Eric Boury, l’ombre lumineuse des écrivains d’Islande

Cécile Pellerin - 11.09.2015

Interview - Littérature islandaise - traduction - Boury, Eric


Eric Boury, l’ombre lumineuse des écrivains d’Islande. Eric Boury est traducteur. De l’islandais. D’Arnaldur Indriðason à Jón Kalman Stefánsson, en passant par Stefán Máni ou Árni Thórarinsson, une grande partie de la littérature contemporaine islandaise (policière ou non), passe entre ses mots, entre son cœur et son corps tout entier. A l’occasion de la sortie d’Illska, un livre absolument insolite et passionnant du jeune auteur Eiríkur Örn Norðdahl, Eric Boury raconte sa passion de traducteur.

 

 

 

ActuaLitté : Comment ce livre (Illska*, le Mal, Métailié, 2015) absolument étonnant est-il arrivé jusqu'à vous ? Connaissiez-vous l'auteur avant de lire ce roman ?

Éric Boury : C’est un auteur que je ne connaissais pas du tout, je l’ai découvert presque par hasard sur internet en consultant des médias d’informations islandais. J’ai lu des critiques absolument magnifiques. J’en ai parlé tout de suite à Anne-Marie Métailié qui m’a alors demandé de lui proposer une fiche de lecture. Suite à cette fiche, avec son habituel enthousiasme, elle m’a demandé de le traduire.

 

 

ActuaLitté : Ce roman très dense et d'une lecture exigeante possède une structure narrative ambitieuse et assez inhabituelle. A-t-elle été difficile à traduire ? Vous a-t-elle déroutée parfois comme elle a pu dérouter le lecteur ?

Éric Boury : De toute façon, toute œuvre est difficile à traduire. Si le texte est bon, il suffit de le suivre. C'est lui qui nous guide. S'il est mauvais, là c’est vraiment l’enfer. Or en l'occurrence, il est absolument excellent.

 

Effectivement, il y a tout un jeu de voix narratives ; on a l'impression que celui qui dit « je » n’est jamais le même. La construction est sans doute très déconcertante mais quand on traduit un livre, on est en même temps en train de le réécrire, ce qui ne veut pas dire qu'il soit mal écrit, pas du tout : simplement, il est écrit dans une autre langue, on peut véritablement affirmer qu'un traducteur digère les œuvres sur lesquelles il travaille.  

 

La traduction est un peu une sorte de filtre à travers lequel un texte passe. Et quand le traducteur sent le texte passer à travers lui (600 pages, ça veut dire environ trois mois de travail acharné), évidemment au final, il intègre tout et il comprend tout.

 

S’il y a quelque chose qu’il ne comprend pas du tout, soit il est idiot et là il ne faut pas être traducteur soit le texte quelque part a des failles, des manques et là, c’est beaucoup plus gênant. Mais ce texte-là, ayant fini de le traduire, je n’avais plus aucune question qui restait en suspens.

 

ActuaLitté : Ne faut-il être un peu historien ou spécialiste pour traduire un tel livre, saisir toutes ses nuances ? Avez-vous rencontré des difficultés particulières ?

Eric Boury : Je ne pense pas qu’il faille être spécialiste pour traduire un livre comme celui-là mais il est évident que de bonnes connaissances en Histoire sont un atout. Heureusement, aujourd’hui on dispose d'un outil merveilleux qui s’appelle internet et cette traduction a nécessité que je fasse énormément de recherches justement sur l’Histoire, la politique, les chiffres, et quantité d'autres choses qui sont mentionnées dans le texte et que je ne connaissais pas ou que je souhaitais vérifier.

 

Ce qui est fantastique  en tant que traducteur, c’est qu’avec ce texte, j’ai appris énormément.  Tout livre nécessite qu'on fasse des recherches car personne n'est omniscient. Il importe de bien faire son travail et de le rendre intéressant pour soi-même aussi, de vérifier ce qu’on ne savait pas et là, dans le livre d’Eiríkur, par exemple, s'agissant des épisodes qui se déroulent à Jurbarkas en Lituanie, j’ai passé des heures sur internet. Pas uniquement à vérifier des choses : je supposais, de toute façon, que ce qu’Eiríkur avançait, il l’avançait non sans raison, mais  également par intérêt et par curiosité personnelle.

