Interview exclusive : Kaza Kingsley - Erec Rex

Fred Ricou - 17.03.2010

Interview - Kaza Kingsley - Erec Rex - L'œil du Dragon


Aux Etats-Unis, Kaza Kingsley commence à faire parler d'elle. Deux tomes de sa saga, Erec Rex, sont déjà parus dans son pays. En France, ce n'est que depuis la mi-janvier que nous avons le plaisir de lire le premier opus : Erec Rex – L'œil du Dragon aux Editions du Rocher - jeunesse. En exclusivité pour le site Les Histoires Sans Fin, Kaza Kingsley se présente…


Bonjour Kaza, tu es une jeune auteure américaine, le public français ne te connaît pas bien. Peux-tu te présenter ?
Bien sûr. Je suis vraiment contente qu'Erec Rex soit publié en France. J'ai toujours écrit – surtout des chansons et des nouvelles au départ – et j'avais aussi commencé un roman pour adultes avant Erec que je n'ai jamais terminé.
Je trouve intéressant de comparer ma façon de travailler sur ces deux livres : ce qui me semblait être du travail quand j'écrivais mon roman « adulte » est devenu du plaisir quand je me suis mise à Erec Rex. Je me suis retrouvée assise à mon bureau à écrire pendant des heures, comme si je ne pourrais jamais m'arrêter. Une fois plongée dans cette aventure, j'ai vraiment compris que c'est ça que j'aurais dû écrire depuis bien longtemps. Mais c'est logique. J'adore la fantasy. J'ai lu des tonnes de livres de fantasy pour jeunes adultes pour le plaisir. À présent, je lis à nouveau des fictions pour adultes et de la non-fiction aussi. Je ne veux pas me restreindre à un seul genre, sachant que je pourrais très bien en explorer d'autres, un jour.
{tab=Page 2}
Erec Rex est la première série que tu écris. Elle est déjà traduite dans une dizaine de langues. Ce succès te surprend-il ?
Oui, c'est sûr ! Mais je trouve ça génial. Plusieurs pays ont leur propre site d'Erec Rex, et je reçois de plus en plus d'emails provenant de lecteurs du monde entier. Pour quelqu'un comme moi, qui adore voyager et découvrir de nouvelles cultures, c'est très excitant. Le monde devient plus petit, grâce aux liens qui se créent sur le net et nous mettent en connexion les uns les autres. J'ai une anecdote amusante à ce propos : l'autre jour, j'ai laissé un message sur Twitter, expliquant que je n'avais pas envie de passer par la case corrections pour le tome 4. Twitter a transmis automatiquement mon message sur ma page facebook… où j'ai reçu un mot de mon éditeur du Danemark me disant de me remettre au travail ! Il y a une autre raison qui me rend heureuse de savoir que Erec Rex fait le tour du monde : c'est une histoire qui nous concerne tous. Même si le début se passe dans le New Jersey aux Etats-Unis, on arrive rapidement à évoluer dans un monde magique secret, localisé du côté de l'Asie. La Grèce, la Thaïlande, la Chine, l'Inde, l'Indonésie, le Pérou et bien d'autres pays encore ont également un rôle à jouer… Et bien sûr, la France ! En fait, au tout début du tome 2, l'action se passe à Paris, où le méchant Baskania a caché sa forteresse dans un grand immeuble de bureaux.

Dans ce premier tome, L'œil du dragon, il y a quelques références plus ou moins cachées au monde d'Harry Potter. Est-ce que maintenant un auteur, quand il veut parler de magie, ne peut passer à côté ?
Aujourd'hui, avec le succès d'Harry Potter, la plupart des livres sont comparés à la saga du jeune sorcier d'une façon ou d'une autre. Erec Rex a eu de bonnes critiques – j'ai eu beaucoup de chance – et les gens s'amusent à trouver des similarités dans les deux sagas. J'ai vraiment aimé la série des Harry Potter, alors je ne me plains pas des comparaisons plutôt positives, mais malgré tout, il y a d'énormes différences entre les deux mondes. Mais c'est toujours drôle de laisser traîner quelques références subtiles qui ne seront pas remarquées à la première lecture. Je me suis amusée, par exemple, à laisser un clin d'œil au Seigneur des Anneaux. Le système monétaire d'Alypium est hiérarchisé en anneaux d'or, en shire d'argent, en gands de bronze et en bils de papier (en référence à l'anneau, le shire, Gandalf et Bilbo). Juste pour le plaisir.
{tab=Page 3}
erec_rexJ'ai eu l'impression aussi, en lisant Erec Rex, que tu avais également dans tes références Alice au pays des Merveilles. Est-ce que je me trompe ?
J'adore Alice au pays des Merveilles et À travers le miroir, même encore aujourd'hui. Le « springball », un jeu qui est pratiqué dans Erec Rex, est indéniablement inspiré des livres de Lewis Carroll. J'ai adoré son jeu de croquet joué par des hérissons qui utilisent des flamants roses en guise de maillets. Ça m'a fait réfléchir à ce que j'aimerais vraiment voir comme sport si je pouvais en créer un pour mon plaisir personnel. Alors, j'ai imaginé un jeu dans lequel les balles sont les personnes elles-mêmes, glissées dans des costumes rembourrés en forme de balles ! Ils sont transportés, frappés, disputés à travers tout le terrain, et passés de joueurs en joueurs, jusqu'à ce qu'ils bondissent et rebondissent vers le côté du terrain opposé à celui de leur équipe. J'espère assister à un jeu de « springball » un jour, ça pourrait être vraiment drôle à voir !

