Spinifex Press, maison australienne qui porte les couleurs du féminisme

Nicolas Gary - 25.06.2018

Interview - Spinifex Press Australie - éditeur féministe Australie - engagement société écologie


ENTRETIEN – Maison féministe, plutôt radicale, et basée en Australie (Victoria), la maison Spinifex Press s’est fait un nom avec des parutions innovantes et controversées. Mais toujours optimistes. Si leur dimension internationale est aujourd’hui réelle, ses éditrices préfèrent refléter la vie en Australie. 

 

D’ailleurs, Spinifex est le nom d’une herbe qui, dans le désert australien, retient la terre et l’empêche de s’effriter. Tout un poème.


Spinifex Press
Spinifex Press, CC BY SA 2.0
 

 

ActuaLitté : Quelle est aujourd’hui votre ligne éditoriale, en regard de l’histoire de la maison ? 

 

Susan Hawthorne et Renate Klein : Nous avons un large catalogue dans le domaine de l’écologie, la préhistoire, l’abolition de la prostitution, les technologies de procréation, et la santé des femmes. Mais également sur les théories féministes radicales, les analyses indigènes, les critiques de la pornographie, la mondialisation et la guerre. En termes de fiction et de poésie, nos auteurs viennent d’Australie, d'Aotearoa (Nouvelle-Zélande) aussi bien que du Moyen-Orient, d’Asie, d’Afrique, d’Europe et des Amériques.

 

Nos auteurs reflètent un éventail de perspectives et d’expériences liées à l’existence lesbienne, au handicap, la dépossession, la classe sociale, la jeunesse ou le vieillissement. Fondée voilà 26 ans, la maison s’est adaptée et a changé au fil des années. Nous avons pourtant maintenu notre radicalité : nous sommes l’une des premières maisons en Australie à exporter régulièrement des livres et avoir adopté les technologies numériques. 

 

À ce titre, nous restons leader en termes de contenus sur notre créneau, mais luttons pour obtenir une reconnaissance dans les médias. Nous avons toujours eu pour perspective la bibliodiversité.

 

Sur le marché national, quelle place occupez-vous alors ?
 

Susan Hawthorne et Renate Klein : Si nous innovons constamment dans notre politique éditoriale, nous devenons de plus en plus pertinents sur les médias, la société, mais il nous est difficile d'obtenir des articles. Connus et certainement respectés dans l’industrie, il nous reste difficile de faire remarquer nos livres au niveau national.

 

Et pourtant, nos ouvrages ont des critiques dans la presse internationale. Nous avons pu faire beaucoup de traduction – en arabe, coréen, russe, letton, turc et plusieurs langues européennes.

 

Quelles sont les tendances et spécificités du marché australien ?

 

Susan Hawthorne et Renate Klein : Il est frustrant, et cette situation est exacerbée par les lois restreignant l’importation parallèle. En dépit de ces difficultés, nous pouvons faire participer nos auteurs à des festivals, à des lectures, et à des conférences, mais il pourrait se passer bien plus de choses. 

 

[NdR : l’importation parallèle contraint les éditeurs australiens à publier des nouveautés américaines ou britanniques sous 30 jours, au terme desquels les libraires peuvent alors importer les ouvrages, sans passer par les maisons. Une véritable difficulté pour les maisons.]

 

Pour le numérique, comment opérez-vous ?

 

Susan Hawthorne et Renate Klein : Spinifex s’est lancé dans la numérisation et la vente très tôt, à partir de 2006. Nous étions le troisième éditeur du pays à entrer sur ce marché et avons participé à l’organisation et la formation d’autres petites maisons – sur la production de fichier et le marketing. 

 

Tous nos livres sont disponibles depuis 1995 et, l’année suivante, nous avons créé le site Asia Pacific Feminist Publishing. Il recense des éditeurs féministes d’Asie et du Pacifique avant qu’e » lles ne passent en numérique. Par la suite, nous avons publié l’un des premiers romans interactifs de l’écrivain indien Suniti Namjoshi. 

 

Ensuite, nous avons une activité sur les réseaux – Instagram, Facebook, Twitter – où promouvoir les actualités sur le féminisme autant que la vie de nos auteurs.

 

Justement, en termes marketing, comment sensibiliser les lecteurs à vos ouvrages ?


Susan Hawthorne et Renate Klein : Ah, nous aurions besoin d’un budget plus important pour ce faire. Mais nous recourons justement aux réseaux pour faire exister l’information et montrer le lien entre les événements contemporains et nos titres. 


<

>

 

Un exemple récent, c’est la menace nucléaire à Guam : en 1994, nous publiions un livre de Zohl dé Ishtar, Daughters of the Pacific. Elle parlait des peuples autochtones, les Chamorros, soulignant que Guam pourrait facilement devenir une cible nucléaire, parce qu’un tiers de l’île est rempli de bases militaires américaines...

 

Sur la question de la violence faite aux femmes, nous collaborons avec de nombreux groupes féministes. Nous avons travaillé sur la sécurité alimentaire également. Actuellement, notre engagement nous amène à lutter contre la construction d’une grande mine de charbon qui aurait des conséquences sur le changement climatique. 

 

De même, le roman Locust Girl de Merlinda Bobis, parle justement de changement climatique. Mais nous avons aussi des recueils de poèmes de Sandy Jeffs, avec des titres comme The Mad Poet’s Tea Party, qui décrit l’expérience de la schizophrénie. Ou Dark Matters de Susan Hawthorne, qui explore le silence autour des tortures dont les lesbiennes peuvent être victimes, et que personne n’évoque. 
 

Dans son Van du livre, il parcourt l'Australie
pour promouvoir la culture française

 

Pour votre maison, quels rendez-vous sont ainsi devenus incontournables ?


Susan Hawthorne et Renate Klein : Celui auquel nous nous rendons depuis 25 ans, c’est la Foire du livre de Francfort. Nous ne l’avons manquée qu’à une ou deux reprises. C’est un enjeu logistique parce que l’Australie implique à un très long voyage pour y parvenir. Et nous devons choisir une foire européenne, ou nord-américaine, asiatique, africaine ou sud-américaine. Francfort nous aide à rencontrer des gens de tous ces coins du monde, en une seule fois.

 

Dans les années 80, jusqu’au milieu des années 90, nous avons régulièrement pris part aux foires internationales du livre féministes, à Londres, Montréal, Barcelone, Amsterdam ou Melbourne. Elles ont joué un rôle important dans la création de réseaux internationaux d’éditeurs féministes. 

 

Enfin, les réunions de l’Alliance internationale des éditeurs indépendants sont tout aussi essentielles pour nous : nous avons adhéré en 2007, et n’avons jamais manqué les rencontres du réseau anglophone (à Paris, New Delhi, Istanbul), ainsi que les rencontres interlinguistiques (Francfort, Le Cap...). Grâce à elles, nous avons pu étendre notre réseau, notamment dans les mondes arabophones et hispanophones.

 

En partenariat avec
L'Alliance internationale des éditeurs indépendants

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.