 

Evidemment, je me suis documenté sur le rôle des Einsatzgruppen  ou de la droite nationaliste lituanienne pendant la seconde guerre mondiale quand les Allemands ont envahi la Lituanie en 1941. Par exemple, le moment où la synagogue de Jurbarkas a été détruite par les Nazis qui ont forcé les Juifs à la démolir eux-mêmes, ce sont des choses que l’on ne sait pas d’emblée, mais qui montrent bien la perversité absolue du nazisme et de tous les extrémismes.

 

Ce livre-là m’a véritablement subjugué, d’abord par sa structure qui peut être effectivement u déroutante pour certains lecteurs, mais ce qui m’a passionné aussi, c’était vraiment toutes ces choses que j’ai apprises sur la seconde guerre mondiale, sur les nationalismes et les fascismes actuels en Europe.

 

Sur la route de Hveragerði, les champs de lave  © Eric Boury

 

ActuaLitté : Avez-vous craint, un moment, que ce roman puisse être intraduisible en français ? Vous a-t-il fait peur ou, au contraire, stimulé ?

Éric Boury : Je n’ai jamais craint qu’il puisse être intraduisible. Dès que j’ai commencé à le lire (c’est un signe pour moi) dès que j’ai ouvert la 1ère page, je n’ai pas pu m’arrêter, j’ai été totalement emporté et la question de la traduction ne se posait même pas. De toute façon, un traducteur est là, entre autres choses, pour résoudre les problèmes de traduction.  

 

Un livre complètement intraduisible en fait, ce serait un livre (j’en ai découvert un il n’y a pas longtemps et celui-là je ne veux surtout pas le traduire) dont la structure même serait basée sur des jeux de langue, des jeux de mots qui feraient qu’en français ou dans une autre langue que celle dans laquelle il a été écrite, le texte risquerait de tomber complètement à plat à moins de reconstruire le tout, sachant que ce serait uniquement alors un jeu d’esprit et donc, plus du tout le même livre en français.

 

 Il y a dans Illska des choses qui sont à la limite du traduisible, tout simplement parce que c'est un livre islandais et que l'Islande n'est pas la France, ce n'est pas la même langue, la même culture, la même alimentation, ce n'est pas la même réalité.  Ce doit être le 36ème livre que je traduis et celui-là ne présente pas de difficultés particulières pour le traducteur, simplement parce qu’il est très bien écrit, très bien conçu, très bien construit.

 

La construction, même si, encore une fois, certains lecteurs peuvent être déroutés, est tout bonnement impeccable, et ce, sur plus de 600 pages… Quand on traduit un livre de 300 pages, on est content d’arriver à la fin, de pouvoir souffler et ne plus rester 10-15h par jour devant l’ordinateur. Très souvent, on a des moments de lassitude - tout simplement parce qu'on veut sortir et quitter son écran, ce qui ne signifie pas que le livre soit mauvais ou lassant ! Or Illska m'a fait vibrer de bout en bout, je ne suis jamais ennuyé, je peux aller jusqu'à dire qu'il a véritablement porté son traducteur. Quelquefois, bien sûr, je me disais : « Ah, nom de Dieu, ce passage-là va être difficile » mais ça ne voulait pas dire que ça ne m’intéressait pas, cela ne voulait surtout pas dire que cela me rendait malheureux sous prétexte que c’était difficile. C'est justement dans la difficulté qu'on teste ses limites en tant que traducteur et « ré-écrivain ».

 

La traduction m’a demandé beaucoup, beaucoup de travail mais elle m'a donné encore plus de plaisir. Un plaisir qui consistait à voir le texte naître en français, un texte fondé sur l’Histoire, la politique, la philosophie. J’entrais dans un univers nouveau pour moi. Je n'avais jamais traduit un texte aussi politique. J’avais l’impression de recevoir une grande paire de claques qui me réveillait, me disait : « voilà, cela aussi, ça existe alors, fais-le ». Quand Anne-Marie Métailié a reçu la traduction, elle était absolument ravie. J’ai été également enchanté de traduire le livre car je voyais que cela fonctionnait aussi en français. Il fallait que cet auteur-là existe en français et soit lu par les Francophones.

 

ActuaLitté : A-t-il d’ailleurs été traduit en d’autres langues ?

