La Nuit j'écris : Les petites frappes parlent de littérature

Association Effervescence - 17.06.2014

Interview - écriture festival - littérature - Petites frappes


Chaque semaine, ActuaLitté, en partenariat avec l'association Effervescence, réunissant les étudiants et anciens élèves du master Édition et Audiovisuel de Paris-Sorbonne, vous donne rendez-vous : retrouvez dans les colonnes de notre magazine une chronique, réalisée par les étudiants de la formation, racontant la vie du master et de l'association. 

 

Cette semaine, Christelle, étudiante de l'option Édition du master, nous présente un projet qu'elle mène au sein de l'association Les P'tites Frappes.

 

Les élèves de notre master ne se contentent pas de suivre les cours et de se rendre chaque matin sur le lieu de leur stage. Parce que la voie qu'ils ont choisie peut se manifester de manières très différentes, ils s'engagent dans d'autres projets, qu'ils soient associatifs, professionnels ou simplement personnels.

Aujourd'hui, c'est Christelle qui nous parle de La Nuit j'écris, un festival dédié à l'écriture organisé par Les P'tites Frappes, association dont elle fait partie.

 


 

 

Commençons par le début : comment t'es-tu retrouvée dans cette association ?
Quand je suis arrivée à Paris, il y a trois ans, j'ai découvert le Labo des histoires, une association qui propose des ateliers d'écriture gratuits pour les jeunes. J'ai participé à plusieurs de ces ateliers, où j'ai rencontré des auteurs très ouverts et prompts à parler de leur travail, et surtout prêts à aider des jeunes à améliorer leur écriture. C'est aussi là que j'ai rencontré Sonia, qui organisait à l'époque les rencontres. Lorsqu'elle a lancé les K.O. des mots, des matchs d'impro littéraire, j'ai tout de suite été recrutée pour écrire en direct devant des dizaines de personnes, dans des endroits comme la grande scène du Salon du livre ou le « In » du Festival d'Avignon. Malgré mes craintes, il faut croire que je ne me suis pas trop ridiculisée, puisque quand Sonia a monté Les P'tites Frappes, elle m'a à nouveau demandé de faire partie du projet.

 

 

 

 

Les P'tites Frappes, c'est quoi ?

Ce sont quelques personnes réunies autour d'un objectif commun : donner accès à l'écriture. C'est une activité souvent perçue comme difficile, réservée à une élite. Surtout en France, où on a un mythe de l'auteur inspiré par les muses, du génie torturé et asocialqui sort en une nuit un chef d'œuvre universel. C'est une idée déformée de ce qu'est l'écriture : la plupart des auteurs vous diront qu'ils se mettent tout simplement à leur ordinateur pour travailler, certains avec de nombreux rituels, d'autres pas du tout, mais rien de mystique dans tout cela ! Et cette vision élitiste de l'écriture pousse de nombreuses personnes, et particulièrement les jeunes, à se dire : « Non, ça, ce n'est pas pour moi. Je n'en suis pas capable. »

 

Dans ce cas, comment cette association conçoit-elle l'écriture ?

Notre conviction, c'est que l'écriture est un formidable vecteur d'expression, d'imagination, de communication. Et puis ce n'est pas nécessairement solitaire : ça peut être un moyen de rassembler les gens, de rendre à des jeunes en difficulté la confiance en eux-mêmes, en leurs capacités à créer. Même si, nous en avons conscience, tout le monde ne peut pas devenir auteur ! L'idée est plutôt de montrer qu'écrire demande du travail, de la volonté, que ce n'est pas nécessairement un talent inné.

 

 

 

D'où la naissance du festival La Nuit j'écris…

En effet : pour concrétiser tout cela, on organise cet événement, qui aura lieu le samedi 28 juin de 16 heures à 23 heures au Carrefour des associations parisiennes (12e arrondissement). Eli Anderson, auteur de la série jeunesse Oscar Pill, sera le parrain de cette première édition du festival. 

De 16 heures à 18 heures, quatre ateliers d'écriture gratuits seront proposés en simultané. Illustrer une histoire ou écrire à partir d'une image, créer un autre monde, imaginer une course-poursuite… Il y en a pour tous les goûts. Il est nécessaire de s'inscrire au préalable sur le site www.lanuitjecris.fr pour pouvoir y participer : le nombre de places est limité !

 


 

 

Ensuite, un match d'impro littéraire « Jeunes talents » permettra à 8 auteurs amateurs, âgés de 20 à 30 ans environ, de s'affronter à coup de mots. Le principe est simple : 2 équipes de 4 joueurs doivent écrire une histoire en 4 rounds de 5 minutes, sur le principe du relais. Chaque joueur, soumis à une contrainte, doit continuer le récit commencé par son prédécesseur, et ce qu'il écrit est affiché sur un grand écran en direct. Après chaque round, le public vote pour son passage préféré. Vous pouvez vous inscrire pour tenter de participer à ce match d'impro sur www.lanuitjecris.fr (rubrique « Dernières nouvelles »).

 

Après le match, place au débat ! Des auteurs, éditeurs et autres professionnels du monde du livre échangeront sur le thème « Demain, tous écrivains ? ».

Ce sera enfin au tour d'auteurs professionnels de montrer ce qu'ils ont dans le ventre, en s'essayant eux aussi à l'exercice du match d'impro littéraire.

Et pendant toute la durée du festival, de 16 heures à 23 heures, trois auteurs, deux à Paris et un à Avignon, écriront une histoire en continu. Les personnes présentes au festival, mais aussi les internautes via notre page Facebook et Tweeter, pourront proposer des contraintes. Régulièrement, Eli Anderson en choisira une et l'imposera aux auteurs, qui devront l'intégrer au cours de leur récit.

 

Et tout cela est gratuit ! Mais l'organisation d'un tel événement doit bien avoir un coût, n'est-ce pas ?

Tout à fait, c'est pour cela que nous avons lancé un projet de financement participatif. Les dons récoltés serviront en grande partie à éditer un recueil, qui contiendra tous les écrits de la soiréeaussi bien ceux des trois auteurs en performance que les récits imaginés en matchs d'impro et les histoires réalisées en ateliers. Et nous espérons, pourquoi pas, financer une deuxième édition du festival !

 

Si La Nuit j'écris vous enthousiasme et que vous souhaitez encourager Les P'tites Frappes, rendez-vous sur leur cagnotte en ligne pour leur faire un don. En échange, vous pourrez recevoir de super cadeaux, comme des badges, des sacs en toile, et même un recueil préfacé et personnellement dédicacé par Eli Anderson !

 

 

***

 

En parlant de projet collectif, Les Uchroniques ont eu l'honneur de voir leur livre chroniqué par France Culture ! Une opportunité rare pour un ouvrage réalisé par des étudiants. Et une preuve supplémentaire, s'il en fallait, de l'intérêt et de la qualité de leur travail. Pour écouter le podcast de l'émission, cliquez ici.

 

Si vous voulez (re)lire nos chroniques déjà publiées sur ActuaLitté, c'est ici ! Si vous voulez être informés chaque semaine de la parution de notre nouvelle chronique, c'est ici !
À mardi prochain !