Scryf, un schéma communautaire et open source pour les textes

Clément Solym - 22.09.2011

Interview - Scryf- - partager - crowsourcing


Nous avions évoqué voilà quelques jours le lancement en version Bêta du site Scryf.fr, une plateforme de publication de texte, où sont valorisés échanges et partage, sans publicité ni sponsors. Finalement, un concept basé sur le Crowfunding éditorial, ou l'amélioration de ses propres textes par l'échange et le partage. (voir notre actualitté)

Marc Sefaris, confondateur de la plateforme, a bien voulu nous donner quelques précisions sur ce projet.

Quelques chiffres pour commencer 

La plateforme a été ouverte en phase Bêta depuis un peu plus de deux mois. L'information la concernant est restreinte au groupe Facebook, l'ouverture d’un blog, et notre compte Twitter. Nous dénombrons aujourd'hui 173 inscrits, 217 textes déposés (du poème d’une page au roman de 500 pages), 730 avis et évaluations (dont 452 retours détaillés).

Motivation, fonctionnement, perspectives


Dans un ras-le-bol du système éditorial classique, il s’agissait pour les fondateurs de Scryf de faire valoir la littérature indépendante en exploitant les possibilités d’Internet et du numérique sans sombrer dans l’effet catalogue et l’anonymat communs à la plupart des sites.


Pour remédier à la solitude de l’auteur indépendant, il fallait lui offrir un véritable espace de lisibilité sur ses textes, avec la possibilité réelle d’avoir des retours de lecture constructifs, voire de l’aide, tout en proposant au lecteur, dans une même logique communautaire, d’être lui-même acteur reconnu du système et de trouver facilement des textes à son goût. Tout cela en promouvant les licences creative commons et art libre.

Conserver la gratuité

Si nous avons autant travaillé à la création de Scryf, c’est parce que nous avions besoin d’un tel site, à la fois en tant qu’auteurs et que lecteurs. Il ne s’agit pas d’une entreprise commerciale. Scryf est et restera gratuit, associatif, indépendant. Alors bien sûr, il y a un petit côté artisanal à l’affaire. Mais l’essentiel est bien là : l’esprit ! Avec à venir, bien sûr, une meilleure ergonomie, des outils plus performants ou nouveaux : un lecteur/éditeur EPUB qui permette la “lecture sociale” - notamment le partage des notes -, accessible sur tablettes et smartphones (si nous sortons de la logique éditoriale littéraire, ce n’est pas pour entrer dans la logique éditoriale applicative - cf l’affaire Kindle/Apple; il s’agit donc ici d’applications web), push-up affinitaire, et tout ce qui apparaîtra nécessaire à l’usage et suivant les avancées technologiques.

Nous projetons par ailleurs à moyen terme d’être un relais commercial pour les auteurs, selon le parcours suivant : l’auteur dépose un roman et reçoit des retours détaillés, en fonction desquels il décide, s’il n’en était pas certain, de retravailler son texte ou d’en finaliser l’accès. Le fichier numérique déposé sur Scryf est libre d’accès, mais l’auteur pourra le proposer en version papier payante, via un site d’impression à la demande ou son stock personnel. Il pourra aussi proposer une version enrichie payante du fichier numérique ou recevoir des dons. Mais Scryf ne fera pas de bénéfices sur ces transactions, il n’en sera que le relais.

Le pari du sérieux et de la qualité

Certes, il faut des moyens pour continuer d’avancer, mais ces moyens sont d’abord humains. Scryf s’inscrit dans un schéma communautaire et open source : développement, graphisme, toutes les bonnes volontés sont bienvenues ! Cela n’a rien d’utopique et fonctionne dans bien des domaines.

Nous n’attendons pas de dépasser une masse critique particulière pour aller vers des développements spécifiques. Scryf commence petit, dans une logique de progression linéaire, le but étant de croître avec les contributions, pour le seul bénéfice des auteurs et des lecteurs, sans intermédiaire commerciale ni mainmise extérieure sur les textes et leurs droits. Le pari raisonnable, c’est que le sérieux et la qualité de la plupart des textes déposés et des lectures critiques seront notre meilleure publicité.

Quant à l’hébergement, qui nécessite un investissement financier, même réduit, ses capacités augmentent naturellement avec l’activité du site et donc avec le nombre de ses membres. Pour l’instant, ce sont les membres fondateurs qui s’acquittent seuls des frais. Par la suite, la gratuité de l’accès au site et de son utilisation étant essentielle, nous proposerons à ceux qui le souhaitent d’aider Scryf à tourner en faisant des dons.

Avec une forte volonté communautaire

Pour les perspectives, l'idée est aussi de pouvoir intéresser les lecteurs qui se tourneront petit à petit vers le numérique, en leur proposant une alternative. La force de Scryf devrait être de s'adapter au mieux aux goûts du lecteur, de lui faire des propositions de lectures pertinentes, à partir de ses choix thématiques et de ses retours de lecture.

Les fonctions communautaires présentent un autre avantage, celui de pouvoir mettre en contact auteurs et lecteurs. Toutes les combinaisons sont possibles d'ailleurs : groupes de lecteurs, cercle d'auteurs, etc. L'auteur devenant aussi un lecteur des autres textes de la plateforme...




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.