Éric Boury : Je ne sais pas exactement dans combien de langues il a été traduit, mais  il existe une version en suédois et une en allemand. L'islandais est une langue à petite diffusion.  Si une œuvre est traduite en suédois, qui est une langue moins confidentielle, il y a des chances qu’elle soit ensuite traduite en danois ou en allemand car un certain nombre  d’Allemands lettrés savent lire  une des langues scandinaves et quand on en lit une, on peut lire les trois (suédois, danois, norvégien). Quand un livre est traduit dans une langue à plus grande diffusion (français, anglais, allemand), cela ouvre la possibilité qu'il soit ensuite publié dans d’autres langues (espagnol, italien, portugais, roumain, arabe, japonais, chinois…)

 

Ainsi, par exemple, Jón Kalman Stefánsson* a été traduit en roumain mais depuis la traduction française car, si j'ai bien compris, l'éditeur roumain n'a réussi à trouver aucun traducteur de l'islandais vers le roumain.

 

ActuaLitté : Pourquoi, selon vous, il faut lire ce livre ?

Éric Boury : D’abord parce qu’il faut lire, LIRE tout le temps. Il faut lire lllska parce   que nous traversons une période où  on observe une résurgence de ce que certains appellent la bête immonde, une résurgence de tous les fascismes, de tous les populismes. Nous observons la montée d’extrémismes religieux, des événements se produisent dans toutes les sociétés européennes et ailleurs dans le monde. Nous sommes confrontés à l'horreur, et à la mise en scène de cette horreur. Et même si ce livre ne donne pas de réponses, en tout cas pas de réponses définitives ni de leçons, il interroge beaucoup et nous amène à réfléchir. En cela, il est essentiel, incontournable.

 

Mais c'est également une œuvre très divertissante dans le sens où le lecteur vit des scènes où  il va presque pleurer d’émotion, des scènes où il va rire aux éclats tellement certaines   situations sont loufoques, relèvent de la pure comédie. C’est un divertissement intelligent. Un divertissement instructif aussi. Et pour cela, il faut lire Illska.

 

ActuaLitté : Pourquoi est-ce qu'on devient traducteur de l'islandais ?

Éric Boury : Parce qu’on aime les langues, parce qu’on aime sa propre langue, parce qu’il y a très peu de traducteurs de l’islandais.

 

Je suis devenu traducteur non par choix au départ mais presque contraint et forcé. Ensuite, bien sûr,  c'est devenu mon choix. J’étais prof d’anglais, j’avais mes enfants, ma petite vie  tranquille et je me suis dit un jour que je reprendrais bien des études de langues nordiques. Je donnais des cours d’islandais à l’université de Caen en tant que vacataire et là, sur les conseils de Jean Renaud, alors directeur du département nordique de l'Université de Caen, je suis allé rencontrer à Paris le professeur Régis Boyer qui m'a accepté parmi ses étudiants de DEA et avec qui j’ai donc fait un mémoire. Dans ce mémoire, j’avais traduit quelques extraits d’œuvres islandaises et Régis Boyer m’a dit : « Mais vous traduisez très bien, il faut que vous traduisiez car l’on manque de traducteurs ». A ce moment-là, je n’en avais pas envie mais il m’a un peu forcé la main pour une traduction que j’ai finalement réalisée et j’y ai pris goût. Il a œuvré pour mon bien et m'a beaucoup soutenu à l'époque, il croyait en moi, bien plus que moi-même et je lui suis très reconnaissant.

 

 

 

C'est donc ainsi que je suis devenu traducteur et aujourd'hui, c'est mon métier à plein-temps. J’ai été prof d’anglais pendant plus de 20 ans. Pour faire bref, j'ai commencé à traduire de l’islandais à 33 ans et  commencé à l’apprendre à 17 ans en arrivant à l’université de Caen. A l’aide de dictionnaires, j’avais déjà  acquis quelques notions de suédois parce que je voulais aller vivre en Scandinavie et si j’ai appris l’islandais précisément c’est parce que c’est la langue la plus difficile de toutes les langues scandinaves. C’est celle qui est restée très proche de l’origine des autres langues nordiques et cela me passionnait.

 

Parler l’islandais c’est un peu comme si on parlait le latin.  Bien sûr, ce pays me  fascinait et me faisait rêver depuis l’âge de 14-15 ans. Je m’intéressais aussi à la Suède et à la Norvège mais ce sont deux pays que je connais moins car j’y ai vécu moins longtemps. J’ai passé plus de trois ans en Islande, un an en Suède et en Norvège, tout au plus. L’islandais s’est imposé à moi comme une évidence. A 19 ans, après ma 2ème année de fac, je suis parti travailler et étudier en Islande pendant 2 ans.

