26 % des Brésiliens ont été séduits par le livre numérique en 2015

Cécile Mazin - 01.06.2016

Lecture numérique - Usages - Brésil livre numérique - lecteurs ebooks Brésil - offre lecture ebook Brésil


Un rapport d’enquête menée au Brésil indique que le taux de pénétration des livres numériques a fortement augmenté au cours des dernières années. Le sondage révèle que 26 % des répondants ont pratiqué le livre numérique – soit une croissance de 6 % entre 2011 et 2015. En outre, on apprend que, durant les trois mois précédant l’enquête, les Brésiliens ont lu 2,54 livres. 

 

Te verde y un libro... Interesante combinación que disfrute en Río de Janeiro.

Fernando Castellano, CC BY 2.0

 

 

La 4e édition de l’enquête Retratos da Leitura no Brasil est donc sortie, avec son lot de non-surprises. Ainsi, on découvre que le smartphone est le dispositif le plus commun, utilisé par 56 % des lecteurs d’ebooks. L’ordinateur compte pour 48 % et les tablettes pour 18 %. Les appareils dédiés, types eReaders, ne représentent que 4 %. 

 

Le téléchargement gratuit depuis internet – qui ne précise pas s’il s’agit d’offre légalement gratuite ou de contrefaçon – représente 88 % des répondants. A contrario, seuls 15 % revendiquent avoir payé pour acheter leur livre. Histoire courte, romans et poésie (si, si !) sont les genres les plus plébiscités, avec 47 % de lecture, puis viennent les livres techniques et ceux touchant à la formation professionnelle, pour 33 %. 

 

« Parmi ceux qui lisent des livres numériques, 91 % des personnes ont lu soit tout ou partie d’un ouvrage au cours des trois mois avant l’enquête », indique l’étude. « Par rapport à l’édition 2011, il y avait une augmentation significative des personnes ayant entendu parler des livres numériques – 11 %. »

 

Le rapport est basé sur 5012 entretiens personnels réalisés à travers le pays. On y apprend également que 8 % des répondants se déclarent analphabètes, ou ne sont pas allés à l’école. 21 % n’ont pas dépassé le cadre du collège. 33 % sont allés au lycée et 13 % ont fait des études supérieures. 

 

Araken Gomes Ribeiro, coordinateur du réseau lusophone pour l’Alliance internationale des éditeurs indépendants, expliquait à ActuaLitté : « Le livre va toujours mal au Brésil. Historiquement, le livre va mal. Donc ça, c’est acquis ». En juin 2015, on apprenait en effet que les ventes de livres au Brésil avaient chuté de 5,16 % soit le plus mauvais résultat enregistré depuis dix ans.

 

« Un des vrais problèmes est la taille du pays. Le Brésil est tellement grand que nous éprouvons une forme de censure, dans la circulation des idées, simplement parce qu’il est difficile de transporter les livres. Nous n’avons pas de loi qui garantit l’envoi postal avec un prix réduit ou spécifique. Donc parfois pour envoyer de Rio à Manaus qui est en Amazonie, ça coûte plus cher que le prix du bouquin. C’est donc une sorte de censure, car la personne qui habite à Manaus, qui a bien souvent moins de ressource, va devoir payer plus pour avoir accès à un livre »

 

Et si le livre numérique pouvait aider ?