1,6 milliard d’oeuvres sous licence Creative Commons

Marie Lebert - 04.05.2020

Lecture numérique - Usages - oeuvres Creative Commons - licence utilisation lecture - oeuvres gratuites internet


Des milliers d’auteurs, illustrateurs, photographes, cinéastes, musiciens, éducateurs, chercheurs et autres créateurs partagent leurs travaux sur la toile. On compte maintenant 1,6 milliard d’œuvres sous licence Creative Commons sur le web.



birgl CC 0
 

Les débuts


Le principe de la licence Creative Commons (CC) est développé en 2001 par Lawrence Lessig, juriste, professeur de droit à la Stanford Law School (Californie) et ardent défenseur d’un internet créatif sur lequel les œuvres pourraient être non seulement diffusées, mais aussi réutilisées lorsque les auteurs donnent leur accord.


L’organisme du même nom lance en décembre 2002 ses premières licences-type, qui sont des contrats flexibles de droit d’auteur compatibles avec une diffusion sur l’internet et valables pour tout type de création (texte, photo, film, musique, site web, etc.).


Ces licences-type donnent l’autorisation (ou non) de copier, distribuer, communiquer, remixer ou transformer l’œuvre originale. Rédigées par des juristes, elles sont accompagnées d’un résumé court accessible au commun des mortels, c’est-à-dire nous autres, très nombreux, qui ne sommes pas juristes.
 

La marche à suivre


Quelle est la marche à suivre pour mettre son œuvre sous licence Creative Commons (CC) ? Avant de publier son œuvre sur l’internet, l’auteur choisit la licence adéquate en fonction de ses souhaits (utilisation commerciale ou non, possibilité d’œuvre dérivée ou non, utilisation de la même licence ou non pour les œuvres dérivées, etc.) et appose sur son œuvre un lien vers la licence correspondante sur le site de Creative Commons, en y ajoutant éventuellement le logo correspondant (petit ou grand modèle).

 

BRITISH MUSEUM: à la page


Six licences sont disponibles : (1) la licence CC BY (la plus large, qui requiert seulement la mention de l’auteur, du titre et de la source en cas de réutilisation de l’œuvre), (2) la licence CC BY-SA (qui requiert la même licence en cas de réutilisation de l’œuvre), (3) la licence CC BY-NC (qui interdit les œuvres commerciales en cas de réutilisation de l’œuvre), (4) la licence CC BY-ND (qui interdit les œuvres dérivées en cas de réutilisation de l’œuvre), (5) la licence CC BY-NC-SA (qui interdit les œuvres commerciales et requiert la même licence en cas de réutilisation de l’œuvre), (6) la licence CC BY -NC-ND (qui interdit les œuvres commerciales et les œuvres dérivées en cas de réutilisation de l’œuvre).
 

Après une version 1.0 (publiée en décembre 2002) suivie d’une version 2.0 (publiée en mai 2004), la version 3.0 (publiée en février 2007) instaure une licence internationale et la compatibilité avec d’autres licences similaires, dont le copyleft et la licence GPL. Suite à un sommet mondial organisé en septembre 2011 auquel s’ajoutent deux années de discussions publiques documentées sur le web, Creative Commons publie en novembre 2013 la version 4.0 de ses six licences.


Cette version 4.0 supprime les versions nationales pour favoriser une licence internationale -- disponible en 23 langues -- et demande que les modalités d’utilisation d’une œuvre soient mieux indiquées sur les œuvres elles-mêmes, avec un lien systématique vers la licence correspondante présente sur le site de Creative Commons, une étape souvent oubliée par les usagers jusque-là. L’association Creative Commons promet aussi que la version 4.0 sera effective pendant plusieurs années.
 

Qui utilise cette licence ?


Le premier éditeur à utiliser une licence Creative Commons est O’Reilly Media. Une licence Creative Commons est utilisée aussi par Wikipédia. Après avoir utilisé une licence GFDL, Wikipédia utilise une licence CC BY-SA pour tous ses articles, rédigés par des milliers de contributeurs dans des dizaines de langues différentes, auxquels s’ajoutent tous ceux qui fournissent des illustrations (images, photos, dessins, cartes, graphiques, etc.).
 

Suit Al Jazeera avec ses vidéos du conflit israélo-palestinien, disponibles sous licence Creative Commons pour les chaînes partenaires comme pour les chaînes concurrentes.


Suivent Flickr avec ses très nombreuses photos sous licence Creative Commons ou encore le groupe Nine Inch Nails, l’un des premiers groupes musicaux à distribuer sa musique sous licence Creative Commons, avec des ventes record et des salles de concert pleines.


Suivent aussi des milliers d’auteurs, illustrateurs, photographes, cinéastes, musiciens, éducateurs, chercheurs et autres créateurs partageant leurs travaux sur la toile, et pour certains dans un esprit militant pour contribuer à un monde meilleur.


Une licence Creative Commons est utilisée pour un million d’œuvres en 2003, 4,7 millions d’œuvres en 2004, 20 millions d’œuvres en 2005, 50 millions d’œuvres en 2006, 90 millions d’œuvres en 2007, 130 millions d’œuvres en 2008, 400 millions d’œuvres en 2010, 882 millions d’œuvres en 2014 et 1,6 milliard d’œuvres en 2020.




Commentaires
Merci pour cet article qui détaille les différentes licences, même si on se doute que d'autres nuances se glissent entre elles.

Vous parlez de 6 licences différentes et la photo présentée en mentionne une 7e : CC O (lettre ou chiffre ?) À quoi correspond-t-elle ?
CC0 est la licence "Domaine public". Utilisée par exemple par certains musées possédant des oeuvres anciennes (voir la base collections des Musées de la Ville de Paris).
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.