 

ActuaLitté : Combien de livres traduits à ce jour ?

Éric Boury : Je crois que je suis en train de commencer le 40ème. J’ai commencé en 2002 mais réellement, je traduis beaucoup depuis 2005. En 10 ans,  j’ai donc traduit à peu près 35-40 livres. La liste précise est sur mon blog www.ericboury.blogspot.com

 

ActuaLitté : Celui qui compte le plus pour vous.

Éric Boury : Mon dieu ! C’est le Choix de Sophie ! On ne peut pas choisir parmi « ses enfants ». Tous les livres ont compté. Ceux qui m’ont le plus impressionné ne sont pas forcément ceux que j’ai découverts par moi-même. Le plus souvent ce sont ceux que les éditeurs m’ont proposé qui m’ont le plus époustouflé (exception faite d’Illska).

 

La cité des jarres m’a véritablement bouleversé. C’était ma 3ème traduction. Anne-Marie Métailié avait découvert ce livre et me demandait de le traduire. Pour moi, qui lisais surtout de la poésie, le roman policier n'existait même pas ! Anne-Marie m'a rassuré, je parviendrais bien à traduire ce texte et de toute façon, il serait relu par elle et son équipe. En le traduisant, j'ai compris à quel point Arnaldur Indriðason* était capable de saisir parfaitement et de transmettre, non seulement l’atmosphère climatique de son pays, mais son aspect social, mental, historique - j'ai compris qu'il écrivait l'âme de l'Islande : et c'était de la littérature. C'est ainsi que nous avons commencé à travailler ensemble avec Anne-Marie Métailié et à vivre ce qui est pour moi une belle aventure.

 

Un autre livre très important  a été Entre ciel et terre de Jón Kalman Stefánsson car outre, là aussi, une perception remarquable de l’atmosphère de son pays, il avait également une maîtrise de la langue poétique, un lyrisme qui m’ont parlé très profondément. Le lyrisme, on peut en dire ce qu’on en veut, mais dans la vie, il n’y a que ça  qui compte  finalement ! Cette capacité à transformer le monde en quelque chose de beau, par les mots.

Jean Mattern, le directeur de la collection Du monde entier, avait acheté les droits de cette œuvre. Il m'a contacté en me demandant si ça m'intéressait, je lui ai dit que je voulais bien lire cet ouvrage avant de lui donner une réponse en ajoutant que j'étais débordé. J'ai reçu le livre, j'ai lu quelques pages et j'ai très vite appelé Jean pour lui dire que je voulais absolument traduire cette merveille…

 

Illska est une traduction dont je suis fier et très heureux. J’ai pris beaucoup de plaisir. Je me sens honoré de pouvoir, par ma connaissance de l’islandais et ma maîtrise du français, traduire une des grandes voix de la littérature islandaise et donc de la littérature mondiale.

 

Car il ne s'agit pas seulement de littérature islandaise. Jón Kalman Stefánsson est un grand écrivain dans la littérature mondiale tout comme Arnaldur Indriðason même s'il écrit des romans policiers. Car, avec des moyens complètement différents de ceux de Jón Kalman, il sonde les profondeurs de l'âme humaine. Or, c'est ça, la Littérature, n'est-ce pas ?

 

ActuaLitté : Avez-vous une préférence à traduire tel auteur plutôt qu'un autre ? Un que vous ne pourriez abandonner ?

Éric Boury : J'aime tous les auteurs que je traduis pour des raisons différentes. Par exemple, outre Arnaldur et Jón Kalman, je pourrais aussi parler d'Árni Thórarinsson*, qui est devenu un très grand ami dont j'ai traduit 5 livres. C'est un immense plaisir, chaque fois, et ce qui m'étonne, c'est qu'il n'ait pas plus de succès en France. Beaucoup de gens considèrent qu'il est plus complexe qu'Arnaldur, mais il est aussi très littéraire et très islandais. C'est un auteur qui me transporte complètement en Islande. Il fait partie des gens qui déconstruisent le mythe de la société islandaise parfaitement apaisée et lisse, où tout se passe bien, où tout le monde est heureux au pays des geysers, de l'eau cristalline, de l'air pur et du fichu Lagon bleu. Árni pousse loin le détail, notamment en matière de politique islandaise. C'est peut-être ça, d'ailleurs, qui, pour certains lecteurs français, est assez rebutant. Mais pour moi, comme pour Anne-Marie Métailié, c'est ce qui rend cet écrivain si intéressant. Il montre clairement les rouages du jeu politique en Islande et ailleurs.

