Le pigeonnier, l'unique librairie française de Taïwan

Nicolas Gary - 08.01.2018

Interview - librairie pigeonnier Taïwan - Sophie Hong librairie - Taiwan librairie francais


Bientôt vingt ans que la librairie Le Pigeonnier a fait son nid à Taiwan, avec un catalogue d’œuvres en français des plus raffinés. Sa cofondatrice et responsable Sophie Hong est une grande styliste qui a officie à Paris, à deux pas de la Comédie française. Avec pour concept : « Faire les bons vêtements pour les bonnes personnes, mettre les bons vêtements au bon moment. » Et pareil pour les livres...
 

Librairie Le pigeonnier
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 
 

Quelle est l’histoire de votre librairie, comment l’avez-vous créée ?

 

Sophie Hong : En 1999, mon amie Françoise Zylberberg, « Zyl », professeur de français à l’Université Nationale de Taïwan, me propose de créer une librairie française à Taipei, Le Pigeonnier, qui ouvre dans l’année. C’est moi qui, en tant que styliste, ai conçu l’intérieur de la librairie à sa fondation, avec des étagères aux éléments de fer et de verre et des luminaires jaunes apportant une touche de chaleur.

« Zyl » n’a eu de cesse de partager son amour du livre et de la culture française jusqu’à son décès en 2010. Cela fait maintenant 7 ans que je poursuis son œuvre. 

 

Quelles sont les spécificités historiques du marché du livre à Taiwan ?

 

Sophie Hong : Le marché du livre de Taïwan est largement constitué de livres traduits en regard des autres marchés. Historiquement, les traductions de l’anglais et du japonais en constituent la majeure partie, toutefois, les traductions du français se sont multipliées ces dernières années. Nous devons cela au travail de mise en avant de la langue et de la culture françaises par de nombreux acteurs locaux, français comme taïwanais.

 

Quant aux genres de livres majoritairement présents sur le marché, les livres jeunesse et livres illustrés, ainsi que les livres de vie pratique sont ceux qui génèrent les plus importants chiffres d’affaires.

 

À ce jour, à quelles problématiques faites-vous face ?

 

Sophie Hong : L'un des problèmes majeurs que nous rencontrons est démographique : le faible taux de naissance à Taïwan entraîne une diminution du nombre d’enfants, et donc une diminution du nombre d’étudiants du français potentiel. Nous pouvons le constater par la diminution des commandes de manuels de français langue étrangère.

 

Un autre problème auquel nous faisons face est plutôt d’ordre juridique : il n’existe pas, à Taïwan, de régulation étatique concernant les prix de vente des livres. Ainsi, il se livre entre revendeurs de livres une course pour tirer les prix vers le bas. Un phénomène courant à Taïwan est la revente de livres sur internet, par des blogueurs par exemple. Ces revendeurs n’ont pas à s’acquitter, comme nous, de frais tels que les impôts, le loyer ou encore les salaires, ce qui leur permet de fixer leurs prix eux-mêmes et donc de pratiquer des prix bien plus bas que les nôtres.

 

Un garage souterrain devient une librairie pour étudiants
 

Comment établissez-vous votre sélection d’ouvrages mis en avant ?

 

Sophie Hong : La communauté française à Taïwan étant relativement petite, notre sélection est étroitement liée aux actualités éditoriales et culturelles françaises et taïwanaises (expositions, cinéma, etc.), afin de répondre de façon optimale à la demande de nos clients, principalement des Taïwanais francophones ou francophiles. 
 

Nous disposons également d’un rayon complet d’ouvrages sur Taïwan traduits en français afin de permettre à nos lecteurs français d’en apprendre plus sur l’histoire, la culture, la littérature de leur pays d’accueil. Nous veillons à régulièrement mettre à jour ce rayon en fonction des nouveautés.

 

Quelles sont vos relations avec les distributeurs ?

 

Sophie Hong : Le Pigeonnier a maintenant 18 ans. Aussi, nous entretenons avec nos distributeurs une relation de travail de long terme et stable. Les distributeurs ont désormais l’habitude de travailler avec nous de façon régulière, ce qui facilite grandement les commandes des deux côtés.

Toutefois, notre coopération est limitée par le fait que Taïwan soit si loin de la France. Nous regrettons de ne pouvoir les rencontrer en personne plus souvent, car cela nous permettrait d’explorer plus facilement de nouvelles pistes de coopération.

 

Que vous apporte le réseau de l’AILF ?

 

Sophie Hong : Étant la seule libraire francophone à Taïwan, nous manquons de points de repère pour nous réinventer et nous améliorer. L’AILF joue donc un rôle essentiel dans notre développement, car elle nous permet d’entrer en contact, et même de rencontrer, notamment lors du Salon du Livre de Paris, d’autres libraires francophones aux quatre coins du monde. Ces échanges sont très enrichissants pour nous.


Librairie Le pigeonnier
Sophie Hong - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

Quel regard portez-vous sur l’industrie du livre ?

 

Sophie Hong : Il est incontestable aujourd’hui que les consommateurs utilisent énormément les appareils modernes comme portable ou tablette. C’est pourquoi nous nous efforçons, au Pigeonnier, de raviver l’intérêt des lecteurs en communiquant énormément autour du livre et en organisant de nombreux événements.
 

Direction Taïwan : une boutique cumule
glaces et bandes dessinées

 

Très actifs sur Facebook, on voit que vous avez organisé un concert de fin d’année, que vous suivez de très près l’actualité éditoriale... Quelle plus-value ce dynamisme apporte-t-il à la ville de Taipei et au public francophone local ? 

 

Sophie Hong : En effet, il y a eu un concert, mais ce n’est que la pointe de l’iceberg de notre travail. Notre dynamisme passe par les réseaux sociaux, omniprésents à Taïwan. Nous les utilisons comme tremplins pour promouvoir nos activités, mais aussi la culture française en général. D’ailleurs, nous envisageons de mettre en place l’année prochaine un nouveau site liant la marque Sophie Hong et la Librairie Le Pigeonnier.

Cette ouverture suit de près une autre ouverture, celle de ma boutique éphémère au Parc culturel de Huashan à Taipei. C’est de tout ceci dont nous parlons sur Facebook, mais aussi plus largement de tous nos événements, ou tout simplement nos nouveautés. Cette somme d’informations profite à la communauté française, mais également au public taïwanais francophone et francophile.

 

De plus, nous travaillons en étroite collaboration avec le Bureau français de Taipei, l’Alliance française de Taïwan, le Lycée français de Taipei et l’Association taiwanaise des traducteurs de français. Notre coopération nous permet de toucher un public encore plus vaste et d’ainsi diffuser plus largement la culture française dans notre ville.

 

En partenariat avec l'AILF

Retrouver toute l’actualité de la librairie francophone dans le monde


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.