medias

Hervé Gaymard : L'enjeu principal du numérique ? Que la qualité ne baisse pas !

Clément Solym - 20.05.2010

Interview - librairies - numerique - savoie


Hervé Gaymard est député de la Savoie, il répond aux questions de ActuaLitté


ActuaLitté : En mars 2009, vous remettiez votre rapport à Mme Albanel sur l'examen du prix unique du livre. Aujourd'hui, c'est au tour du livre numérique de s'y trouver confronté. Quels en seraient les avantages selon vous ?

Hervé Gaymard : La loi sur le prix unique de 1981, qui confortait législativement une « bonne pratique » française depuis le milieu du XIXe siècle, à l’exception de l’entre-deux-guerres et des années 1978-1981, a été une loi de développement durable, tant au plan économique, culturel, que territorial. Il faut que l’éditeur détermine le prix de vente. C’est capital. Il doit en être de même pour le livre numérique. C’est le sens d’une proposition de loi que je vais déposer prochainement.

Hervé Gaymard
ActuaLitté : L'expérience de Savoie Biblio a montré qu'un réseau de lecture publique pouvait être assis entre deux départements. Comment adapter ce projet au numérique ? La Savoie envisage-t-elle des projets allant dans ce sens ?

Hervé Gaymard : Dès sa création en 2001 Savoie-biblio a constitué un outil commun de gestion informatisé de bibliothèque mutualisé, réunissant les deux départements savoyards.

Construit autour d’une base de données de 400 000 notices, cet outil permet aux bibliothèques des deux départements d’accéder à un service bibliographique unique en ligne pour réserver leurs documents et consulter leur compte professionnel.

Afin d’accompagner les nouveaux usages numériques, depuis deux ans, Savoie-Biblio propose aux lecteurs de 12 bibliothèques des Pays de Savoie la possibilité de consulter depuis leur domicile une trentaine de titres de presse francophone et internationale. Cette expérimentation trouve aujourd’hui son public avec plus de 4 500 articles consultés par mois qui permettent à Savoie-Biblio d’envisager un élargissement de son offre vers la musique, la vidéo ou le livre numérique.

Savoie-Biblio est aujourd’hui engagée dans la refonte de son système informatique. Ce nouvel outil devra permettre de réduire les distances et les déplacements entre les bibliothèques et les centres de Savoie-Biblio en proposant des nouveaux services en ligne accessible via son nouveau portail web.

ActuaLitté : L'une des grandes angoisses liées au numérique reste la disparition de librairies. Pas généralisée, certes, mais cela semble inévitable. Quelles solutions s'offrent pour les commerçants ?


Hervé Gaymard : Bien évidemment, le livre papier, irremplaçable, ne va pas disparaître. Mais il est vrai que l’irruption de la météorite numérique va modifier la géographie des métiers actuels de la chaîne du livre, et introduire de nouveaux acteurs sur des métiers nouveaux encore mal définis. On voit bien qu’Amazon, Google, Apple sont encore incertains dans leur positionnement. Pour ce qui concerne la librairie, elle ne doit évidemment pas rester passive : créer rapidement son portail de vente en ligne de livres papier, ce qui devrait être fait depuis longtemps, et bien sûr créer une plate-forme de vente en ligne de fichiers numériques dans un partenariat qui reste à définir avec les éditeurs. Je pense aussi que l’impression à la demande, dont le modèle économique n’est pas encore stabilisé, a un bel avenir. Il y a là une belle opportunité pour les libraires dont le rôle de « conseiller amoureux » doit humaniser l’univers glacé du numérique.

ActuaLitté : Ne manque-t-il pas, selon vous, un événement en France qui serait dédié pleinement à la lecture numérique ? Un tel événement ne pourrait-il pas prémunir des risques de désintermédiation que vous pointiez entre les acteurs du livre ?

Hervé Gaymard : Il y a plus de dix ans que je regrette qu’il n’y ait pas pour le livre l’équivalent des « Entretiens de Beaune », maintenant de Dijon, pour le cinéma. Il n’est pas trop tard ! Et je propose de les accueillir en Savoie, en partenariat avec la Fondation pour l’Action Culturelle en Montagne

.

ActuaLitté : Vous évoquiez également une réduction de 30% à 40% sur le prix des livres numériques. Qu'en est-il un an après votre rapport dans les faits ? Comment réagissent les éditeurs aujourd'hui ?

Hervé Gaymard : Sur ce nouveau monde numérique, qui se construit sous nos yeux, je me méfie des certitudes. J’ai donc une attitude humble et pragmatique. C’est pourquoi dans Pour le Livre (Gallimard-La Documentation Française), j’essaye de décrire le théâtre des opérations, de nourrir la table des matières. Et j’ai constaté alors, que s’agissant de l’équilibre économique du livre numérique, il y avait un consensus pour admettre qu’il devait être entre 20 et 40 % moins cher que le livre papier. Je pense que cette idée commune l’est toujours. Mais à la condition que la TVA soit également à 5,5 %. Ce qui est un autre de mes combats.

ActuaLitté : Ayant été parmi les premiers à avancer la nécessité d'une loi sur le prix unique du livre numérique, quelle part avez-vous pris à son élaboration ?

Hervé Gaymard : Sans entrer dans les détails, le sujet au plan juridique est complexe. Retenons dans un premier temps que le contrat de mandat peut être utilement utilisé. Mais je pense aussi qu’une affirmation législative est politiquement indispensable. C’est pourquoi je dépose cette proposition de loi.

ActuaLitté : iPad, Sony Reader, iPhone... quel support préféreriez-vous pour lire ?

Hervé Gaymard : Je n’ai pas été convaincu par les premières liseuses que j’ai eues entre les mains. Et je n’ai pas encore eu l’iPad entre les mains ! Attendons de voir. Mais au-delà des outils techniques, je pense, à la condition que les règles du jeu soient loyalement fixées, que le papier et le numérique vont s’épauler mutuellement pour un plus grand accès au savoir. L’enjeu principal est qu’il n’y ait pas de baisse de qualité, si l’indispensable travail d’édition était contourné, ni de réduction de la diversité de l’offre si la librairie se massifiait, et donc se raréfiait.

ActuaLitté : On parlait auparavant de l'hydre Galligrasseuil. Aujourd'hui, Google Apple et Amazon semblent plus anxiogènes. Quelles sont vos craintes pour le marché français ?

Hervé Gaymard : Il ne faut pas avoir peur, mais fixer les règles du jeu, anticiper, entreprendre. Il revient aux pouvoirs publics d’étendre le prix unique au numérique, d’aligner le taux de TVA, de protéger le droit d’auteur. Aux éditeurs de se défendre comme ils le font devant la justice pour défendre leurs droits et ceux de leurs auteurs devant l’impérialisme de Google, ou de créer le rapport de force pour la fixation du prix face à Amazon. Aux éditeurs et aux libraires d’être entreprenants et innovants dans cet univers qui bouge très vite. Et nous autres lecteurs, revendiquons notre plaisir !

Et un grand merci à H.L.