'Les contenus culturels ont largement profité de la croissance mobile' (Youscribe)

Nicolas Gary - 18.03.2014

Interview - Youscribe - bibliothèque - offre d'abonnement


La société YouScribe vient de présenter son offre de lecture numérique, avec une bibliothèque numérique, reposant sur une offre d'abonnement avec un accès illimité aux oeuvres. Juan Pirlot de Corbion, fondateur et CEO de la société a longuement préparé la solution, depuis la création de YouScribe, en janvier 2011, pour aboutir à cette solution de streaming. Désormais, plus qu'un outil de publication et de partage de document, YouScribe devient une bibliothèque numérique ouverte au monde.

 

L'offre de streaming, reposant sur un accès illimité et une offre large, contre un abonnement, représente « le respect du prix que peuvent avoir les livres, mais également l'accès aux oeuvres, selon le principe fondateur des bibliothèques traditionnelles », nous explique Juan Pirlot de Corbion. « Proposer un droit d'accès payant, cela permet de conserver une valeur dans l'esprit du public, tout en devenant l'outil essentiel de lecture. » 

 

Dans un premier temps, une solution mobile pour appareil iOS sera mise en ligne, et par la suite, un mois et demi plus tard, l'application pour Android. C'est que l'environnement mobile est déjà omniprésent dans les usages quotidiens. « Les contenus culturels ont amplement profité de cette croissance des appareils mobiles - et par conséquent, les utilisateurs aussi : avoir de la musique, des films, les livres, en permanence sur soi, c'est une opportunité que nous n'avions jamais connue il y a encore quelques années. » 

 

Depuis quelque temps, l'approche du streaming dans la lecture s'est développée : aujourd'hui, les acteurs de l'édition comprennent que ce modèle économique complémentaire apporte une nouvelle forme de lien entre éditeurs et lecteurs. « Nous sommes parvenus à convaincre des éditeurs importants qu'ils ne pouvaient plus se priver des lecteurs potentiels qui disposent d'un smartphone, par exemple. » Le livre se doit d'être présent aux côtés d'autres loisirs numériques disponibles. Qui pourrait se réjouir que l'accès au texte soit amoindri au profit de seuls films, jeux ou musiques ?

 

 

 

 

Juan Pirlot de Corbin n'est pas un nouveau venu dans le monde du livre : en 1997, il fonde Chapitre.com, site de vente en ligne spécialisé dans les ouvrages sous toutes leurs formes. Anciens, neufs, d'occasion, rares, épuisés. « À cette époque, nous n'avions connu aucune difficulté dans l'ouverture de comptes pour les éditeurs. Mais imaginez qu'en 97, aucun d'entre eux ne songeait qu'internet puisse devenir un canal significatif dans la vente de livres, même à distance. » Chapitre.com ne modifiait d'ailleurs pas la chaîne du livre traditionnelle, sinon par sa dimension électronique. « En six mois, nous avions ouvert la quasi-totalité des comptes, et avec le temps, le service a gagné en crédibilité, en particulier parce que le fonds des catalogues des éditeurs se vend très bien sur Internet, de par la constitution notamment de notre fonds. »

 

En 2002, Chapitre.com représente alors 4 à 5 % de parts de marché, et dispose d'une attention importante de la part des éditeurs. 

 

"La croissance des usages mobile est une évidence. Ce qu'apporte notre modèle, c'est une solution pour faire évoluer le chiffre d'affaires des maisons d'édition, tout en se présentant comme une alternative crédible au piratage.

C'est l'offre attractive, légale et accessible que les consommateurs réclament."

 

 

Aujourd'hui, YouScribe est un nouvel enjeu. D'abord, parce que le site propose la vente de livres numériques, en tant que librairie. Et désormais, c'est l'ouverture d'une nouvelle forme de bibliothèque, 2.0 pourrait-on dire, qui va occuper les journées du site. Un complément intéressant, puisqu'il double le modèle économique possible : d'un côté, l'offre d'abonnement pour un bouquet illimité d'ebooks, la bibliothèque, de l'autre, un ebookstore permettant la vente à l'unité de ces mêmes ouvrages. C'est l'éditeur qui choisit son mode de diffusion préféré et les deux modes ne sont pas exclusifs l'un de l'autre.

