Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Librairie La Nuit des Temps : féminisme, LGBT et écologie sur les étagères

Bouder Robin - 28.07.2017

Interview - librairie rennes - librairie lgbt - librairie féministe


La Nuit des temps, c'est le classique de René Barjavel qui a marqué des générations de lecteurs. Mais pas que : c'est aussi le nom d'une librairie située dans le centre-ville de Rennes, qui ouvrira ses portes le 1er août prochain. Une boutique dont les rayons reflètent les idées engagées des deux jeunes libraires qui en sont les propriétaires, Solveig et Ayla. Nous nous sommes entretenus avec cette dernière, qui nous a raconté, passionnée, l'accomplissement de leur rêve.


Ayla et Solveig, libraires à La Nuit des temps - page Facebook de la librairie




ActuaLitté : Tout d'abord, pourriez-vous vous présenter ? Comment vous êtes-vous rencontrées ?

 

Ayla : Nous sommes deux : il y a Solveig, 27 ans, un brevet professionnel de libraire et 6 ans d'expérience, Rennaise depuis 3 ans. Et il y a moi, Ayla, 28 ans, une licence professionnelle Métiers du livre et 6 ans d'expérience également, Rennaise depuis 1 an et demi, je suis venue ici pour le projet.

 

On s'est rencontrées durant notre première année d'apprentissage en 2011 à la librairie Coiffard à Nantes. On a fait nos débuts dans le monde de la librairie ensemble, donc c'est assez chouette qu'il n'y en ait pas une qui soit "plus" libraire que l'autre. Et puis, on a été formées au même endroit, on a les mêmes bases, la même rigueur ! Après notre année d'apprentissage je suis partie travailler ailleurs, Solveig a fait sa deuxième année d'apprentissage et on a gardé un œil l'une sur l'autre grâce à Facebook. C'est finalement en 2015 qu'on a commencé à se téléphoner pour partager notre quotidien de libraires.

 

Au fur et à mesure on s'est rendu compte qu'on avait la même vision du métier, la même manière de travailler. On parlait d'ouvrir un truc ensemble, mais on ne pensait pas que ça arriverait si vite, on se disait « quand on sera grandes ! ». On s'est retrouvées au chômage en même temps, et on s'est dit que c'était peut-être le moment de tenter quelque chose. Et voilà, février 2016 on lançait la machine !

 

Vous ouvrez une librairie généraliste : pourquoi et est-ce que ce n'est pas un peu risqué, alors que vous pourriez vous spécialiser et peut-être vous démarquer plus facilement ?

 

Ayla : On a toutes les deux travaillé en librairie généraliste, on aime la polyvalence, on n’a pas trop envie de s'enfermer dans une catégorie. Une librairie spécialisée c'est aussi un risque, il faut trouver la « niche ». Et puis, à Rennes, il manquait une librairie généraliste à taille humaine, notre étude de marché nous l'a vraiment démontrée. 

 

Et quelle sera la plus-value de La Nuit des temps, votre identité ?

 

Ayla : Je pense que ce sera vraiment notre présence : la librairie n'étant pas trop grande, on sera disponibles pour les gens, pour les conseiller... Et puis l'avantage aussi c'est que les livres qui sont sur nos tables sont des livres qu'on a choisis. Ils sont là pour une raison, pas parce qu'il faut qu'on ait plein de choses... Et notre rayon sciences humaines sera un peu orienté féminisme, communauté LGBT+ et écologie/environnement.


C'est ça notre patte, un rayon jeunesse pas trop genré, un rayon cuisine avec plein de choses sur le veganisme, le sans gluten et en littérature beaucoup, beaucoup de coups de cœur. Pour faire nos choix, on se fie à nos goûts, nos lectures, notre instinct, les conseils de gens de confiance, et nos connaissances ! Tout ça mélangé donne notre fonds. Le conseil et la bienveillance feront de ce lieu un endroit accueillant et chaleureux. 

 

Comment avez-vous récolté les fonds nécessaires à la création de votre librairie ?

 

Ayla : Nous avons racketté notre entourage ! Et on a ouvert notre capital à des associés minoritaires, on a fait un financement participatif, le Centre National du Livre nous a aidé ainsi que la Région Bretagne et nous avons un prêt de la banque.
 

Les aides à la création ou à l'amélioration de librairies

 

Mais vous vous installez dans le centre-ville de Rennes ; est-ce que ce n'est pas trop cher ? Quelle était votre stratégie en choisissant cet emplacement ?

 

Ayla : Le taux de vacance des locaux commerciaux à Rennes est très bas, ça a été très compliqué de trouver un local. Quant au prix, eh bien, ça n'est évidemment pas donné mais l'emplacement vaut le coup. Il y a beaucoup de passage, pas de librairie généraliste de ce côté de la Vilaine, très proche du plus gros arrêt de métro, proche du musée des Beaux-arts et juste en face d'une future station de métro. Je ne dirais pas qu'il y avait une stratégie, plutôt que, en visitant le local, on a su que c'était lui.

 

Enfin : un lien entre Barjavel et votre librairie ?

 

Ayla : Avec Solveig on voulait vraiment que le nom soit celui d'une œuvre, et une œuvre qui nous parle à toutes les deux. « La Nuit des temps » s'est assez vite imposé. C'est un roman qui marque, et qui a laissé des souvenirs de lecture très forts à plusieurs générations de lecteurs. Quand on a posé la question sur la page Facebook de la librairie, les gens étaient unanimes. Et puis c'est également une œuvre qui défend assez bien nos valeurs (écologie, etc.).