500.000 $ pour participer au programme de prêt d'ebook d'Amazon ?

Clément Solym - 24.11.2011

Lecture numérique - Usages - auteurs - séduction - livres numériques


Désespérant de ne compter que 5000 titres dans son catalogue de livres numériques disponibles en prêt, Amazon serait-il en train de faire du gringue aux auteurs autoédités, pour enrichir son offre ? C'est ce que semblent rapporter plusieurs acteurs, justement contactés par la société.


Le programme Lending Library, qui consiste pour le cybermarchand à proposer le prêt d'un ebook par mois, aurait donc besoin de s'agrandir. Et attendu que les six grands éditeurs ont refusé pour le moment de faire figurer leurs titres dans ce projet, il faut bien trouver de la chair à canon.

 

Ce sont donc les auteurs indépendants qui sont ciblés. Après tout, ils profitent de la plateforme Kindle Direct Publishing pour promouvoir et commercialiser leurs titres, aussi est-il important qu'ils contribuent à l'effort de guerre ?

 

 

L'email reçu par l'un d'eux ressemblerait presque à un spam : Amazon aurait mis 500.000 $ de côté pour financer cet apporte à leur catalogue, et l'auteur percevrait donc une indemnisation basée sur le nombre de téléchargements, en prêt, de son ouvrage.

 

Cependant, la mise à disposition doit être exclusive, préciserait Amazon - ce qui implique de retirer de la vente, ailleurs que chez eux, le livre en question. En outre, le livre sera-t-il toujours commercialisé chez Amazon ?

 

Si oui, c'est une perte, puisque le lecteur téléchargera l'ouvrage, dans le cadre du prêt et l'auteur ne sait pas combien il percevra d'indemnisation. Et attendu qu'Amazon prend 30 % sur les ventes, difficile de savoir si l'auteur toucherait les 70 % du prix de vente en compensation.

 

Entre une somme forfaitaire et un montant fixé, sur des ventes, on navigue un peu à vue. Et la personne ayant sollicité l'auteur, qui fait part de son message, n'étant pas disponible, impossible d'en savoir plus.

 

 

L'idée que le livre numérique ne soit plus commercialisé semble cependant peu probable. Les titres proposés dans le cadre de Lending Library restent disponibles à la vente. Mais quid de la concurrence, et de l'impossibilité de commercialiser son titre sur d'autres plateformes ?

 

L'autre question serait de savoir à quelles dates les auteurs acceptant le deal seront alors rémunérés. Manifestement, nous devrions avoir de plus amples informations à compter du 1er décembre...