 

Il y en a un autre auteur que j'aime beaucoup, c'est Sjón*(Rivages). Il écrit des textes magnifiques, ciselés, poétiques, pleins d'humour, mais jusqu'à présent, il a eu très peu de succès (ou un succès confidentiel) en France et je ne comprends pas pourquoi. Il devrait  pourtant se vendre à 50 000 exemplaires…

 

A côté d'Akureyri, dans le fjord d'Eyjafjörður   © Eric Boury

 

ActuaLitté : Choisissez-vous ce que vous traduisez ou répondez-vous à des commandes ?          

Éric Boury : En général, je choisis. Un éditeur ne peut pas m'imposer une traduction. De toute façon, s'il veut que la traduction soit bonne, il sait qu'il faut que le traducteur aime le livre. Si je découvre un livre et le suggère à l'éditeur, s'il sent mon enthousiasme, évidemment, il va s'y intéresser. Je travaille beaucoup avec Anne-Marie Métailié et ensemble, nous suivons nos auteurs. Par exemple, je viens de traduire le 11ème livre de la série Erlendur.

 

ActuaLitté : Avez-vous un regret en matière de traduction ?

Éric Boury : J'ai eu un regret pendant assez longtemps. J'avais découvert Lovestar en islandais d’Andri Snær Magnason* en 2002 et je l'avais adoré. J'avais réalisé un petit bout de traduction et prospecté un peu auprès d'éditeurs, puis j'ai laissé tomber et suis passé à d'autres choses car j'étais très sollicité à ce moment-là. Il y a maintenant plus d'un, j'ai de nouveau suggéré ce livre et l'ai présenté à Laure Leroy des Editions Zulma. Séduite elle-aussi par la fraîcheur, l'inventivité, la loufoquerie, les questions philosophiques et politiques, et l'imagination fertile qui traversent ce roman, elle l'a publié dans ma traduction. Donc, je n'ai plus de regrets grâce à Laure Leroy.

 

Un autre regret, j'ai traduit pour les éditions Gaïa deux livres d'Einar Már Guðmundsson* et deux romans policiers de très bonne facture écrits par Jón HALLUR Stefánsson*, ces quatre livres n'ont pas eu le succès qu'ils méritent et c'est dommage. Cela ne m'empêche pas de continuer de travailler pour Gaïa car évidemment, un éditeur ne saurait être tenu responsable de l'absence de succès d'un livre…

 

ActuaLitté : En France, la connaissance de la littérature islandaise contemporaine passe essentiellement par vous ? Que ressentez-vous à être l'Ambassadeur des Lettres islandaises en France ?

Éric Boury : Attention, je ne suis pas tout seul. Il y a de très bons traducteurs de l'islandais, Catherine Eyjólfsson, Jean-Christophe Salaün, pour n'en citer que deux. On ne traduit pas les mêmes choses, on se complète, nos goûts sont différents et l'on s'entend très bien. Il y a aussi Régis Boyer qui est toujours le grand spécialiste français de la littérature médiévale islandaise.

 

En fait, je continue à traduire Arnaldur Indriðason et je pense, que plus que moi, c'est lui qui est l'ambassadeur des lettres islandaises et Anne-Marie Métailié, d'une certaine manière aussi. Ou alors tous les trois. Avec Indriðason, d'un seul coup effectivement, il y a eu un intérêt grandissant pour la littérature de ce pays.

 

En 2005, il y a eu d'abord La cité des jarres puis en 2006, La femme en vert couronné par de nombreux prix et à partir de ce moment-là, j'ai été extrêmement sollicité par des éditeurs: "Conseillez-nous, que voulez-vous faire pour nous, etc." , ce qui est un luxe absolu car d'ordinaire les traducteurs doivent plutôt se battre pour essayer de convaincre l'éditeur de publier un livre qu'ils ont découvert et aimé. Pour ma part, c'était plutôt moi qui demandais aux éditeurs d'attendre…

 

Oui, je me sens un peu ambassadeur des lettres islandaises en France mais je ne suis pas le seul, encore une fois. Il n'y a pas de livre sans auteur, pas plus qu'il n'existe de traduction sans traducteur. Cela dit, si aucun éditeur n'acceptait de publier un texte islandais, il n'y aurait pas de livres islandais publiés en France : les véritables ambassadeurs des lettres islandaises sont donc pour moi les éditeurs qui prennent ce risque. Et moi, je suis heureux, vraiment heureux de permettre au public francophone d'avoir accès à ces livres. Mon travail est une passion.

