Prendre la voix de Pramoedya : la parole est à la traductrice

Auteur invité - 27.11.2018

Interview - Pramoedya Ananta Toer - Traduction Indonesien - Buru Quartet Zulma


À l’occasion de la sortie de La Maison de verre, quatrième et dernier volet du Buru Quartet chez Zulma, parole est donnée à Dominique Vitalyos, sa traductrice en français, à propos de cette immense fresque indonésienne, et la voix unique de Pramoedya Ananta Toer.

 



 

Initiales : Parlez-nous du travail de traduction du Buru Quartet. Quelles différences et difficultés avez-vous rencontrées lors de la traduction des différents volumes ?

 

Dominique Vitalyos : Du premier volume, je n’ai fait que réviser la traduction. C’est un travail particulier que j’effectuais pour la première fois. Dans la mesure où la précédente traduction en français (X) a été effectuée à partir de l’anglais (Y), j’ai dû me référer à cette source (Y) pour voir ce qui appartenait au style de la traductrice en français. Et, bien entendu, à l’original indonésien (Z) pour mieux cerner les subtilités sémantiques. Des passages entiers manquaient, supprimés, peut-être volontairement par le traducteur anglais.

Revoir une traduction exige de savoir lui garder ce qui convient et lui donne sa spécificité. D’admettre certaines formulations qui ne seraient pas les miennes, mais qui ne sont pas déplacées. Cependant, je suis toujours beaucoup plus à l’aise quand j’interviens sans intermédiaire à partir de la langue originale. Le quatrième volume offre la particularité d’un narrateur différent, ce qui a curieusement pour effet de dédramatiser ce qui arrive à Minke.

On change de ton et de mentalité. On entre dans les circuits d’un esprit clivé qui constitue un personnage très intéressant. Je redoutais un peu de déprimer en sa compagnie durant près de quatre cents pages, mais non, au contraire ! Pram est un maître dalang et un sculpteur de caractères sans égal.
 

Comment avez-vous travaillé pour vous atteler à cette tâche considérable ?


Dominique Vitalyos : J’ai d’abord traduit le deuxième volume pour entrer dans la voix de Pramoedya. J’ai révisé ensuite le premier, et poursuivi en traduisant le troisième, puis le quatrième. Vivant avec ce roman depuis deux ans, je m’oblige à un nombre régulier de pages, en calculant un délai plus serré que la réalité me le permet, si bien que je me sens libre d’abandonner le terrain lorsqu’une urgence m’appelle ailleurs. Je dois réserver en outre plus d’un mois pour la relecture, deux mois entiers pour celle du tome 3, le plus long de tous.
 

Ce qui frappe à la lecture des trois premiers volumes, c’est la grande modernité du propos et de la langue. Avez-vous effectué un travail spécifique ou cela tient-il à la singularité d’approche des thèmes de l’émancipation et de la liberté ?
 

Dominique Vitalyos : La modernité est au centre du Buru Quartet. Tout tourne autour d’elle, jusqu’aux produits mêmes du progrès, vélocipèdes ou locomotives, décrits d’une façon extraordinaire. Le propos est d’autant plus moderne qu’il s’agit d’une réflexion sur la transition entre deux époques au sein d’un archipel où le « progrès » vient chambouler très rapidement le mode de vie traditionnel.

Outre par l’évolution du narrateur, tout juste sorti de l’adolescence, le premier volume brille surtout par la présence du superbe personnage de femme émancipée qu’est Nyai Ontosoroh. Émancipation certes liée au contexte historique et surtout à son caractère bien trempé, mais qui n’offre pas, en fait, de caractéristiques modernes à proprement parler. Dans des circonstances comparables de mise en valeur, elle aurait pu tout aussi bien naître à une autre époque.
 

Le sceau de la modernité est particulièrement lisible dans le deuxième volume, riche en évocations techniques et carrousel de rencontres passionnantes qui initient Minke (et nous par la même occasion !) à l’histoire récente du continent asiatique – Chine, Philippines – et de l’Europe, qui vont peu à peu imprégner sa conscience et le faire évoluer.
 

Il y a une clarté d’évocation qui donne l’impression que le monde et la géopolitique de l’époque étaient plus simples à saisir, mais elle doit beaucoup au génie de Pramoedya. Il ne faut pas oublier que si Minke devient adulte à la « croisée des siècles » (XIXe et XXe), Pramoedya, lui, a écrit le Buru Quartet à la fin des années 1970, et le recul critique ajoute à cette modernité.

La modernité de la langue ne fait que suivre (et j’en dirais autant pour le français). Minke est un narrateur épris de changement, qui veut (sans parfois le vouloir vraiment) bouleverser les codes relationnels. Il participe donc un peu d’une évolution sociale qui rechigne à advenir. En atteste la récurrence inlassable des titres et des termes d’adresse, de la hiérarchie et des coutumes serviles.
 

Du point de vue des langues, ce qui est frappant, c’est leur multiplicité et la précision permanente qui accompagne leur usage. On sait toujours qui parle à qui (de quoi) et en quelle langue, malais « de bazar », malais « d’école », javanais (registre kromo ou ngoko), néerlandais, anglais, chinois... On pourrait faire tout un travail de sociolinguistique à partir de cette tétralogie qui se présente donc déjà, au niveau des dialogues, un peu comme une traduction (en bahasa Indonesia)...

Dans le troisième volume, Minke se trouve à plusieurs reprises en situation d’interprète (qu’il ne goûte pas !) lors des conversations ou de traducteur pour écrire des le res. Cette préoccupation linguistique permanente, nécessaire pour se faire comprendre, annonçait déjà la nécessité d’unifier l’espace de ces Indes-là par la langue. Heureusement d’une certaine manière, les Néerlandais ont jalousement limité l’accès de la leur à quelques indigènes. S’ils l’avaient imposée comme leur pouvoir à toutes les couches de la société, la bahasa Indonesia, en tant que langue nationale, serait-elle advenue un jour ?

 

Dominique Vitalyos, diplômée en langues orientales (indonésien), spécialisée dans le domaine indien, traduit du malayalam, de l’anglais et accessoirement du tamoul (avec Krishna Nagarathinam), dont plusieurs titres chez Zulma.

 

Pramoedya Ananta Toer, trad. Indonésien Dominique Vitalyos - La Maison de Verre (Buru Quartet, vol. IV) - Editions Zulma - 9782843048333 - 24,50 €

 

Propos recueillis par Wilfrid Séjeau,

Le Cyprès-Gens de la Lune (Nevers)
 

en partenariat avec le réseau Initiales




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.