2014 : L'Argentine, l'industrie du livre et les enjeux numériques

Nicolas Gary - 06.01.2014

Lecture numérique - Usages - Argentine - livre numérique - appareil de lecture


L'industrie du livre en Argentine, comme d'autres, se pose les questions contemporaines : qui suis-je, d'où viens-je et dans quelle étagère range-t-on ses ebooks ? Questions, certes, mais également défis, comme en fait état Clarin, pour qui les peurs ancestrales des éditeurs semblent être désormais de l'histoire ancienne, bien que les difficultés à travailler des produits numériques persistent.

 

 

Buenos Aires Argentina

David Berkowitz, CC BY 2.0

 

 

Aux États-Unis, plus de 20 % des ventes de livres seraient réalisées en format numérique ; l'Inde s'est lancée dans un programme pédagogique reposant sur une tablette préchargée en manuels scolaires ; la Foire de Francfort a porté l'accent sur les nouveaux modèles économiques à mettre en place, pour la commercialisation de biens dématérialisés... Bref, chacun partage les mêmes interrogations.

 

En Argentine, on s'interroge sur la consolidation d'une industrie nationale, qui pour devenir prospère et dynamique, passerait par une meilleure commercialisation des livres numériques. Et nécessairement, c'est vers les librairies que l'on se tourne, pour envisager ce développement : comment ces lieux de ventes traditionnels peuvent-ils mettre en place cette offre nouvelle ? Il faut tout à la fois assurer la continuité du marché classique, tout en favorisant l'émergence de cette nouvelle commercialisation, et de son format étrange.

 

Le pays dispose d'un solide réservoir de bibliothèques publiques, mais là encore, comment s'emparer du marché numérique, quand les contraintes logistiques sont si importantes ? Envisagera-t-on des salles numériques de lectures, quel catalogue, pour quels usagers ? Et surtout, quels liens entre les personnels et les utilisateurs, quand les interfaces deviennent des écrans ?

 

Et dans le domaine scolaire, les enjeux sont les mêmes : l'appareil de lecture pour les étudiants sera primordial, mais il est important de ne privilégier aucun acteur, sans pour autant en défavoriser. Or, si les ordinateurs portables sont des outils de travail efficaces, pour la lecture, ils ne représentent évidemment pas le meilleur des choix. Faudra-t-il, une fois de plus, s'orienter vers une tablette, sans risque de pépin ? Et pour ce qui est des textes, résulteront-ils d'une collaboration avec l'industrie du livre ou s'orienterait-on vers une structure collaborative ?

 

Enfin... PDF, EPUB, MOBI, applications... les choix sont nombreux.

 

Il est instructif de se dire que l'on n'a pas vraiment résolu ces problématiques, sous nos latitudes, et que finalement, l'industrie du livre, quel que soit le territoire, se retrouve confrontée aux mêmes difficultés. C'est que, très certainement, « il n'existe pas de réponses simples ni universelles : les solutions durables émergeront de l'exploration et du partage des résultats à tous les niveaux ». C'est en tout cas ce que l'on préconise en Argentine...

 

L'Argentine sera l'invitée d'honneur du Salon du livre de Paris, cette année : s'ils ont trouvé des solutions, espérons qu'ils en feront profiter chacun.