 

ActuaLitté : Avez-vous le temps de lire autre chose que la littérature islandaise ?

Éric Boury : Non. Je lis les critiques de livres français, rien d'autre ou presque. Ce n'est pas frustrant. Je lis un peu de poésie en français - enfin, pas mal de poésie, en fait.

 

ActuaLitté : Quelle est la place des écrivains français en Islande ?

Éric Boury : En Islande, il y a peu de traducteurs du français. Les traductions d'œuvres francophones sont donc peu nombreuses simplement parce que les Islandais ne sont que 330 000.  

 

Le lectorat est tellement petit que pour qu'un livre français se vende, il faut qu'il ait eu un succès retentissant en France. Beaucoup d'Islandais vont lire en anglais. Par exemple, Jón Kalman Stefánsson adore JMG Le Clézio mais il le lit en anglais. Néanmoins il est en cours de traduction en islandais par un grand écrivain, Pétur Gunnarsson qui a d'ailleurs traduit également Proust. Ceci dit, Modiano n'est encore pas traduit. Nos prix Nobel ne sont pas forcément traduits. Camus, par exemple, l'est en partie seulement.

 

ActuaLitté : Peut-on dire que la langue islandaise connaît une mutation ?

Éric Boury : L'anglais est en train de prendre une énorme part de marché en Islande, surtout chez les jeunes à l'oral. Les anglicismes sont nombreux. Certains linguistes annoncent la disparition de l'islandais d'ici 100 ans. Je n'en suis pas sûr. Pour moi, contrairement à ce qu'en dit Eiríkur avec beaucoup d'humour dans Illska, la pureté de la langue en Islande n'est pas une question de nationalisme, c'est une question d'intelligibilité. En Islande, on crée des mots à partir de racines anciennes, des termes dont le sens est plus ou moins transparent. Par exemple, le mot "hélicoptère"  a été créé à partir d'un verbe qui signifie "tourner très vite". La langue islandaise est homogène et utilise toujours d'anciennes racines nordiques, en ce sens, elle est plus "pure" que les autres langues nordiques mais les choses changent et les emprunts à d'autres langues sont de plus en plus nombreux aujourd'hui, surtout à l'oral.

 

ActuaLitté : Quelque chose à ajouter ?

Éric Boury : Pour finir, je souhaiterais parler de la transmission, tellement essentielle. Régis Boyer, Philippe Bouquet, mes profs d'anglais au collège ou au lycée sont autant de personnes qui m'ont accompagné sur un chemin qui m'a conduit jusqu'à la traduction littéraire. Philippe a été mon prof de suédois à l'université et il a beaucoup compté pour moi, je le connais depuis que j'ai dix-sept ans. Il a toujours été là comme un père bienveillant. C'est un grand traducteur, il m'a appris à traduire le suédois quand j'étais à l'université de Caen où, avec Eric Eydoux, j'ai aussi traduit pas mal de norvégien mais concernant l'islandais, j'ai un peu l'impression d'avoir appris le métier  tout seul - et avec l'aide de mes éditeurs et éditrices.

 

La plupart des traductions d’Eric Boury sont disponibles aux éditions Métailié et Gallimard. Liste complète à retrouver à cette adresse.

 

*Principales œuvres et auteurs cités :

Illska d'Eiríkur Örn Norðdahl

Jón Kalman Stefánsson

Arnaldur Indriðason

Árni Thórarinsson

Sjón

Lovestar d'Andri Snær Magnason

Einar Már Guðmundsson

Jόn-Hallur-Stefánsson

Stefán Máni

 

Pour aller plus loin :                

 Littérature islandaise en traduction française (Université de Caen)

 

Par ailleurs, du 23 au 27 septembre, auront lieu à Manosque, Les Correspondances, festival littéraire qui accueillera Eric Boury et Eiríkur Örn Norðdhal, le samedi 26 septembre  à 16h30, place Marcel Pagnol. Plus d’info, ici : Les Correspondances.