A contrario, il y a beaucoup d'idées très nouvelles. Par exemple, Erec est le premier héros de littérature jeunesse à avoir un œil de verre. Comment as-tu eu ce genre d'idée ?
Ah, on va vous l'expliquer. À la fin du tome 1, on va en savoir un peu plus sur les raisons pour lesquelles Erec a un œil de verre. Je ne veux pas dévoiler le secret du livre 1, L'œil du dragon ! Il y a beaucoup de choses originales et drôles que je me suis amusée à inventer pour le livre. Comme le château couché sur le côté, l'Instabranchie, qui vous permet de respirer sous l'eau, les Aniballes qui sont des bulles qui se transforment en animaux quand on les éclate (certaines se transforment en chiens tout mignons, d'autres en moustiques…). J'aurais aimé avoir une Interboule – une autre invention qu'on trouve dans L'œil du dragon. Elle vous donne la réponse exacte à n'importe quelle question, mais seulement en utilisant les mots « oui » et « non ». J'espère que la série, dans sa globalité, va donner quelque chose de vraiment original et nouveau. Il y a de la magie, de l'aventure, de l'humour, comme dans d'autres livres, mais le concept d'un gamin qui se bat pour devenir roi, en ayant à accomplir des tâches herculéennes, tout en étant terrifié à l'idée de ce qui peut arriver s'il gagne – parce que le sceptre des rois va lui conférer d'énormes pouvoirs –, je pense que c'est assez unique en son genre.
{tab=Page 4}
erec_rex2Il y a sept tomes encore à venir (aux Etats-Unis, deux tomes sont déjà parus…), est-ce que tu connais déjà toutes les péripéties que tu vas faire vivre à tes héros ?
Oui, tout à fait. Avant d'écrire le tome 1, j'ai fait un plan de toute la série. Il y a évidemment des éléments que j'invente au cours de l'écriture. Mais j'ai une idée générale de tout ce qui va se passer. Aux Etats-Unis, le premier tome, L'œil du dragon, et le tome 2, The monsters of Otherness sont déjà sortis. Le tome 3 va arriver en librairie en juin ; il s'appelle The search for Truth. Je viens juste de terminer l'écriture du 4e livre The Three furies, mais il ne sortira pas avant une bonne année. Donc, même si, en France, seul le premier livre est sorti, de mon côté j'ai déjà écrit la moitié de la saga ! Je vais vous confier un secret : il y a des éléments qui vous permettent de deviner – juste un petit peu – ce qui va se passer dans le reste de la série. Entre le tome 1 et le tome 8, Erec doit accomplir 12 tâches. Il y a un parallèle entre Erec et Hercule, qui a dû lui aussi réussir ses 12 travaux.

Si Erec Rex, fonctionne bien en Europe, penses-tu que nous aurons le plaisir de te voir un jour dans un salon du livre jeunesse ?
Absolument. J'adore la France (même si je ne suis venue qu'à Paris pour le moment !). Donc, ce serait un grand plaisir pour moi de revenir. Il se trouve que je suis accro à une certaine pâtisserie qu'on trouve chez Ladurée, alors il va être difficile pour moi de ne pas revenir ! Le français est la seule langue (en plus de l'anglais), que je connais. Mais j'ai oublié une bonne partie de mon vocabulaire. La dernière fois que j'étais en France, j'ai demandé à un serveur quelle heure il était (enfin, c'est ce que j'ai cru !), et finalement, j'ai dit plutôt un truc qui ressemblait à « comment c'est ? ». C'est toujours un vrai plaisir de rencontrer mes lecteurs en personne, spécialement dans les autres pays. J'ai déjà fait des interviews par webcam pour une conférence en Thaïlande. C'était une expérience géniale – à part qu'il a fallu que je reste debout jusqu'à deux heures du matin !

Merci beaucoup !
Merci à vous. J'ai vraiment hâte de rencontrer mes lecteurs français. S'il vous plaît, dites-leur bien que je serai ravie de les retrouver sur le site www.erecrex.com. Il y a un lien qui permet de m'envoyer des messages et j'essaie de répondre à chacun d'entre eux !

Traduction : Sarah K.
 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.