David McKee : “Elmer est né sous l'influence de Paul Klee”

Antoine Oury - 13.03.2019

Interview - David McKee - elmer elephant livre - elmer auteur


LBF 2019 - L'éléphant le plus coloré et sans aucun doute un des plus célèbres de la littérature jeunesse, Elmer, fête en 2019 ses 30 ans de publication. À la Foire du Livre de Londres, David McKee, son créateur, a fait le déplacement depuis la France, où il réside depuis plusieurs années, à l'occasion de cet anniversaire. Et prépare bien sûr la suite des aventures d'Elmer...

David McKee, à la Foire du Livre de Londres (crédits Edward Hill)

 
 

ActuaLitté : L'éditeur Andersen Press célèbre les 30 ans d'Elmer. D'où vient ce personnage ?


David McKee : C'est le 30e anniversaire d'Elmer chez Andersen Press, mais le personnage a en réalité 51 ans. Il est né à un moment où mes peintures étaient très influencées par Paul Klee, ses carrés de couleurs et sa manière de tracer des lignes très fines. À ce moment-là, je dessinais aussi beaucoup d'éléphants. Et les deux se sont combinés, tout simplement. Le personnage a surgi en premier, puis son nom, et enfin ses histoires. 
 

Si vous remontiez le temps pour vous voir au moment où vous avez créé Elmer, quel serait votre conseil ?


David McKee : « Ne fais pas ça ! » Non, en réalité, j'aurai du mal à me donner un conseil, car la situation est tellement différente aujourd'hui par rapport à hier. Les années 1960, celles où j'ai créé Elmer, étaient fantastiques : il y avait plus de liberté, le public avait une culture visuelle plus poussée, et pas de cours pour les illustrateurs. Ceux qui illustraient des livres, et ils n'étaient pas si nombreux à l'époque, venaient d'autres domaines, de la peinture, de l'architecture...

Et puis, les librairies étaient vides, il y avait beaucoup moins de livres, il était plus facile, dans un sens, de se faire remarquer. Aujourd'hui, les parents sont un peu blasés, ils ont vu tellement de livres pour la jeunesse... Ils achètent uniquement pour leurs enfants, et plus pour eux. La grande chance d'Elmer, c'est d'être resté si longtemps dans le paysage éditorial : les parents ont envie de transmettre Elmer à leurs enfants. Mais c'est aussi un handicap : en France, en particulier, on a du mal à publier d'autres livres signés David McKee, lorsque ce n'est pas Elmer.
 

Vous êtes installé en France depuis plusieurs années : lisez-vous la littérature jeunesse française, ou des ouvrages d'auteurs français, plus généralement ?


David McKee : Le temps de lecture est le même que le temps d'écriture et le temps pour dessiner. J'ai tellement besoin de temps pour faire les deux derniers que j'ai tendance à négliger le temps de lecture. Mais nous allons beaucoup au cinéma, nous sommes deux passionnés avec mon épouse, et nous aimons beaucoup le cinéma français.
 

Sur quoi travaillez-vous en ce moment ?


David McKee : Je peins toujours, surtout des tableaux abstraits, et je suis en train d'écrire la nouvelle aventure d'Elmer, Elmer and the Lost Treasure [Elmer et le trésor perdu, NdR]. Mais je ne veux pas en parler pour l'instant, surtout qu'un autre album d'Elmer doit paraitre entre-temps ! Je peux changer d'avis de manière assez radicale à propos d'un livre sur lequel je travaille. J'en ai d'ailleurs abandonné un pour commencer le dernier album d'Elmer, parce que je trouvais l'histoire plus intéressante.
 

Nous allons maintenant vous présenter des couleurs, comme celles que l'on peut trouver sur Elmer : à vous de nous dire ce à quoi elles vous font penser.




David McKee : Quand je vois cette couleur, je pense Violet. C'était le prénom de ma mère, je pense immédiatement à elle. Elle était une conteuse née, avec une manière très morale et correcte de mener sa vie. Je pense que cela m'a beaucoup influencé, peut-être limité dans certains cas, mais m'a fourni une morale, une attitude particulière vis-à-vis des choses. Elle et mon père portaient leur attention sur ce qu'ils avaient, et pas sur ce qu'ils n'avaient pas, ce qui les rendait très heureux. Ils ne se souciaient pas de ne pas conduire la voiture la plus rapide, tant qu'ils avaient une voiture. C'est fantastique, alors que nous sommes régulièrement bombardés de choses que nous n'avons pas par l'intermédiaire de la publicité, qui nous fait penser que nous sommes moins à cause de ce que nous n'avons pas.




David McKee : Cela me fait penser à un drapeau rouge, pour moi, cela a une connotation politique. C'est le sentiment que cela m'inspire.




David McKee : C'est intéressant, pas seulement par la couleur, mais aussi par la forme. Cette forme rectangulaire m'évoque le billard. C'est d'ailleurs une activité que l'on croirait inventée pour la retransmission télévisée : le billard s'adapte parfaitement aux dimensions de l'écran, on peut ressentir les émotions des joueurs d'une manière très fidèle. Mais je ne m'attarde jamais vraiment sur le billard, je préfère la pétanque, qui passe aussi très bien à la télévision. J'ai essayé la pétanque, il y a quelques années, avec ma petite-fille, elle disait : « Tu tires ou tu pointes ? » Je ne comprenais rien à ce qu'elle me racontait, elle était déjà une experte à 6 ou 7 ans !




David McKee : Un bleu si puissant m'évoque d'abord la Côte d'Azur, où nous avons passé beaucoup de temps avant de partir pour la Camargue. Ce bleu de la Côte d'Azur est incroyable, il me fait me sentir vraiment chez moi. Il y a parfois du monde, mais il est possible d'éviter ces endroits. J'aime aller manger sur la plage, profiter du soleil, entendre les vagues recouvrir les galets, le bruit de ces derniers lorsqu'ils s'entrechoquent, emportés par l'eau... 




David McKee : Je dirais « citron », « Montand »... Mais pas vraiment plus, au-delà de la couleur. Elle est proche d'une couleur que j'utilise dans une peinture, sur laquelle je travaille en France.
 

Pour finir, avez-vous une couleur préférée ?


David McKee : Un enfant m'a posé la question récemment, et je n'en ai pas. Je ne suis pas très bon pour désigner les favoris, c'est pareil pour les livres ou vos enfants. Pour les livres, ça dépend du moment. Et pour les enfants aussi, parfois !


[ NDLR : Elmer parle aussi français grâce aux éditions école des loisirs et Kaléidoscope ]

Retrouver nos articles sur la Foire du Livre de Londres 2019
 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.