48 % des achats de livres numériques réalisés sur des sites d'opérateurs

Antoine Oury - 21.03.2014

Lecture numérique - Usages - baromètre livre numérique - lecteur - piratage


Le baromètre présenté sur le Salon du Livre, réalisé par le SNE, la SOFIA et la SGDL fait partie de la quatrième vague, alors que son rythme a été ralenti de 6 mois à un an. Et pour cause : après une certaine hausse dans les usages, et des évolutions importantes, il semblerait que le profil du lecteur numérique, et ses habitudes, se soient quelque peu stabilisés.

 


Summertime lunch in Bryant Park, Aug 2009 - 27

(Ed Yourdon, CC BY-SA 2.0)

 

 

Ce baromètre s'appuie sur les réponses fournies par 2015 personnes, parmi lesquelles on trouve 15 % de lecteurs de livres numériques. Un chiffre stable par rapport à l'année dernière, quand les autres éditions du baromètre faisaient apparaître des hausses substantielles, parfois de 10 points d'une année à l'autre.

 

À ce moment-là, l'évolution de l'équipement semblait dessiner une corrélation entre le taux d'équipement et l'adoption du livre numérique, mais cette dernière n'est plus forcément effective. Le profil moyen du lecteur numérique évolue peu lui aussi : un homme jeune, diplômé, que l'on retrouve pour chaque étude ou presque. Et surtout, des lecteurs assidus. 21 % lisent 20 livres et plus par an, contre 15 % dans la population générale.

 

61 % ds lecteurs numériques affirment toutefois lire autant depuis qu'ils sont passés sur tablette, smartphone ou lecteur ebook. 64 % assurent qu'ils achètent autant, et 62 % qu'ils dépensent autant. Toutefois, le baromètre place de « petites alertes » sur le volume des achats et des dépenses, en légère baisse chez les lecteurs numériques.

 

Au niveau de l'équipement des lecteurs numériques, la tablette a progressé de 15 points, de 40 à plus de 50 %, la liseuse gagne 5 points, de 20 à 25 %. Le reste de la population est également plus équipée, surtout en tablette et en smartphones, sans que cela ne conduise forcément à une augmentation du nombre de lecteurs numériques.

 

Les possesseurs de smartphones, sur l'échantillon total de 2015 personnes, sont ainsi 83 % à posséder un smartphone, mais seulement 27 % de ces derniers ont déjà lu un livre numérique sur cet équipement. Le lecteur ebook, avec 25 % de possesseurs, a amené 91 % de ces derniers à lire un ebook. Mais proportionnellement, elle représente une part de lecteurs sensiblement similaire à celle du smartphone. Finalement, tablettes et smartphones représentent le plus grand nombre de lecteurs.

 

Des habitudes d'achat, bonnes ou mauvaises ?

 

Sur le plan des achats, le baromètre distingue cette fois le fait de se procurer un livre, via une location ou un streaming, de l'achat. Pour se procurer un livre numérique, les lecteurs plébiscitent à 42 % les opérateurs Internet, avant les sites des grandes surfaces, à 33 % (plus 9 points) et les sites des libraires, à 20 % (+ 2 points). Les résultats sont sensiblement les mêmes pour l'achat, avec respectivement 48 %, 33 % et 18 %. La concentration reste donc très forte, vers les sites d'opérateur.

 

La littérature reste largement majoritaire pour les achats, à plus de 60 %. Au total, 3 lecteurs sur 4 ont déjà acheté un livre numérique : parmi eux, 29 % ont acheté ou possédaient la version imprimée. Le prix de 8 € semble devenir le prix plafond pour un livre numérique. Au-delà : les lecteurs se tourneraient vers le papier. Le paiement à l'acte resterait clairement majoritaire.

 

Le piratage est toujours présent : parmi les raisons évoquées, on trouve l'indisponibilité des titres, le prix de l'offre légale trop élevé et l'accessibilité, plus importante en offre pirate qu'en offre légale. Parmi les raisons qui, au contraire, rebutent au piratage, on trouve le droit d'auteur, signe que les Français le connaissent.

 

Dans le reste de la population, seuls 7 % des Français se disent prêts à essayer la lecture numérique, quand 78 % ne s'imaginent toujours pas lire sur écran.