“L'écriture, cette bulle d’air dont je ne pourrais me passer”

Nicolas Gary - 15.10.2018

Interview - Jade Sercomanens Suisse - programme écriture promotion - fondation pour l'écrit


« On peut faire dire ce que l’on veut aux dates... Mais ce qu’on leur fait dire révèle un pan de nous. » Passionnée d’histoire, Jade Sercomanens en a d’ailleurs fait son sujet d’étude favori. Cette universitaire figure dans le programme De l’écriture à la promotion, avec dix auteurs jeunes auteurs, dont ActuaLitté est partenaire. Faisons donc connaissance...



 

 

ActuaLitté : Que représente l’écriture pour vous, à ce jour ?

 

Jade Sercomanens : L’écriture est une composante essentielle de ma vie, c’est l’une des bulles d’air qui me permet d’avancer dans l’océan de mon existence. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours écrit avec plus ou moins de régularité. J’ai toujours inventé des histoires et, adolescente, je me suis essayée à la poésie, sans véritable déclic toutefois.

C’est réellement avec des textes en prose que je me sens dans mon élément et que je m’épanouis. Actuellement, je fais une thèse de doctorat en histoire, et, même si je ne me suis jamais lancée dans l’exercice littéraire sur ma période, mes recherches, ainsi que mon écriture académique, nourrissent mon écriture de fiction.
 

Si je reste trop longtemps sans écrire, il y a un manque, un vide qu’il me faut combler. Même si l’écriture a plusieurs facettes – tout en m’étant nécessaire, elle porte en elle ses moments de frustrations et de doutes – elle reste cette bulle d’air dont je ne pourrais me passer.

 

Quels auteur-e-s vous ont construit, comme sources d’inspiration ou de rejet ?

 

Jade Sercomanens : Je pense que chaque lecture m’a influencée à son échelle et à son niveau. Je serais bien incapable de citer les auteurs de certains livres, impossibles à poser, qui m’ont maintenue éveillée adolescente, en dépit de l’école le lendemain – que je suivais alors vaguement, écrivant dans les marges des fragments d’histoires, en miroir de ce que je venais de lire.

Je suis également tributaire de mes lectures d’école ou d’université, par l’analyse desquelles, je me suis faufilée dans la langue, ou plutôt, elle s’est faufilée en moi. 

 

Si j’y réfléchis bien, j’ai trois noms qui me viennent à l’esprit. D’abord, Agatha Christie, dont j’ai dévoré les livres enfant et adolescente. Ensuite, Maupassant, avec ses nouvelles fantastiques. Il est celui par lequel j’ai vraiment découvert le monde des textes courts et toute la force qu’ils peuvent contenir. Et enfin la plume de Marguerite Yourcenar. Mais ces noms ne sont qu’une infime part de tous ceux qui, à leur manière, ont façonné mon écriture. 

 

Qu’attendez-vous de ce programme d’accompagnement et de soutien qu’offre la Fondation pour l’Écrit ?

 

Jade Sercomanens : Je n’ai pas encore l’expérience de publication d’un livre, mais ce programme m’offre des outils pour appréhender l’après. C’est une opportunité d’échanges et de découverte de ce qui est pour moi la face immergée de l’iceberg qu’est le monde de l’édition, notamment par des rencontres avec des professionnels du milieu sur plusieurs niveaux et des auteurs confirmés, mais également dans le partage avec les autres participants. 



Retrouver l'ensemble de notre dossier De l'écriture à la promotion, les auteurs se professionnalisent   

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.