52 liens pour mieux comprendre l'Open Access

Marie Lebert - 27.02.2015

Lecture numérique - Usages - Open Access - textes fondateurs - lecture partage Bookmarks


Réunis dans un album Picasa sous le titre « Open Access Bookmarks », les textes fondateurs du mouvement, de nombreux sites de référence et quelques sources importantes telles que bibliographies, interviews et outils divers.

 

 

 

Signalons dans le désordre la Budapest Open Access Initiative (BOAI), signée en février 2002, disponible dans de nombreuses langues, dont le français, et actualisée par les BOAI10 Recommendations, elles-mêmes signées en septembre 2012. Si on connaît bien la déclaration de Budapest, on connaît moins celles de Bethesda (juin 2003) et Berlin (septembre 2003). Ce sont les trois textes fondateurs, parfois abrégés en BBB (Budapest, Bethesda, Berlin).

 

Signalons aussi (50e vignette, soit deux vignettes avant la fin) les magnifiques interviews très documentées de Richard Poynder, journaliste britannique indépendant qui couvre le mouvement de l'Open Access depuis ses débuts.

 

Signalons encore le livre « Open Access » de Peter Suber (la vignette juste avant), publié par la MIT Press en 2012, et régulièrement actualisé sur le web.

 

Et bien sûr le DOAJ (Directory of Open Access Journals), catalogue de référence des revues en accès ouvert depuis 2003, tout comme le DOAB (Directory of Open Access Books), catalogue de référence des livres en accès ouvert, nettement plus récent, puisque lancé en 2012.

 

Et les grandes archives ouvertes institutionnelles telles que DASH pour Harvard et DSpace@MIT pour le Massachusetts Institute of Technology. Et les archives ouvertes par discipline, notamment arXiv, site vétéran non seulement pour la physique et les maths, mais aussi pour les sciences informatiques et statistiques. Ces archives ouvertes et bien d'autres sont répertoriées dans ROAR et OpenDOAR, les deux répertoires d'archives ouvertes qui font autorité en la matière.

 

Ou encore la PLOS (Public Library of Science), qui gère sept revues en accès ouvert de réputation mondiale, y compris PLOS ONE, la plus connue, preuve que les modèles économiques liés à l'accès ouvert peuvent fonctionner, y compris à très haut niveau.

 

Les licences Creative Commons sont en bonne place dans cet album, tout comme Wikipedia.

 

Mentionnons enfin l'Open Access Directory (OAD), qui offre diverses listes sur le sujet, et l'Open Access Tracking Project (OATP), qui recense l'actualité de l'Open Access en temps réel.

 

L'Open Access Week clôture à juste titre la série, la prochaine étant en octobre 2015.