Katherine Pancol : "Un livre, on se l'approprie, c'est son livre."

Clément Solym - 27.06.2012

Interview - Saint Maur en Poche - Katherine Pancol - Roman


Interview de Katherine Pancol, marraine de la 4e édition du salon « Saint-Maur en poche » qui a fermé ses portes dimanche dernier après un nouveau succès.


ActuaLitté : Études, enseignement, journalisme, romans… les lettres ont toujours, sous toutes les formes, été omniprésentes dans votre vie. Comment les voyez-vous et que représentent-elles ?

 

Katherine Pancol : Les lettres, je les vis ! Je suis tombée dedans toute petite, je devais avoir 4 ou 5 ans lorsque j'ai découvert le livre. En fait les livres, c'était un peu ma Gameboy à moi, j'en avais toujours un dans les mains. J'ai toujours adoré la lecture. »

 

Comment distinguez-vous le métier de journaliste et le métier de romancière ?

 

Cela n'a vraiment rien à voir ! Le journalisme, c'est ponctuel. Cela se présente sous forme d'enquête s'appuyant sur des faits réels. La règle américaine du où, quand, qui, comment, pourquoi guide le journalisme. Au final, la forme n'a pas vraiment d'importance. Alors que les romans, c'est complètement l'inverse. C'est plus profond, on recherche le mot exact pour être le plus précis possible. On est davantage dans l'imaginaire, dans l'intuition. J'ai écrit mon premier roman très tard. J'ai d'abord commencé par écrire un journal qui s'appelait “Scoop” avec une copine avant de me tourner vers la rédaction de romans.

 

Pourquoi avez-vous participé à Saint-Maur en poche ? Quelles sont les particularités de ce salon et sa valeur ajoutée ? 

 

À cause de Jean et Gérard, les libraires de La Griffe Noire. Je dirais même pour leurs beaux yeux ! Ce salon c'est vraiment eux qui en font toute la différence. Ils ont fait quelque chose de formidable : ils ont réussi à mettre le livre dans la vie de tous les jours et de tous les gens. En France, on a quand même tendance à sacraliser l'objet alors qu'eux ont pris le livre pour le mettre dans la poche des gens, le placer dans la vie de tous les jours, si bien que le livre redevient quelque chose de vivant avec eux. Le salon, c'est l'expression de tout ça, c'est l'aboutissement de leur combat.

 

 

 

Quelle est la particularité, selon vous, du livre de poche ? Sa valeur ajoutée et son inscription dans le cadre d'un salon dédié ?

 

Le livre de poche, c'est comme un copain ! Le livre broché, on lui fait la révérence alors que le poche, on l'emmène partout avec soi. Il est à la portée de tous. Un livre de poche, ce n'est pas intimidant, ça ne coûte pas très cher, ce qui permet de prendre des risques pour découvrir des auteurs qu'on ne lirait peut-être pas sinon. On hésite à acheter un livre à 20-24 euros, alors qu'un livre de poche, on se lance plus facilement, même si on se trompe, ce n'est pas grave. On est plus libre, on peut faire preuve de plus d'audace, de plus de curiosité. 

 

En s'éloignant un peu, mais pas trop, du salon, quel rapport entretenez-vous avec le livre numérique (en tant qu'écrivaine et en tant que lectrice) ? Votre sentiment sur ce marché en développement ?

 

Alors aucun ! Je n'ai vraiment aucun rapport avec le livre numérique. Bien sûr, j'ai téléchargé comme tout le monde sur l'iPad des livres classiques, mais, je trouve que c'est bourré de fautes, ça saute des pages, ça saute des lignes, je n'aime pas lire sur ce type de support. Je trouve que le livre est un objet intime. Moi j'écris sur les livres, j'annote dans la marge des remarques, des idées. Un livre, on se l'approprie, c'est son livre. Moi, je ne prête pas mes livres parce que je les ai gribouillés, parce que si j'ai envie de les reprendre je veux savoir où ils sont… Je suis sûre qu'on préfère recevoir une lettre plutôt qu'un email par exemple.

 

Quel livre lisez-vous actuellement ? Le dernier achevé ? Le prochain sur votre liste de lecture ?

 

 Je viens de finir “Féroces” de Robert Goolrick et je vais commencer un autre livre de poche qui s'appelle “Les imperfectionnistes” de Tom Rachman.

 


Cette année, ActuaLitté est partenaire du festival Saint Maur en Poche




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.