 

« Ce sera nécessairement plus lent que  pour l'ouverture de compte chez Chapitre.com », plaisante Juan Pirlot de Corbioan. « Ce changement de paradigme dans la lecture engendre des craintes, tout à fait légitimes lors de ruptures profondes, et des interrogations, parce que l'on plonge plus encore dans le monde numérique. La préexistence du modèle des bibliothèques nous aide, de même que les succès rencontrés par des services comme Deezer ou Spotify dans le monde de la musique. » Or, dans le même temps, l'édition vit dans la crainte de la perte de valeur, et de cette chaîne qui a progressivement disparu, avec la dématérialisation. 

 

« La croissance des usages mobile est une évidence. Ce qu'apporte notre modèle, c'est une solution pour faire évoluer le chiffre d'affaires des maisons d'édition, tout en se présentant comme une alternative crédible au piratage. C'est l'offre attractive, légale et accessible que les consommateurs réclament. » Une solution qui va redessiner la chaîne de valeur, « et à ce titre, les évolutions se feront probablement dans un timing bien plus long qu'à l'époque de la librairie Chapitre.com ». Ce qui est paradoxal, car l'offre de YouScribe est tout simplement comparable à celle des bibliothèques traditionnelles. Avec une carte (un abonnement…), le lecteur a accès à un nombre « illimité » de publications (le temps disponible pour la lecture).

 

Les temps changent, mais les mentalités évoluent également. « Quand on discute avec les éditeurs aujourd'hui, on mesure toute la distance parcourue au cours de l'année passée. C'est une évolution très positive en faveur de la lecture en streaming, et pour cause : le marché diminue en valeur et en volume. Dans le même temps, les maisons se rendent bien compte qu'il ne faut pas oublier les clients qui utilisent des smartphones ou des tablettes, les jeunes en particulier. » Dans le même temps, YouScribe propose une série d'options intéressantes pour les professionnels, permettant de choisir comment les oeuvres sont proposées, et de nombreuses modalités de commercialisation (entre autres, une gestion d'embargo, comme pour les clubs de livres.

 

 

 

 

Streaming, vente d'occasion et Big Datas

 

Les temps changent, certes, mais les questions demeurent. Dans le livre numérique, par exemple, la vente de produits d'occasion constitue une véritable problématique, sur laquelle le CSPLA se consacre actuellement. Cette seconde vie des oeuvres numériques représente un véritable enjeu économique. « Dans l'univers papier, avec Chapitre.com, nous savions quelle était l'offre. Avec l'achat de livres numériques, d'abord, on n'achète pas d'oeuvre, mais bien souvent une licence d'utilisation. A ce titre, il faudrait informer au mieux les clients sur ce point. Cependant, la revente de fichiers numériques, qui n'ont connu aucune des dégradations liées au monde matériel, cela pose un réel problème économique. On risque d'assister à une dégradation du prix de vente, avec des clients qui proposeront les uns après les autres, des remises de plus en plus grandes sur les fichiers qu'ils se sont procurés. En réalité, c'est vers une destruction du marché numérique que l'on risque d'aller, avec cette approche. »

 

Le marché du livre numérique d'occasion tendrait rapidement à aller vers 0, alors que dans le monde physique, il restait le coût de transport d'un client à un autre, la bonification due à la rareté ou à la qualité de fabrication. « La revente de fichiers numériques est une notion éminemment ambiguë », conclut Juan Pirlot de Corbion.

 

Quant au streaming, l'un des plus grands enjeux, aujourd'hui, est celui des Big Datas, ou données personnelles. Lire un fichier au travers d'une plateforme, c'est risquer de voir un Big Brother au-dessus de son épaule, et qui collecterait les usages de lecture. « Sur ce point, nous sommes confiants : rien n'a été prévu chez YouScribe, pour valoriser, d'une manière ou d'une autre, les données appartenant au client. Nous nous engageons à ne pas attribuer de valeur à ces données, et ne pas les échanger contre une autre valeur. » 

 

En revanche, YouScribe se servira de ces éléments pour proposer de nouvelles oeuvres à découvrir. « Nous nous plaçons bien plutôt dans une utilisation sémantique, pour rapprocher les lecteurs des livres qui pourraient les intéresser. Commercialiser et valoriser des données personnelles ne fait pas partie de l'ADN de YouScribe. »