20 millions d'ebooks prêtés aux usagers de la Bibliothèque de Toronto

Clément Solym - 17.08.2018

Lecture numérique - Usages - bibliothèque livre numérique - Toronto Bibliothèque ebooks - usagers emprunt ebooks


Avec plus de 20 millions de titres prêtés en format numérique, la bibliothèque publique de Toronto vient de franchir un cap. Et de poser un record, estime l’établissement. Elle serait la première à avoir atteint un tel nombre de prêts numériques. 


Toronto Public Library - Digital Bookmobile
Digital Bookmobile, CC BY 2.0
 

 

« Nos usagers sont très impliqués dans la collection de livres numériques. De même, nous découvrons, chaque fois que nous rencontrons une panne, que cela devient une urgence », indique Maria Cipriano, responsable des collections numériques.

 

Selon elle, l’ebook a capté 18 % de la diffusion totale de la Toronto Public Library durant l’année 2017 – incluant les audiolivres, toujours en format numérique. L’année passée, plus de 170.000 exemplaires composaient le catalogue de l’établissement, avec plus de 4,6 millions d’emprunts effectués au cours de la période.
 

« Nous avons toujours proclamé que Toronto était une ville de lecteurs. Cela le prouve », poursuit Maria Cipriano. 

 

 

 

Quant à la liste des plus empruntés, on retrouve pour les trois premiers La fille du train de Paula Hawkins (trad. Corinne Daniellot), Le chardonnet de Donna Tartt (trad. Edith Soonckidnt) et Les apparences de Gillian Flynn (trad. Héloïse Esquié).

 

Cependant, la question de la popularité est relative : « Si un livre coûte moins cher, il pourrait circuler davantage, parce que nous avons les moyens d’en acheter plus d’exemplaires. » 

Depuis des années, les bibliothécaires se plaignent en effet que le prix d’achat unitaire des livres numériques est largement plus onéreux que celui des livres papier. Un modèle économique mis en place et imposé par les éditeurs pour s’assurer que l’ebook, s’il devait cannibaliser leurs ventes papier du fait du prêt numérique, continue de rapporter le plus possible. Un modèle qui est d’ailleurs très bien appliqué en France.
 

Toute la ville de Toronto se lance dans l'écriture
d'un roman collectif

 

Mais reste que l’essor numérique tient, aujourd’hui encore, à la discrétion qu’offre une liseuse. En effet, quand en 2011 a surgi Fifty Shades of Grey, l’ouvrage fut emprunté 9305 fois, ce qui l’a classé en sixième position des titres les plus prisés. « Parce que c’était un livre numérique, vous pouviez le lire dans le métro sans que personne ne s’en rende compte. Si jamais un livre avait vocation à être diffusé en version numérique, c’était bien celui-là », conclut-elle.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.