1DollarScan : numériser son livre pour 1 dollar

Clément Solym - 27.08.2011

Lecture numérique - Acteurs numériques - numeriser - livre - ebook


Le marché de la numérisation s’ouvre de plus en plus pour le grand public. Si les premières initiatives ont largement fait parler d’elles au Japon depuis quelques mois déjà, c’est au tour d’une entreprise américaine de proposer la numérisation de tout ouvrage, pour 1 dollar.

La société 1DollarScan ne fait pas non plus dans l’humanitaire, puisque le livre en question doit comporter 100 pages ou moins. Pas possible donc d’envisager de s’offrir une version numérique des Bienveillantes de Jonathan Littell pour 1 $. Dommage, l'offre devenait alléchante. 


L’autre problème, c’est qu’il faut évidemment envoyer sa version papier à la société, par voie postale, pour qu’il effectue la numérisation, avant de vous renvoyer le ebook tant attendu. Mais, corollaire, le livre papier sera perdu pour vous, puisque la société indique que les ouvrages ne sont pas restitués, mais bien détruits pour être recyclés. Le recyclage interviendra sous deux semaines, à moins que l’on ne formule la demande de retrouver son livre, à ses frais, manifestement...

Enfin, dernier couac de la société, seul un fichier numérique en format PDF sera remis à l’utilisateur, à télécharger ou à recevoir en DVD. 

C’est que la firme revendique d’être le service le plus abordable de numérisation au monde.

Made in Japan...

1DollarScan dépend de zLibro, une filiale de Bookscan, société mère lancée au Japon l’an passé, par Yusuke Ohki, aujourd’hui président. Ce dernier avait eu la vision des quelque 2000 livres de sa bibliothèque s’effondrant sur lui, et soudainement, l’idée de la création de Bookscan s’est imposée.

« Nous sommes des défenseurs du livre, mais en même temps, nous avons proposé un service véritablement novateur et convaincant pour nos clients », précise le président.

La société élude assez joyeusement les questions juridiques liées à ce service : quid de la copie privée d’un livre papier, transformé en version numérique ? Au Japon, la question ne se posait pas en ces termes. Seichi Higuchi le secrétaire général des Maisons d'édition japonaises de livre s’explique. « Au Japon, la loi permet aux usagers de numériser des oeuvres protégées par un copyright à des fins personnelles et familiales cependant la reproduction ou l'achat d'une oeuvre achetée par un tiers nécessite l'autorisation de l'éditeur. » (voir notre actualitté

Mais qu’en sera-t-il de la législation étatsunienne ? Et plus encore, en France, dans quelle mesure ce type de pratique peut être opéré ?