur de conjuguer différents outils. Tout ce qui peut entraîner l'enfant vers le goût de la lecture est intéressant. En revanche, je trouve déplorable de supprimer l'apprentissage de l'écriture cursive, c'est-à-dire avec un crayon et une feuille, comme il a été proposé dans un état américain pour se contenter du clavier !

 

En tant qu'auteur et lectrice acharnée, je continuerai à écrire des livres que l'on pourra trouver en librairie. Je continuerai à remplir ma bibliothèque d'albums ou de romans pour ne pas perdre le contact sensuel du papier, l'odeur si particulière et évocatrice de souvenirs de l'encre.

 

Mais notre monde évolue, et j'encouragerai toujours tous les outils qui permettent d'accéder aux plaisirs et aux univers si variés de la lecture. La porte de la lecture numérique, illimitée, s'est entrouverte, nous nous y faufilons avec délice !




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.